mardi 11 mars 2014

On ne meurt qu'une fois et c'est pour si longtemps

Patrick Pelloux
Editions Robert Laffont - 2013
230 pages

Synopsis :
Délaissant momentanément les urgences de nos maux contemporains qui forment son quotidien, le Dr Pelloux se penche ici sur de curieux patients : quasi morts, et tous illustres. Et si leur agonie en disait plus sur l’époque que l’époque elle-même ? Partant de cette intuition, Patrick Pelloux s’est lancé dans une recherche inédite, à la fois médicale et historique : retracer, au plus près de la vérité clinique et du contexte politico-socioculturel, les derniers moments de ces personnalités qui ont fait l’Histoire. Le résultat en est trente chroniques – de Jésus à Churchill dans l’ordre chronologique –, écrites d’une plume aussi précise qu’un bistouri (pour la vérité des faits), mais également pleine de verve, d’empathie et, souvent, d’humour, voire d’une pointe d’ironie. On y croise des rois, bien sûr (Charles IX, Henri III, Henri IV, Louis XIV…), des révolutionnaires (Danton, Robespierre), des résistants (Jean Moulin), des savants (Marie Curie), mais aussi des soldats (à Waterloo ou le 6 juin 1944), des écrivains (La Fontaine, Voltaire, Balzac, Zola…), des saltimbanques (Molière, Fréhel, Laurel et Hardy), et même un canard (Satunin) et un faux philosophe (devinez son nom) ! À l’image de son titre emprunté à Molière, un livre très sérieux mais qui ne se prend pas au sérieux, dans lequel on se promène au gré des époques, des thèmes, des personnages, avec le plaisir rare d’apprendre en s’amusant.

Oui, je suis une passionnée d'Histoire (avec un grand H), oui, comme beaucoup de monde, je suis fascinée et néanmoins très effrayée par la mort. Alors forcément, un livre qui raconte les morts pittoresques de certains grands noms de l'Histoire ne pouvait que me plaire ! Et je dois dire que là, je n'ai pas été déçue.....

Mon avertissement : Ne pas lire ce livre en mangeant ! C'est comme quand on regarde un épisode de The walking dead ou de Games of Thrones, les passages gores risquent de vous faire "gerber" ! (en plus, l'avantage - ou l'inconvenient - ça dépend le contexte - d'un livre, c'est que notre imagination a tendance à déborder un peu et parfois les scènes qu'on s'imagine avec les descriptions peuvent être pires que la réalité - ou pas !).

Alors première chose, après la lecture de ce livre, je bénie le ciel, ou la nature ou les étoiles, peu importe, je bénie la vie d'être née en 1978, d'être une femme d'une trentaine d'années dans les années 2010 car franchement, quand on lit tous les détails de problèmes de santé au cours de l'histoire décrits dans le livre, il y a de quoi frémir ! Pour rien au monde, je n'aurai voulu vivre dans les siècles passés....A la rigueur dans les années 50/60, un peu comme à la "Grease", mais sinon, NON NON NON ! Je suis très très bien dans mon époque où on a tous les médicaments à portée de main, des médecins compétents (dans la majorité des cas) et en tout cas, on vit quand même dans un monde, peut-être très pollué et où le capitalisme fait la loi, mais au moins, les gens qui ont plus de 90 ans sont devenus la norme quand on parle de "vieillards" et les femmes ne meurent plus en mettant au monde des enfants (je parle de la France et des autres pays riches évidemment !....Je ne suis pas si naïve pour penser que c'est le cas partout sur la planète....).

Dans le livre de Patrick Pelloux, les détails sont nombreux, l'écriture est fluide, parfois à la limite de la vulgarité ou, tout du moins, de la familiarité mais ça n'est pas du tout gênant, bien au contraire, ça met un peu de "vie"aux récits !

Un exemple de mort bien "dégueulasse" :
Louis XIII, le père de Louis XIV, le roi héros des histoires des mousquetaires d'Alexandre Dumas. Ce bon roi Louis XIII est mort d'une rectocolite hémorragique avec tuberculose iléocaecaleb et pulmonaire.....En gros, les derniers jours, il crachait ses poumons avec plein de sang - quand il arrivait à respirer - et il avait des diarrhées continues (comme il était alité, sans force, un trou avait été fait dans son matelas pour évacuer ses selles et atténuer un peu l'odeur....Qui était, paraît-il, insupportable (on s'en serait douté !)....Mais bon, tout ça, ce n'est pas le plus horrible....Le pire, c'est qu'il se pourrissait de l'intérieur, avec évidemment, dans ces cas là, l'apparition de vers, les fameux ascaris lombricoïdes, qui ressortaient par son anus ou par sa bouche (oui, ils arrivaient à monter jusqu'à la bouche !).....Alors, c'est effroyable - c'est clair et net - mais malheureusement, ne croyez pas que cela n'arrive plus à notre époque, preuve en image : 

Faites coucou aux petits ascaris !

Attention ! Mis à part ces détails dégueux sur la mort de Louis XIII, on apprend aussi dans ce livre que c'est à lui que l'on doit le verre canard pour boire et l'urinoir qui est encore utilisé de nos jours dans nos hôpitaux ! 

Patrick Pelloux a vraiment le don de donner vie aux fins de vie de ces illustres personnages. Avec une grande recherche minutieuse, à l'aide de livres, de notes prises quand il était étudiant et non de recherches superficielles sur wikipedia (il le dit lui-même en prélude)...Ses récits sont vraiment passionnants ! Pas de termes trop scientifiques (ou alors, quand il n'a pas le choix, après il décrit précisément à quoi ce terme correspond). En plus, ce qui est génial dans son livre, c'est que l'auteur termine toujours par l'âge de la mort du personnage abordé ! Oui, c'est génial pour moi ! cela me permet de voir que certains personnages étaient vraiment jeunes quand ils sont décédés et cela me conforte toujours que nous, nous vivons vraiment à une époque merveilleuse !

Car si vous vous plaignez de l'état actuel de la France, je peux vous dire qu'avant, c'était vraiment pire !...Si vous aviez la chance de ne pas mourir enfant, comme la plupart des enfants de ces époques, vous vous destiniez à une vie vraiment dure, sans médecine (faire des saignées ou des lavements dans l'anus n'a jamais guéri personne...). A certaines époques, tout le monde vivait en permanence avec des mycoses (vous vous imaginez toute une vie avec une mycose vaginale, vous ????), pas de réel dentiste non plus....Et à certaines époques, il ne fallait pas se laver car la croyance voulait que c'était l'eau qui rendait malade....En même temps, vu qu'il n'y avait pas d'égouts et qu'on jetait ses eaux sales (caca etc) par la fenêtre, faut pas s'étonner que l'eau avait peut-être un petit goût...



J'ai donc vraiment appris ENORMEMENT de choses sur la réalité de vies de toutes ces époques passées. Pour exemple, voilà comment Patrick Pelloux décrit le 17ème siècle, sous le règne de Louis XVI : 
" Versailles, 1687 (...) La cour (...) Vue d'en haut, elle ressemble à un élevage de cockers en rut, qui cavalent auprès des perruches en chaleur. Vue d'en bas, sous les perruques, il y a les poux, et sous les fringues, c'est la foire à la crasse, aux mycoses, aux infections avec petite vérole, gonocoque, chlamydia, tuberculose....".....Humm ! c'est pas très ragoutant tout ça....Et encore, il n'aborde pas les odeurs (dans ce passage, en tout cas....).

Certains passages m'ont fait beaucoup rire, comme par exemple la mort humiliante de Henri III, poignardé alors qu'il venait de "faire caca" sur sa chaise percée (aux époques des différents rois, il y avait un rituel où des gens étaient choisis pour assister au "gros popo de Sa Majesté"). Henri III qui était connu pour être un homme très viril (c'est de ironie, en fait, il avait plutôt l'air d'une folle avec ses habits extravagants..) et donc, il se serait écrié, un fois poignardé : "Aaah ! Méchant, tu m'as tué !"............Avouez, c'est drôle, non ? D'accord, cela a été une mort lente et horrible pour Henri III qui a agonisé lentement - très lentement - de son coup de couteau dans le ventre, mais la phrase qu'il a dit plus le fait que c'était en se relevant de sa grosse commission, c'était vraiment grotesque comme mort !!!!

Patrick Pelloux met fin également à certaines croyances comme par exemple que Molière serait mort sur scène....Nan nan ! C'est pas comme ça que ça s'est passé ! Mais le pauvre, il a eu une fin de vie bien triste et en même temps, saviez-vous que finalement, on ne sait pas si c'est vraiment lui qui est actuellement dans son tombeau ? Ce pourrait être son ami Jean de la Fontaine ! (rapide explication : à la Révolution Française, un siècle après leurs deux morts respectives, les révolutionnaires ont mis à sac certains cimetière et des corps ont été sortis de leurs tombeaux....Après pour les remettre à leur bonne place, ça a été un peu compliqué....Je ne vous parle pas des rois qui ont été tous sortis de la Basilique St Denis et qui ont été jetés dans une fosse commune....).

Pour le plus célèbre de nos rois de France, Louis XIV, le roi Soleil....Saviez-vous qu'il avait du diabète et que ses médecins l'ont découvert car son urine était sucrée ? (oui, ses médecins buvaient son urine pour vérifier, ce n'est pas une blague ! il n'y avait pas de laboratoire d'analyse à cette époque !)....

Et saviez-vous également que, malgré son diabète, il adorait manger des choses sucrées (il alternait avec des régimes sans sucre, ce qui lui a permis de vivre très longtemps pour l'époque, finalement), bref, qui dit manger beaucoup de sucre, dit risque de caries...

Et sans dentiste efficace et sans dentifrice, surtout, qu'est-ce qui s'est passé ? Ses dents se sont gâtées....Et un de ses chirurgiens a essayé de lui arracher ses chicots mais il a arraché en même temps un partie de son palais !!!!!! (pas Versailles, je parle de son palais dans la bouche...)....En plus de l'énorme douleur qu'il a dû ressentir (pas d'anesthésie comme à notre époque), quand notre pauvre roi a fini par se rétablir de la bévue de son chirurgien, il lui est resté qu'à partir de ce moment, tout ce qu'il buvait était reflué par le nez et par la bouche.....Sympa, non ? 



Je ne parle pas de son anus endommagé qui fut soigné à coup de fer ardent enfoncé 14 fois de suite....Sans anesthésie, encore une fois ! (à force de subir des lavements de la part de ses médecins).

Je vais arrêter là mes anecdotes car mon but n'est pas de décrire toutes les morts citées dans ce livre. Je peux juste vous dire qu'elles sont au nombre de trente et unes (certaines individuelles et d'autres collectives comme pour les soldats des batailles de Waterloo ou du débarquement en Normandie...). 

Bon, le seul bémol de ce livre c'est que ce sont surtout des histoires d'hommes qui sont contées...Seulement trois femmes y figurent...Néanmoins, "On ne meurt qu'une fois et c'est pour si longtemps" est un vrai coup de coeur pour moi et je vous le conseille vraiment, même si vous n'êtes pas fan d'Histoire !



Ma note : 18,5/20



1 commentaire: