mercredi 17 juin 2015

Dublin street - Tome 1

Samantha Young
Les éditions J'ai lu (2013)
Sortie originale 2012
409 pages

Synopsis :
Quand Jocelyn Butler pénètre dans le magnifique appartement de Dublin Street, elle croit vivre un rêve. Un cadre somptueux, une quartier agréable d’Édimbourg, et une future colocataire des plus adorables. Ellie Carmichael est certes un peu trop enjouée et curieuse pour le caractère secret de Jocelyn, pour qui se lier d'amitié avec autrui a toujours été une épreuve, mais elle lui est aussitôt sympathique. Son frère, en revanche... Beau comme un dieu, mais aussi arrogant que déstabilisant, Braden Carmichael fait voler en éclat son fragile équilibre. Car en plaquant tout pour venir s'installer en Écosse, la jeune femme espérait laisser derrière elle son passé tragique. Or la passion qui la lie bientôt au ténébreux Braden fait ressurgir ses peurs les plus profondes, et les exorcise...

Depuis le temps que j'avais envie de lire Dublin Street, voilà chose faite ! Alors, je ne vais pas dire que je n'ai pas aimé car ma lecture a, au contraire, été très agréable....Pourtant, arrivée vers la fin du livre, il y a quelques détails qui m'ont énervée par le côté vraiment trop cliché de ce genre de romance. Je pense que si j'avais lu Dublin Street dès sa sortie, j'aurais pu en faire un coup de coeur mais voilà, le temps a fait son oeuvre, ou plus précisément, les maisons d'éditions, depuis ces dernières années, nous ont gavé de ce genre de romance jusqu'à l'overdose et du coup, trop c'est trop ! Les héroïnes sympas qui finissent par péter un plomb et se comportent en vraie garce pour repousser l'homme qu'elles aiment "parce qu'il le faut", ça me gave !.....Et pourtant, malgré ça, j'ai vraiment été charmée par l'histoire alors si je devais recommander ce livre, oui, je le ferais, mais tout en avertissant qu'elle n'est pas plus originale que les autres romans de ce genre littéraire....

Ce que j'ai aimé dans ce livre :
1#-La relation tumultueuse entre Braden et Joss : C’est évidemment le fait qu’ils aient tous les deux un caractère bien affirmé qui permet de pimenter le récit. Joss n’est pas une oie blanche naïve et romantique, bien au contraire, vu la manière dont elle s’est perdue durant quatre années à la suite du décès de ses parents. Malgré tout, elle a finit par se ressaisir et à finalement vécu ensuite presque comme une nonne (en matière de relations sexuelles avec des hommes). Braden, au contraire, est un coureur de jupons invétéré et on peut dire qu’il a un type de fille bien particulier (blonde, taille mannequin)….Son physique et sa richesse lui permette de faire le difficile…Et on va comprendre au fil des pages qu’il a des circonstances atténuantes quant à son inconstance avec ses relations avec le sexe faible…..Malgré tout,il va se retrouver finalement face à une « banale » mais néanmoins très charmante et sexy Joss, et leurs joutes verbales du début va lui changer son univers et lui montrer quel genre de fille il voudrait réellement pour partager sa vie….

« -Tu es donc Jocelyn Butler.
-Joss, le corrigeai-je par réflexe. Il opina et s’enfonça plus profondément dans son fauteuil, laissant courir un bras sur le dossier. Il avait des mains splendides. Elégantes, bien que viriles. Grandes. Puissantes. L’image de cette main remontant à l’intérieur de ma cuisse s’imposa à moi avant que je puisse la repousser. Merde ».

2#-Les scènes sensuelles : De ce côté là, il n'y a rien à redire ! L'auteure Samantha Young sait faire monter la sauce ! J’apprécie néanmoins le fait que ces scènes n’arrivent pas trop tôt dans l’histoire. J’aime quand monte la tension sexuelle inexorable entre deux personnages et du coup, dans Dublin Street, je suis servie ! Surtout qu'il semble que ce soit Braden qui ait finalement succombé en premier au charme de la jeune femme et qu’il a voulu quelque chose de plus sérieux ensuite, malgré les réticences pardonnables de Joss à construire une vraie relation durable avec un homme….

3#-Le lourd passé de l'héroïne : L’auteure nous met très rapidement dans le bain avec le passage de l’annonce du décès des parents et de la petite sœur de Joss lors d’un accident de voiture….L’héroïne avait 14 ans au moment du drame et vous allez rire (ou pas), mais cette scène très bien décrite m’a rappelé un épisode du feuilleton canadien des années 80 « les années collèges » quand Wheels apprend lui aussi la mort de ses parents et qu’après, tout part à vaux-l’eau pour lui…..Il n’est jamais facile de perdre ses parents mais quand ça arrive à l’adolescence, un moment assez "spécial" psychologiquement dans la vie d’une personne, les répercutions peuvent être dramatiques et ça a d’ailleurs été le cas pour Joss qui a vécu un calvaire après avoir perdu ses parents. Le fait de ne pas avoir de famille proche pour la prendre en charge (comme des grands-parents, par exemple), n’a fait qu’accroître le sentiment de solitude et surtout d’abandon de la jeune femme. On peut comprendre qu’elle ne veuille plus s’attacher à personne de peur de souffrir à nouveau de la perte d’un être cher mais malheureusement, ainsi va la vie et tout le monde meurt un jour, donc tout le monde souffre un jour de la mort d’un proche……Je n'ai pas honte de le dire, j'ai pleuré à la fin de ce livre à cause du passage au cimetière de Joss….Personnellement, c’est surtout la mort de sa petite sœur qui me touche car elle était encore très jeune, et le passage avec son ours en peluche m’a achevée ! Ayant moi-même des enfants, je ne peux imaginer un jour les perdre et je suis d’ailleurs hyper sensible aux annonces de décès d’enfants (beaucoup dans les médias, malheureusement)….Alors par exemple, des livres comme « Deux petits pas sur le sable mouillé », c’est impossible pour moi de lire ça ! je ne suis pas assez blindée psychologiquement pour ça ! En tout cas, je déplore une seule petite chose dans le récit de Samantha Young, c’est qu’elle ait mis plutôt en avant la mort des parents de Joss et du coup, a presque occulté celle de sa petite sœur….C’est sûr pour elle, qui avait 14 ans, c’est la disparition de ses parents qui a détruit son monde et que la perte d’une petite sœur c’est moins « dramatique » mais en tant qu’adulte, moi, j’ai justement été plus touchée par le décès de cette fillette....


Allez, puisque j'évoque les années collège, je ne peux résister à poster cette vidéo trouvée sur youtube en hommage au groupe Zit Remedy formé par Joey, Wheels et Snake ! Souvenirs, souvenirs......
(Je vous parle d'un temps, que les gens de 20 ans ne peuvent pas connaître....)


Ce que je n'ai pas aimé dans ce livre :
1#-Les problèmes psychologiques de Joss : Je sais, c’est paradoxale avec le point positif évoqué juste au-dessus, dans mon avis. Il faut dire que ce n’est malheureusement pas de sa faute si Joss perd sa famille dans un accident de voiture quand elle est ado. Ce n’est pas sa faute non plus, si elle grandit ensuite de foyers en foyers, car il ne lui restait qu’un oncle vivant en Australie et que celui-ci  n’a pas voulu s’embarrasser d’une lointaine nièce…..Pourtant, par moment, j’ai été agacée par les réactions de Joss. Elle s’interdit d’aimer les gens, de créer des liens. Alors qu’en fait, elle a tout de même une meilleure amie (qui vient de déménager à Londres, certes….Mais quand même). Ensuite, la relation presque fraternelle qu’elle va avoir avec sa colocataire, Ellie, nous laisse espérer qu’elle va peut-être enfin s’ouvrir aux autres, mais non, il y a ce passage dans le livre, où finalement, elle retourne à ses anciens démons, quitte à détruire tout le peu de liens qu’elle avait commencé à tisser avec Braden et sa famille….C’est délicat de juger un personnage qui a vécu un tel drame dans sa jeunesse mais il ne faut pas oublier non plus qu’à la mort de ses parents, elle ne s’est pas retrouvé sans le sou. Elle a hérité (à ses 18 ans) de leur argent (ils étaient assez riches), ce qui lui permet de vivre très bien….Je ne veux pas dire par là que l’argent remplace la perte d’êtres chers (certainement pas !!!)  mais il faut bien se dire que si elle s’était retrouvée orpheline + clocharde, cela aurait été une autre paire de manches….

« J’ai vu que tu avais sorti des photos de famille dans ta chambre. Tu sais, tu peux aussi en mettre au salon ou n’importe où dans l’appartement. C’est aussi chez toi, maintenant. Je me crispai en l’entendant évoquer mes proches, redoutant toujours une nouvelle crise d’angoisse.
-Ca va, merci. J’entendis son soupir et me préparai psychologiquement à la suite.
-Tu ne parles pas beaucoup d’eux.
Déjà ? Il avait fallu six semaines à Rihan avant de s’en rendre compte. Mon estomac se noua, et je repoussai mon assiette avant d’affronter  le regard inquiet d’Ellie. Nous étions colocataires, désormais, et nous nous entendions bien – étonnamment bien, même étant donné nos différences ; il était temps de jouer cartes sur table.
-Ils sont morts, lui dis-je simplement, sans chagrin, sans larmes, sans aucune émotion alors que ses joues pâlissaient. Je ne parle pas d’eux. Jamais ? Je ne sais pas à quoi je m’attendais. Ellie était si gentille et ouverte que je craignais peut-être qu’elle ne tente de me faire baisser la garde. Toutefois, elle me surprit une fois encore.
-D’accord, répondit-elle, et je la vis lutter pour dissimuler la lueur de pitié dans son regard.
-Affaire classée, alors. Je lui adressai un sourire qui se voulait rassurant ».

2#-Le côté autoritaire et homme des cavernes de Braden : Braden ne déroge pas au stéréotype classique de ce genre de romances, c'est-à-dire un mâle alpha très autoritaire, qui collectionne les femmes et qui finalement, se retrouver face à une demoiselle qui va lui changer son univers. C’est du  vu et revu, mais bon, c’est ce genre d’homme qui est le plus séduisant dans les livres, non ? Mais au bout de 20 ans de mariage, le caractère de cochon de Braden risque peut-être de taper sur les nerfs de la jolie Joss, non ?.....C’est dommage que les auteurs de romance ne font jamais des livres qui nous montrent leurs héros après de nombreuses années de mariage….Je pense qu’on aurait des surprises pour certains….



3#-La famille de Braden : Je les mets dans les éléments que je  n'ai pas aimé dans l'histoire, même si, en réalité, ce n'est pas forcément aussi simple que ça. Tout d'abord, il y a Ellie, la soeur de Braden, et la colocataire de Joss. Cette jeune femme est sympathique aux premiers abords, on peut comprendre que Joss se soit pris d'affection pour elle, mais après, il y a des choses chez elle qui m'ont vraiment agacée, notamment ses petits mensonges innocents qui ont eu une telle répercussion dans la relation que Joss entretenait avec Braden....C'est dommage.....Et il y a aussi Elodie, la mère d'Ellie, qui, sous prétexte de vouloir protéger Braden, met en garde Joss....Non mais de quoi je me mêle !!!! Attention mini zone spoilers (cliquez sur le mulot et passer en surbrillance sur le texte) : A la place de Joss, j'aurais vraiment eu du mal à pardonner à ces deux femmes proches dans le coeur de Braden car elles ont quand même failli foutre en l'air sa relation avec Braden !

4#- Les gros clichés de ce genre de romance : Je l'évoquais un peu plus haut, il y a d'abord le problème de Joss qui repousse à un moment Braden car elle a peur de l'aimer....Quitte à risquer de se faire détester par lui....Et il y a aussi le gros cliché du mec super beau qui pourrait avoir toutes les femmes qu'il veut grâce à son physique très avantageux et son compte en banque bien rempli....Et pourtant, il va s'accrocher à la Joss, jusqu'à la faire capituler.....Et il ne regardera plus jamais une autre femme à part elle....Mouis....Bof, ça me laisse un peu perplexe tout ça !....

5#- Le passage du prout  : Clin d'oeil ou non à un épisode de Sex & the city quand Carrie lâche un vent devant Mr Big, mais en tout cas, je n'ai pas trouvé ce passage très pertinent dans ce livre. Je dirais même qu'il n'a aucun intérêt vu qu'il n'y a rien de développé par rapport à ça (par exemple l'évocation d'une plus grande complicité entre Joss et Braden après ce grand moment de honte pour la jeune femme...).



Pour conclure, Dublin Street est vraiment un livre à découvrir et c'est avec plaisir que je lirai le second tome de cette saga. Samantha Young a su évoquer le sujet très délicat du deuil et de la perte d'êtres chers. Même si la famille de Joss a disparu depuis longtemps dans un accident de voiture, ils sont encore bien présents dans la tête de la jeune femme au point qu’elle n'arrive pas à passer outre et du coup à s'attacher à quelqu'un. La romance qui va se développer au fur et à mesure entre elle et le très séduisant Braden est passionnante surtout qu'au début, la jeune femme reste sur cet accord de "copains de baise"...Je vous recommande de lire Dublin Street si vous voulez une belle histoire d'amour ponctuée de scènes olé olé et aussi de moments d'émotion avec le deuil qu'essaye de surmonter l'héroïne....Après, ce livre ne va pas révolutionner le genre mais il a ce petit "je ne sais quoi" qui fait que l'on est vite addict à sa lecture et que, sans s'en rendre compte, on arrive à la fin et on réalise qu'on a passé un très bon moment en compagnie de nos deux héros !

Ma note : 17/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :
  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire