lundi 13 avril 2015

LA CONFRERIE DE LA DAGUE NOIRE - Tome 11 : L'amant désiré

JR WARD
Les éditions Milady (2014)
Sortie VO 2013
761 pages

Synopsis :

Désavoué par sa lignée, Vhif devient l'un des guerriers les plus violents de la Confrérie. Même s'il est en couple et a des projets pour l'avenir, sa vie lui semble vide, car il ne peut vivre avec celui qu'il aime... Blay, après avoir longtemps nourri des sentiments non partagés pour Vhif, a enfin réussi à tourner la page. Bien que le sort semble s'être ligué contre eux, ils se retrouvent tous deux à combattre les nouveaux ennemis de la Confrérie. Vhif apprendra alors le véritable sens du mot « courage » et découvrira que rien ne peut séparer deux êtres destinés l'un à l'autre...


C’est avec un immense plaisir que j’ai replongé dans les aventures de nos beaux vampires musclés vêtus de cuir pour ce 11ème tome. Celui-ci est principalement consacré à l’histoire d’amour entre Blay et Vhif (Qhuinn dans la VO). JR WARD continue dans sa lancée pour nous conter une belle romance juchée d’embûches et la particularité de ce tome 11, si vous avez remarqué sur la couverture du livre, et bien c’est que cette fois-ci le couple phare est composé de deux mâles.

Ainsi, en plus de la romance M/M entre Blay et Vhif (que tout bon fan, dont moi-même, de cette saga attendait avec impatience tellement ces deux anciens meilleurs amis se tournaient autour depuis si longtemps), nous avons aussi un peu du futur couple (je l’espère !!!!) Layla/Xcor et nous suivons parallèlement un développement plus poussé sur deux personnages annexes qui avaient fait quelques apparitions dans les précédents tomes, les deux frères ombres iAm et Trez (aperçus auparavant auprès de Vhengeance et Xhex)….Sans parler de l’introduction d’une nouvelle humaine, la jolie Sola et du vampire attiré par elle, Ahssautqui va continuer à faire parler de lui…

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-La complexité de l’histoire avec des ennemis de plus en plus nombreux pour Kolher et sa confrérie : En effet, au début de la saga, le fil conducteur de l’histoire de JR WARD était simple et basique avec les vampires, menés par leur roi Kolher, qui luttaient  dans l’ombre des humains, contre leurs ennemis ancestraux, les éradiqueurs, des "morts-vivants" à la douce odeur de talc pour bébé, créés par l’Omega…Mais depuis quelques tomes déjà, une autre menace plane sur Kolher avec l’arrivée d’Europe (appelé aussi « ancienne contrée » à juste titre pour nos vampires américains) de Xcor et de sa petite bande de salopards qui sont venus dans le but précis de s’emparer du trône. Quand on sait que la Glymera (noblesse des vampires) n’est pas forcément toute acquise à la cause de Kolher, on peut d’attendre à tout, du coup d’Etat au régicide (d’ailleurs, dans le précédent tome, c’est pas passé loin pour notre puissant roi aveugle…)….Après, est-ce qu’une bande de six vampires renégats peut vraiment venir à bout de la confrérie ?....D’autre ennemis rodent-ils dans l’ombre ? L’Omega va-t-il encore faire parler de lui ?

2#-La romance non avouée et non avouable entre Xcor et Layla : Waouh ! JR WARD annonce du lourd et j’espère ne pas être déçue par l’auteure quand il se passera vraiment quelque chose entre ces deux là ! Il n’y a pas plus amour interdit pour moi que cette attirance entre Layla, cette belle jeune femme, respectée par ceux de sa race de par sa nature d’élue et liée à la cause de son roi Kolher et Xcor, ce guerrier rebelle et sauvage qui veut tuer le Roi et qui est décrit comme laid car défiguré par une espèce de bec de lièvre (à l’époque où il est né, il y a plusieurs siècle, cette déformation était très courante en Europe….Et elle touche encore des enfants à notre époque, ceux des pays que l’on nommait « tiers monde » quand j’étais gamine…). Il y a peu de scènes entre ces deux là dans ce tome 11, pourtant, il y a un passage très court qui m'a énormément marquée, une discussion entre les deux personnages dans une voiture....J'en ai eu les larmes aux yeux tellement j'ai été émue !!!! Sans rire !!!!! J'espère vraiment que JR WARD va accorder un peu d'amour et de bonheur à ces deux là car si jamais ça se termine en drame, je serais dé-goû-tée et cela pourrait même être un motif pour arrêter cette saga (enfin peut-être pas non plus, faut pas exagérer...). En tout cas, je suis à fond pour ce couple ! c'est clair !




"-Vous habitez mes rêves, murmura-t-il. Chaque jour, vous me hantez. Votre parfum, votre voix, vos yeux...Cette bouche.
Il déplaça la main et lui effleura la lèvre inférieure de son pouce calleux. Fermant les paupière, Layla s'abandonna à ce contact, sachant que c'était tout ce qu'elle obtiendrait jamais de lui. Ils appartenaient à deux camps ennemis et, même si elle ne connait pas les détails, elle en avait entendu assez dans la maison pour savoir qu'il avait raison. Il ne pouvait défaire ce qu'il avait fait. Et cela signifiait qu'ils allaient le tuer.
-Je n'arrive pas à croire que vous me laissez vous toucher. (sa voix se fit rauque). Je m'en souviendrai éternellement. 
Des larmes montèrent aux yeux de Layla. Douce Vierge scribe, toute sa vie, elle avait attendu un moment pareil...
-Ne pleurez pas. (son pouce passa sur ses joues). Belle femelle de valeur, ne pleurez pas.
Si on lui avait dit que quelqu'un d'aussi dur était capable de tant de compassion, elle ne l'aurait pas cru. Mais c'était le cas. Avec elle, c'était le cas".

3#-L’évolution du personnage de Layla : 
Cela va de paire avec son attirance pour Xcor, mais pas que….Layla est apparue il y a quelques tomes déjà. J’avoue, je ne l’aimais pas trop au début, je la trouvais très très fade mais en réalité, cette jeune femme avait une bonne excuse vu qu’elle n’a jamais agit par elle-même depuis sa naissance et ayant été éduquée, comme quelques autres beautés de son espèce, depuis son plus jeune âge pour être une élue et donc servir le primâle pour lui donner une descendance (ce qui ne se fera pas vu que Fhury a renoncé à servir d’étalon pour perpétuer l’espèce), la jeune femme a donc quitté l’univers aseptisé dans lequel elle vivait auprès de la Vierge Scribe pour loger sur Terre, chez les guerriers de la Confrérie et ainsi donner son sang aux mâles sans shellanes qui en auraient besoin….Une relation ambiguë va naître entre la jeune femme et Vhif…..Même s’il n’y a pas d’amour entre eux – Puisque Vhif se meure maintenant d’amour pour son ami d’enfance Blay - ils ont tous les deux l’envie profonde de changer le cours de leur existence, y trouver un but et donc, pourquoi pas concevoir un enfant ensemble...Seulement voilà Layla est une élue et en principe, elle n’a pas le choix de son corps et comme l’a si bien fait remarqué le médecin de la clinique Havers (toujours aussi con, celui-là !), elle n’est qu’un réceptacle, un ventre, pour porter la descendance du primâle….
La manière plutôt brutale et dramatique dont finalement Layla se rend compte que le monde n’est pas du tout bienveillant à son égard et part complètement à vau-l’eau va finalement la pousser petit à petit vers l’homme à qui elle ne devrait même pas penser : Xcor…C’est fascinant comment un personnage aussi policé et endoctriné dans une certaine façon de penser peut finalement tout envoyer balader pour enfin vivre pour elle-même…J’adore Layla maintenant, tiens, du coup !....Au pourtant, au début dans ses premières apparition dans la saga, c’était vraiment pas gagné !

4#-L’évolution du personnage de Vhif : 
Le futur père de l’enfant que porte Layla est un personnage très complexe. Il est issu d’une famille noble de la Glymera mais il a toujours été rabaissé par sa famille à cause de ses yeux vairons….Une petite particularité physique qui ne passe pas dans les familles nobles qui visent la « perfection » chez leurs enfants. Dans la mesure où les parents de Vhif ont 3 enfants dont 2 garçons, forcément tous leurs rêves et leurs aspirations se sont retournées vers le frère de Vhif et du coup, notre pauvre vampire a grandit comme le vilain petit canard au sein de sa famille…..Bon, depuis, celle-ci a été massacrée par les éradiqueurs dans l’un des précédents tomes, mais Vhif porte cette blessure, ce manque d’amour en lui d’une manière constante et douloureuse …Et il n’aura plus jamais l’occasion de s’expliquer avec ses parents….
Vhif est bisexuel et a toujours eu une vie débridée mais il sait depuis peu que la seule personne dont il est amoureux c’est finalement son meilleur ami, Blay, qui est maintenant en couple avec le propre cousin de Vhif….Blay l’avait toujours aimé en secret mais à force d’attendre sans aucun signe d’espoir de la part de son ami, il a fini par tourner la page….Et c’est évidemment quand Blay renonce à Vhif que Vhif se rend compte qu’il l’aime…Mais ne peut plus l’avoir car Blay est en couple avec Saxton….C’est classique comme schéma, n’est-ce pas ! Malgré sa vie amoureuse tumultueuse (quand on rajoute dans l’équation Layla, qui porte son enfant), Vhif s’est tout de même illustré plusieurs fois auprès de la Confrérie….Bien qu’il soit une tête brûlée, il a prouvé sa valeur auprès de Kolher et de ses frères d’arme….J’ai adoré ce passage quand, du mal aimé, Vhif devient un être important et cher au cœur des membres de la confrérie….Et puis, on va re-entendre parler de Flhéau, décédé il y a plusieurs tomes déjà, à un moment dans le livre, ce qui est plutôt une bonne chose pour Vhif....

5#-L’humour, les réparties cinglantes, le vocabulaire parfois très vulgaires utilisés à tour de bras par les mâles de la Confrérie….Je ne sais pas où JR WARD va chercher tous ces dialogues fleuris, mais cela me fait toujours rire ! Parfois certaines scènes sont vraiment à la limite de l’obscénité (je pense notamment à la scène entre la femelle vampire « prostituée » et la bande des salopards)….Et pourtant, ça passe à chaque fois ! Comment fait-elle ?

6#-Un peu de Vhengeance : Ceci n'engage que moi, mais vu que c'est mon personnage préféré de la saga, je suis contente qu'on le voit faire une apparition un peu plus longue dans ce tome là !

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre :
Le ridicule de certaines situations : A vrai dire ce n’est pas que je n’ai pas aimé mais parfois certaines scènes me semblent à la limite du grotesque….Cela arrive régulièrement dans les tomes de la Confrérie vu à quel point tous ces vampires de la confrérie « s’aiment » vraiment comme une famille, mais j’avoue que d’imaginer, par exemple, ces gros mâles tout musclés, habillés en cuir, des guerriers et des tueurs impitoyables se mettre à la queue leu-leu pour remercier ou féliciter l’un de leur membres, je trouve ça vraiment ridicule ! Ils agissent parfois comme de grands enfants pas du tout dégourdis, qui sont émus mais….qui ne savent pas trop comment agir face à ce genre de situation….Une grande tape virile dans le dos, j’aurais préféré, à la rigueur…(et pas à la queue leu-leu, par pitié !!!!!).

Enfin voilà, pour conclure, il se passe énormément de choses dans ce 11ème tome….Je ne regrette qu’une chose : avoir tarder à le lire, lui qui attendait depuis plusieurs mois dans ma PAL (honte à moi !)….Que ce soit pour les histoires intimes de certains personnages ou les intrigues à l’encontre du roi Kolher….J’ai vraiment hâte de lire le prochain tome ! Il faut bien reconnaître que les personnages créés par JR WARD sont tellement charismatiques, ils marquent notre esprit et du coup, les mois d’écart entre les sorties de tomes ne se font pas trop ressentir, on se retrouve très rapidement dans le bain de leurs actions (malgré le nombre croissant de personnages dont on doit se rappeler l'identité)…La confrérie de la dague noire est vraiment une valeur sûre de la littérature BIT LIT et ce 11ème tome est dans la lignée des autres : excellent ! Bravo et merci JR WARD pour cette extase littéraire !




Ma note : 18/20

Si vous aimez ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire