mercredi 27 novembre 2013

LA CONFRERIE DE LA DAGUE NOIRE - Tome 5 : L'amant délivré

J.R WARD 
2011 - Editions Milady 
656 pages

Tome 5 de la saga "La confrérie de la dague noire"

Synopsis :

Une guerre fait rage à l’insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs.
Ils sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. Impitoyable et brillant, Viszs est doté d’un pouvoir de destruction incroyable et d’une aptitude terrifiante à prédire l’avenir. Torturé par son passé, il ne fait pas dans les sentiments. La lutte contre les éradiqueurs est sa seule passion… jusqu’au jour où il croise la route du docteur Jane Whitcomb. Tout pourrait changer grâce à elle, mais Viszs est rattrapé par un destin incompatible avec celui de la jeune humaine…

Attention les filles, y'a du mâle !



Ouh la la ! Je pensais que le tome 3 "L'amant furieux" consacré à Zadiste resterait sans conteste mon tome préféré de la Confrérie de la dague noire et que je ne pourrai plus jamais avoir les sensations ressenties à sa lecture et bien non, c'était sans compter sur le très spécial Viszs et ses vices en tout genre (une sorte de Christian Grey aux longues canines). Je pense sincèrement avoir autant adoré lire ce 6ème tome : "L'amant délivré".

En fait, ce qui m'a vraiment plu dans ce tome, c'est que l'héroïne, la future "shellane" chérie de notre vampire au bouc et à la casquette des Red Sox est une femme très intelligente. Jane est en effet chirurgienne, elle est humaine et c'est elle qui va opérer à coeur ouvert ce curieux patient arrivé en urgence après une blessure par balle (elle va constater que la balle aussi est étrange). Jane se pose beaucoup de question sur ce patient qui a un coeur qui ne ressemble pas aux coeurs qu'elle opére habituellement, qui a un groupe sanguin indéfinissable.....Mais Jane ne va pas pouvoir se poser de questions très longtemps car elle va se faire "enlever" par ce même étrange patient quand ses amis - aussi étranges que lui - vont venir le rechercher en faisant irruption à l'hopital.

Dans ce tome, on a confirmation que Viszs a eu un passé assez spécial, très dur, très violent, au point d'avoir été partiellement castré (oui, ça aussi, Jane l'a découvert quand il était sur la table d'opération). On va en savoir un peu plus sur ses parents (Je n'aurais jamais soupçonné l'identité de sa mère ! Remarquez, lui aussi, il va être très choqué en l'apprenant !).

On voit que finalement, Viszs n'est plus attiré par Butch - puisqu'il a Jane à présent - Mais Butch restera la première personne avec qui il a partagé de l'affection - Ce qu'il aura d'abord pris pour du désir sexuel mais finalement non, on dira que c'est juste une amitié virile...

Vis à vis de cet homme mystérieux, Jane n'est pourtant pas dupe et au début, même si le gredin est attirant, il est d'abord celui qui la tient emprisonnée dans une chambre avec de solides gaillards qui veillent au grain derrière la porte.

Jane va d'abord analyser ce qu'elle ressent pour ce mystérieux V. comme la manifestation typique du très célèbre syndrome de Stockholm (quand l'otage tombe amoureux ou prend les idées de son tortionnaire).....Bon, après, elle finira par trouver n'importe quelle excuse pour rester un peu plus longtemps à ses côtés (merci Fhurie)....Le sens du devoir du médecin......

Comme à chaque fois avec JR WARD, les histoires d'amour se suivent et ressemble (ou presque, en tout cas, pour une chose, le gros malabar insensible devient un roudoudou tout doux dès qu'il aime une femme).

C'est évidemment le cas pour Viszs, qui nous avait pourtant habitué à des rapports violents et dominateurs avec les femmes anonymes qui ont partagé sa "chambre spéciale" et qui va virer illico fleur bleue aux côté de Jane....Comme les autres musclors de la Confrérie, dès qu'il trouve la "shellane" de ses rêves, même si ce n'est pas forcément l'amour au premier regard, les hormones parlent pour lui et c'est plus fort qu'eux.....Franchement, j'ai adoré les "à moi" qu'il pense bien malgré lui dans sa tête dès que la jolie chirurgienne est dans les parages.



Bon, Jane est une humaine, alors encore une fois, comme pour Mary ou Butch, JR WARD va trouver un scénario bien pensé pour que les deux tourtereaux finissent bien leur histoire d'amour (je ne spoile pas, elle fait ça à chaque fois !).

Si l'histoire de Viszs est très triste, la vie de Jane n'a pas été rose non plus, puisqu'on commence le livre avec un retour dans le passé de la jeune femme, quand elle était enfant et qu'elle a perdu sa petite soeur, le seul rayon de soleil au sein de sa famille si stricte. Il y a la scène du Ouija (vous savez, la table avec les lettres pour parler aux esprits, qui n'a jamais fait une séance de spiritisme étant jeune ?! Perso, j'en ai fait une quand j'avais 14 ans et je ne sais toujours pas si ce sont les copines qui poussaient le verre ou si c'était quelque chose d'autre....). bref, la scène du Ouija avec Jane et sa jeune soeur est surprenante et finalement très romantique - pour Jane, en tout cas - et j'ai adoré !

J'aime aussi l'explication de la mort par Jane, en tant que chirurgienne : "La mort est quelque chose d'étrange. La plupart des gens pensent que c'est un peu comme éteindre une lampe mais, le plus souvent, c'est tout un processus, en fait, un peu comme fermer boutique à la fin de la journée. En général, les choses lâchent de manière prévisible, jusqu'à ce que la toute dernière lampe s'éteigne et que la porte soit fermée et vérouillée. En tant que médecin, je peux intervenir et arrêter le processus en refermant les plaies, en transfusant du sang ou en forçant l'organisme à réguler ses fonctions à l'aide de médicaments. Mais parfois...Parfois, le propriétaire du magasin s'en va et il est impossible de le retenir, quoi qu'on fasse".

Dans ce tome, on a aussi le commencement de l'histoire d'amour qui se trame pour Fhurie (et qu'on va poursuivre dans le tome 6) et nous avons enfin la transition de John (qu'on attend quand même depuis le 2ème tome !)...

En conclusion, j'ai adoré "L'amant délivré", un coup de coeur comme pour "L'amant furieux". L'histoire d'amour entre Jane et Viszs est intense et les deux amants sont sur le même pied d'égalité, et ça, ça me plait ! Viszs l'a dit lui même, il adore l'intelligence de Jane ! Et les mecs qui aiment les femmes intelligentes sont les meilleurs car ce sont les plus lucides ! Ce sera mon mot de la fin. A méditer là-dessus !




Ma note : 18.5/20


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire