samedi 9 novembre 2013

LA CONFRERIE DE LA DAGUE NOIRE - Tome 1 : L'amant ténébreux


JR Ward
Les éditions Milady (2010)
576 pages



Synopsis :
Une guerre fait rage à l’insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ces guerriers sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. À sa tête, Kolher, leader charismatique et implacable… L’un de ses plus fidèles guerriers est assassiné, laissant derrière lui sa fille, une magnifique jeune femme, une sang-mêlé qui ignore tout de son destin. Et c’est à Kolher qu’il incombe de faire découvrir à Beth le monde mystérieux qui sera désormais le sien…




Saga dont j'ai énormément entendu parler sur les blogs littéraires, je ne pouvais pas passer à côté moi non plus ! Et quelle découverte, quelle aventure !

Attention les filles, y'a du Mâle !


Si vous aimez les mecs en cuir, durs à cuire, (facile...), des montagnes de muscles qui transpirent la testostérone par tous les pores, des dieux du sexe (mais qui deviennent de grands romantiques au coeur tout roudoudou dès qu'ils ont trouvé "LA" femme (ou plutôt la femelle) de leur vie) ? 
N'attendez plus, lisez LA CONFRERIE DE LA DAGUE NOIRE ! Ta-daaa !

Franchement, un gros coup de coeur pour moi, j'ai dévoré le 1er tome, et maintenant, j'entame le 3ème en seulement quelques jours d'intervalle. 

Certes, cette saga ne brille pas par son originalité, on est à la limite des romans harlequins avec en couverture le mythique Fabio (voir photo ci-dessus si vous ne le connaissez pas), mais bon, moi, je m'en fiche ! 





Que dire sur la Confrérie de la dague noire ? L'histoire est prenante, les mecs sont hyper sexy, on a envie de connaitre chacun des guerriers vampires qui constituent la confrérie, et tiens, c'est-y pas que le hasard fait bien les choses, c'est justement le but de l'auteure américaine, Mme Ward : Un tome par guerrier, et plus si affinités....

Néanmoins, avant toute chose, je voudrais pousser un petit coup de gueule : Peut-être que lorsque cette saga a été acquise par les Editions Milady, les responsables ne pensaient pas que cela ferait un tel succès auprès des lecteurs (enfin plutôt des lectrices..) et donc, peut-être que c'est pour ça qu'ils ont choisi une traductrice qui n'a pas fait son travail très sérieusement.....Il faut l'admettre....

Franchement, je dois dire que j'ai rarement vu d'erreurs aussi grossières dans un livre ! Le plus flagrant, le plus choquant, même ! c'est le nom du vampire, père de l'héroïne Beth : Audazs.....Qui n'existe que dans la version française puisque dans la VO, il s'appelle Darius.....Oui, mais voilà, ça aurait pu passer si, malheureusement, nos amis vampires n'avaient pas l'habitude de s'interpeller par la première lettre de leur nom....Et donc, quand on commence à lire le livre et dès la première page pour Audazs, c'est la lettre "D" qui apparait dans un dialogue....Vous m'avouerez que ça la fout un peu mal et on se demande dans quoi on s'est embarqué !


LE PIRE, c'est à la page 454


- "Non non, pas du tout, Monsieur. Je pensais juste que Audazs aurait aimé tout ça. Il aimait que la maison soit remplie.
         - Qui est Da...."

Oui, c'est vrai ça, qui est Da....Darius ? Audazs ? Madame la traductrice, aidez-nous à comprendre !!!!!


Bon, pour ma part, vu que j'avais lu beaucoup d'avis de bloggeuses qui évoquaient ce soucis de traduction inachevée, je savais à quoi m'attendre et j'étais préparée "psychologiquement". Je m'attendais aussi aux innombrables dialogues sans négations (je veux pas, m'aime pas etc) qui sont très lourds à la fin ! Je ne vous cache pas que dans ma tête, je rajoutais les négations naturellement en lisant le livre.....Mais ça ne fait pas très sérieux tout ça, quand même.....


Il y a aussi les fautes d'orthographe, de conjugaison, les coquilles (personne ne relie le travail de la traductrice avant d'éditer le livre ?) :
P. 326 : "Tu vas rester ici et de me laisser....
P. 346 : les "éradiquèrent" au lieu d'"éradiqueurs"....

Malgré toutes ces fautes grossières (il y en a d'autres dans le 1er tome - et certainement dans les autres - je vous laisse les chercher), je me suis prise de passion pour ce premier volume (les autres sont très bons aussi, si ce n'est meilleurs...).


Déjà, ce qui est très intelligent de la part de l'auteure, Mme Ward, (bénie soit cette femme pour son imagination si fertile !), c'est qu'elle a réinventé la mythologie du vampire avec d'autres codes que ceux que nous connaissons. Avec lexique explicatif au début de chaque tome.


Non, ils ne sont pas immortels. Non, ils ne se nourrissent pas que de sang humain. Non, ils ne dorment pas dans des cercueils. Non,  ils ne détestent pas l'ail. Non, ils ne peuvent pas transformer des humains en vampire etc.

Certes, ils ne peuvent pas survivre sous le soleil, ils vivent presque mille ans si on leur en laisse la possibilité, ils ont une force souvent très supérieure aux humains (en tout cas, pour nos guerriers de la confrérie, les autres vampires sont plus ordinaires), ils peuvent se dématérialiser (mais pas se transformer en chauve-souris...), ils mangent de la nourriture comme les humains, quand ils doivent boire du sang, c'est le sang d'un vampire du sexe opposé, pas de Tru blood en bouteille et d'humains distributeurs de sang....Et ils peuvent mourir très stupidement comme par plaie par balle ou explosion d'une voiture piégée (en même temps, dans ce dernier exemple, qui y survivrait ? T-1000 peut-être ?).


Enfin, dans la mythologie vampirique inventée par Mme Ward, les vampires peuvent se reproduire entre eux, plus rarement avec des humains. Les femmes vampires (appelée femelles par leurs congénères) ont des chaleurs tous les dix ans et pendant cette période - qui dure généralement 2 jours, faut pas se louper - elles sont fertiles. Les enfants nés de ces unions grandissent un peu comme des humains ordinaires (ils ne craignent pas le soleil etc) et c'est seulement vers la moyenne d'âge de 25 ans que la transition s'opère. A ce moment là, un vampire de l'autre sexe doit être présent pour lui donner de son sang et lui permettre de survivre....Dans le cas contraire, le jeune vampire en devenir ne survit pas car la transition ne se fait pas sans souffrance....


Dans le monde inventé par l'auteure, nos chers vampires vivent donc en parallèle de la société humaine, juste à côté de vous et moi (mais sans que l'on connaisse leur vraie nature, c'est un secret !). Ils ont des maisons, sortent le soir, couchent avec des humains si ça leur dit....Mais ne les tuent pas !....Enfin exception faite pour ceux qui sentent le talc de bébé, les fameux éradiqueurs.....


Bah oui, dans tout bon roman avec des vampires, ils faut bien des ennemis ! Et là, je dois dire que l'auteure ne s'est pas foutue de nous côté inventivité ! Les éradiqueurs sont d'anciens humains qui n'ont plus d'âme (ni de désir sexuel, d'ailleurs...). On les reconnait à leur peau et leurs cheveux qui palissent au fur et à mesure que les années passent (comme nous, remarquez ! à part les vieux qui se font des teintures, tous les pépés ont les cheveux blancs jauni à la fin...Quand il leur reste des cheveux !)....Mais bon, les éradiqueurs sont intemporels, sauf si on les tue d'un coup de poignard en pleine poitrine et surtout, ils sentent le talc de bébé (en effet, nos vieux à nous sentent plutôt l'urine, vers la fin...).

Du talc de bébé....




Quelle drôle d'idée ! Enfin bon, on ne va pas débattre cent sept ans sur ce détail, Mme Ward, l'a voulu ainsi, que sa volonté soit faite !

Ah oui, j'allais oublier, les éradiqueurs ont tous des noms super originaux tels que Mr O, Mr X etc. Comme le diras Butch, l'un des personnages du livre : "ça fait très James Bond" comme noms de méchants !





Voilà pour les éradiqueurs car je vous avoue, j'ai passé très vite les chapitres qui leurs étaient consacrés (car je m'en fiche un peu d'eux), moi, ce que je voulais, c'était le développement de l'histoire de nos héros bodybuildés ! D'abord l'histoire principale, qui concerne Beth et Kolher et également le développement progressif des autres membres virils de la confrérie (je parle des vampires, pas de leurs sexes !).

Nous y voilà, après tant de bla-blas et de sarcasme, je vous explique pourquoi j'ai autant aimé L'amant ténébreux, 1er tome de la saga "La confrérie de la dague noire" !  


D'un côté, on a une jeune femme, dans les 25 ans, Beth, (Elisabeth Randall), journaliste, qui travaille en étroite collaboration avec les flics de la ville de Caldwell, dans l'Etat de New York. Elle n'a jamais connu ses parents, vit seule avec son chat et, malgré sa beauté indéniable, ne fréquente pas d'hommes (Mais elle n'est pas vierge comme l'autre dinde d'Anastasia Steele...). Beth n'a pas d'amies femmes non plus, les personnes les plus proches semblent être les policiers qu'elle côtoie et ses collègues de travail. Bref, vie sociale et sexuelle proche du néant. (malgré sa beauté, je le répète ! Beth est une belle brune d'1m80 au corps de mannequin). Elle n'a jamais connu ses parents. Sa mère est décédée en la mettant au monde et son père est inconnu (en fait, c'est Audazs, un vampire plein aux as et membre de la Confrérie de la dague noire, mais Beth ne le connait pas, mais lui, il a toujours gardé un oeil sur elle depuis sa naissance ! mais chut !!!!!!).


Et d'un autre, nous avons l'immense Kolher, vampire guerrier de plus de 2 mètres, membre de la Confrérie de la dague noire....Et même plus que ça, il est le roi !!! (mais il n'assume pas ce rôle). Kolher est donc très grand, les cheveux long et bruns et il porte généralement des lunettes de soleil car il est presque aveugle....Rassurez-vous, son handicap ne l'empêche pas d'être un excellent guerrier (et amant).


Kolher n'aime pas trop les humains qu'il dit responsables de l'extinction de son espèce. (Vas-y Kolher ! Et accuse-nous aussi de l'extinction des pandas et autres ours blancs, pendant que tu y es !). Il va pourtant être obligé de prendre contact avec Beth car avant sa mort, Audazs, le père de Beth, lui avait demandé d'être le vampire mâle qui sera présent au moment de la transition de Beth pour devenir une vraie vampire....Kolher avait d'abord refusé mais comme Audazs s'est fait tué dans une voiture piégée dans l'entrefaite, notre guerrier sexy s'est senti coupable et a décidé d'honorer le dernier voeux de son ami décédé.


Le problème, c'est que Beth ne sait pas que les vampires existent, ne sait pas qu'elle est, elle aussi, à demi-vampire, par son père, et donc, quand elle va voir débarquer cet immense mec baraqué habillé en cuir et portant des lunettes de soleil en pleine nuit, ça va lui faire un choc.....Malgré tout, elle ne va pas mettre très longtemps pour tomber dans ses bras, comme une sorte de pulsion sexuelle. (en même temps, faut se mettre à sa place, qui ne craquerait pas pour le beau et ténébreux Kolher?).


Je ne vais pas raconter tout le livre évidemment, mais en tout cas, j'ai énormément accroché à cette histoire d'amour et de passion entre ces deux êtres que tout opposait. Ce fut un vrai régal de voir le pauvre Kolher se battre contre son désir pour Beth et sa raison et le fait qu'il ne devait pas s'attacher à elle, qu'il était juste là pour rendre service à son ami décédé et que dès que Beth deviendrait une vraie vampire, il la laisserait pour qu'elle trouve un meilleur mâle que lui, qui la mérite (car oui, vous allez vous en rendre compte, tous les guerriers de la Confrérie de la dague noire ont un gros complexe d'infériorité envers la femme qu'ils aiment. J'en suis au tome 3 au moment où j'écris cet article et à chaque fois, ils disent qu'ils ne méritent pas l'amour que leur porte l'élue de leur coeur etc...).


Moi, ça me fait craquer ! J'adore !





Que dire de plus pour vous convaincre de lire ce livre ? mmmh...Ah bah si ! Il y a beaucoup de scènes de sexe




Par contre, deux question aux éditeurs de la version française : 

Pourquoi avoir changé le nom du héros vampire en Kolher alors que dans la version anglaise, il s'appelle Wrath ?........Peut-être pour que ça sonne comme "colère" ?....On aurait pu se passer de ce changement de nom, je pense....


Pourquoi avoir mis une femme blonde et un homme aux cheveux courts sur la couverture du livre ?


Ma note : 17/20


Si vous aimez ce livre, vous aimerez peut-être :

  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire