vendredi 22 janvier 2016

LE TEST - Une expérience inouïe, la preuve de l'après-vie ?

Stéphane Allix
Les Editions Albin Michel (2015)
279 pages

Synopsis :
Une expérience inouïe : La preuve de l'après vie ? Lorsque mon père est décédé j'ai placé des objets dans son cercueil. Je n'en ai parlé à personne. Puis j'ai interrogé des médiums qui disent communiquer avec les morts. Découvriront-ils de quels objets il s'agit ? C'est le test. Peut-on parler avec les morts ? Des femmes et des hommes le prétendent et en font même profession. Des milliers de gens les consultent. Ces capacités sont-elles réelles ou est-ce une illusion ? Pour répondre à ces interrogations, Stéphane Allix a testé six médium. Les résultats sont stupéfiants et confirment ce que révèlent les recherches scientifiques menées sur ce sujet : la vie après la mort est aujourd'hui une hypothèse rationnelle. Comment devient-on médium ? Est-ce un don ou une malédiction ? Comment décrire ce qui se passe lors de la mort ? Où va-t-on après ? Consulter un médium peut-il aider au processus de deuil ? Comment éviter les charlatans ? Autant de question que ce livre aborde, nous entraînant à la découverte d'une réalité à la fois simple et vertigineuse : il est possible de communiquer au de-delà de la mort.



« Il y a du monde là-haut, il conviendrait d’ailleurs plutôt de dire qu’il y a du monde autour de nous. Si je devais tenter une image, je choisirais ceci : Lorsque le médium se met psychiquement en situation de réception et ouvre ses portes de perception, il se retrouve éclairé par un puissant projecteur dans un monde parallèle, le monde des morts ; il devient visible pour beaucoup de défunts, et attirés par cet être vivant qui semble les voir et les entendre, de nombreux disparus s’approchent, impatients de pouvoir communiquer. Petite remarque en passant : Quand vous faites du spiritisme pour vous amuser, il se produit exactement la même chose ; vous braquez un projecteur sur vous, et devenez visible dans le monde des morts. En général, ceux qui errent à la recherche d’un peu de lumière ne sont pas ceux que vous auriez envie d’inviter à dîner. Mais une fois que vous leur avez fait coucou, ils peuvent trouver la maison accueillante. Alors un conseil : Ne jouez pas à ça, ce n’est pas un jeu ».



Whoua whoua whoua ! Je ressors bouleversée par ma lecture de "Le test - Une expérience inouïe : la preuve de l'après-vie" de Stéphane Allix ! Par contre, attention car ce qui est écrit dans ce livre n'est pas forcément "écoutable" pour la majorité des gens et si vous dites à n'importe qui que vous croyez à ce qu'il a écrit, vous pouvez passer pour un illuminé, un hurluberlu, un fou......

« En effet, dans le questionnement sans fin qui est le mien depuis la mort de mon frère, j’ai découvert qu’il est parfois irrationnel de passer à côté de tant de signes, au prétexte de vouloir rester rationnel ».

« Il n’y a rien de plus déconcertant que d’être confronté à l’ignorance camouflée derrière des certitudes »



Pour ma part, après avoir terminé ma lecture, j'ai commencé à en parler à plusieurs personnes autour de moi : 

Certaines se sont braquées, dialogue impossible. Pour elles, la vie après la mort n'existe pas, ce sont des conneries. Et pour certaines de ces personnes, la simple évocation de la mort est même inenvisageable ! La mort est taboue et les membres de leur famille qui sont morts ne sont plus évoqués. Point barre. Comme si leur existence avait été effacée…J’en ai été témoin et je peux vous dire que ça fait bizarre surtout que dans ma famille, au contraire, lors de repas avec mes parents et mes frères, on adore ressortir les anciennes photos, on aime évoquer nos disparus, les anecdotes, les bons souvenirs…..Cela permet, je trouve, de les faire encore exister un peu auprès de nous. 

D’ailleurs, pour d’autres personnes à qui j’ai parlé de ce livre, certaines y croient totalement et j’ai une amie, en particulier, qui a perdu ses deux parents et qui continue toujours à leur parler, ou continue des petits rituels de la vie, comme leur souhaiter la bonne année etc….

D’autres personnes, encore, s’intéressent au sujet de l’au-delà, sans forcément y croire à 100%, mais il y a un doute, des interrogations….

Par exemple, quand j’ai parlé de ce livre dans ma famille, l’un de mes frères m’a expliqué que justement, l'une de ses collègues de travail subissait depuis presque 3 ans des phénomènes étranges dans son appartement (cela a commencé quelques semaines après la mort de son grand-père), avec des bruits de pas ? des bruits de tuyauteries ? (à heures régulières), des sensations de frôlement dans ses cheveux ou sur ses bras sont devenus son lot quotidien. Elle habite dans un appartement avec ses deux enfants (l'un est réceptif aussi aux bruits, l'autre semble insensible et dubitatif face à cela). Mon frère est allé dans son appartement pour constater et effectivement, il a entendu des bruits (bon, il a essayé de la rassurer, au début en lui disant que c'était normal ce genre de bruits dans un immeuble, avec les voisins etc).....Cela dit, sa collègue a finit par faire venir plusieurs médiums chez elle et à chaque fois, ils lui ont dit qu'il n’y avait pas que son grand-père présent dans l’appart, mais qu’il y avait une foule chez elle......Aaargh ! La grosse flippe ! En 
fait, elle aurait ouvert une "porte", un canal à la mort de son grand-père car elle aurait des facultés médiumniques...Tous les médiums lui ont dit qu'il n'y avait pas grand chose à faire à part accepter son don et communiquer avec les défunts.....Mais elle, elle ne veut pas ! Bref, elle est désespérée ! (Du coup, j'ai conseillé à mon frère de lui faire lire ce livre car elle devrait trouver des clés de compréhension et peut-être d'apaisement face à ce qu’elle vit puisque Stephane Allix explique le parcours personnel de chacun des six médiums interrogés pour son fameux test)....

« Lorsqu’elle est petite, Florence entend régulièrement des murmures et des voix qui l’appellent. Son frère, qui a trois ans de plus qu’elle perçoit également des « choses ». Mes les enfants ne parviennent pas à mettre de mots dessus. Ils en parlent peu, les adultes disent toujours que c’est leur imagination. L’éducation religieuse qu’ils reçoivent à l’école parle du paradis, de l’enfer et du purgatoire. Sans doute s’agit-il de fantômes ? Alors la peur s’installe parce que les fantômes « ça fait peur ». Mais Florence nevoit rien, enfin pas tout de suite. Elle raconte que cela a commencé par des ressentis de présences. Avec le temps, effectivement, elle se met à voir des ombres, à sentir des caresses dans ses cheveux, des frôlements. Des voix continuent de l’appeler : « Florence ». Elle en ignore l’origine comme la raison. A l’école, les rares fois où elle tente d’en parler, elle déclenche la moquerie et les blagues de ses camarades ».

Quand je suis tombée sur le résumé de ce livre, j'ai été interpellée car je me dis qu’il faut avoir un sacré courage pour parler de la mort et de l’au-delà en public sans risquer de passer pour un fou ou un charlatan !  Je connaissais déjà un peu Stéphane Allix via ses différentes émissions ou activités sur le paranormal et  je crois en sa sincérité ainsi que dans celles des médiums cités dans son livre !

J'ai déjà chroniqué un livre sur une médium sur mon blog (ici) mais malgré l'intérêt que j'avais porté à ma lecture, de nombreuses questions étaient restées sans réponses.....Hors, dans Le test, l'étude de la vie, ou plus exactement la survivance de soi dans l'au-delà trouve des réponses plausibles via certains témoignages de médiums et les questions pertinentes posées par Stéphane Allix....

Après, vous allez me demander si on peut vraiment y croire ou non ?....

Et bien moi, je vous répondrais, en bonne normande que je suis : p'tête bin qu'oui, p'tête bin qu'non !....Non, sans blague, vous croyez ce que vous voulez !!! Mais personnellement, ce livre m'a rassurée sur certains éléments, a répondu à diverses questions que je me posais et surtout, ce livre m'a aussi permis d'être un peu plus sereine face aux annonces de décès, notamment d'enfants (dans les médias ou par rapport à ma profession) qui me bouleversent plus que tout.....(je ne vais pas revenir non plus sur ma nature de surréficiente mentale, que je développe ici ).

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
01#-Les réponses concrètes et crédibles des médiums interrogés :
-Qu’est-ce que je deviens après ma mort ?
-L’enfer ou le paradis existent-ils ?
-Des indices de compréhension sur le fameux « tunnel avec la lumière au fond »
-Pourquoi certains morts communiquent et d’autres non ?
-Où « vivent » les morts ?
-La réincarnation existe-t-elle ?
-Qu'est ce qu'est un guide ?
-Le coma, les maladies mentales....des rapports avec l'au-delà ?
-Voyance et médiumnité, c’est pareil ou non ?
-Un médium qui stresse donne de mauvaises réponses ?
-Est-ce que tout le monde peut avoir des capacités de médium ?
-Pourquoi les réponses des morts sont parfois confuses et incomplètes et certains n’arrivent pas à donner leur propre nom ?

Et enfin, vous aurez la réponse à la question du Test de Stephane Allix, à savoir si les six médiums interrogés ont réussi à découvrir les objets qu’il a cachés dans le cercueil de son père avant que celui-ci ne soit scellé….

"Mais au delà de vouloir simplement prouver que la vie se poursuit après la mort, j'ai souhaité explorer comment s'établit cette communication entre deux mondes. Entre les vivants et les morts. J'ai questionné les médiums, sans relâche : que devient-on après que son corps s'est évaporé en poussière ? Qu'arrive-t-il à notre individu près la mort ? Parce que l'on continue à être, de cela aujourd'hui je suis certain, je le redis. Mais à être quoi ? Exactement la même personne que du temps de notre vie sur terre ? Ou notre individualité évolue-t-elle ? Que se passe-t-il dans les premières semaines qui suivent notre décès ? Où va-t-on ? Qui rencontre-t-on ? Qui est l'être qu'est devenu mon père après sa mort et qui a communiqué avec moi ?".

"les noms et les dates posent problème à des nombreux médiums. Je pense que c'est parce que ces informations dépendent du cerveau gauche. Un nom est une étiquette, or les chiffres et les étiquettes sont traitées par l'hémisphère gauche du cerveau. Nous pensons que la médiumnité est un processus qui passe principalement par le cerveau droit. Les éléments normalement filtrés par notre cerveau gauche sont donc plus difficiles à percevoir et à interpréter".

2#-Les expériences vécues par les médiums, la révélation de leurs capacités : Beaucoup ont commencé à voir les morts dès leur enfance. D’autre, à la suite d’un choc, d’un traumatisme une fois à l’âge adulte. Il est intéressant aussi de constater que si beaucoup de médiums choisissent une vie de célibataire, d’autres arrivent à faire accepter leurs dons à leur conjoint et à leurs enfants (comme dans la série « Médium » avec Patricia Arquette….Pas facile pour le mari de concevoir qu’il y a des morts dans la chambre à coucher qui viennent s’entretenir avec son épouse….).  Nous apprenons aussi que certains ont renoncé à une profession qui leur était chère mais qui ne pouvait s’accorder avec la « mission » dont ils étaient investies par l’au-delà. C’est franchement incroyable !

« Alors que dans les premiers temps il arrive que ces expériences lui fassent peur, il réalise que jamais il n’a le sentiment d’être agressé. Progressivement, il devient familier de l’existence de ces autres dimensions. Cette réalité s’impose naturellement à lui, dans l’intimité du petit village où il habite, loin de tout, sans accès au moindre livre sur ces sujets. Quant à la télé, elle n’en parle pas. Plus que la peur et le doute, c’est davantage ceci qui est difficile pour lui : n’avoir accès à aucune information. Il subit ces phénomènes sans savoir de quoi il s’agit. Une seule certitude : c’est vivant, et réel ».

« Il prend conscience physiquement ce jour là combien nous vivons constamment entourés d’esprits. Henry le sait de manière abstraite à l’époque, mais le voir de ses yeux, constater que nous sommes entourés, voire infestés par les âmes de défunts le surprend par son ampleur. Jamais il ne l’aurait imaginé à ce point. Il ignore si ces défunts au supermarché étaient des proches des personnes qui faisaient leurs courses. Il découvrira plus tard qu’il peut arriver que des âmes polluent l’environnement d’une personne vivante, ou d’un lieu. Certaines personnes quant à elles, attirent des énergies particulières, des âmes parasites. Lui-même en tant que médium se sent parfois vidé de son énergie par un défunt ».



3#-L’explication concrète des ressentis des médiums : En quelques phrases bien choisies, avec des images et des comparaisons, le livre de Stéphane Allix arrive à nous faire comprendre ce que vivent les médiums, ce qu’ils ressentent et la complexité de ces visions qui ne sont pas forcément très simples à expliquer (et on va vite comprendre que le facteur « stress » est un gros frein à leurs capacités de perceptions !).

« Il en faut de la confiance quand on reçoit des gens qui vous déclarent au début de la consultation : Monsieur, si je n’ai pas les preuves aujourd’hui, je me tue… ». Quelle responsabilité ! Comment imaginer que ce puisse simple à vivre ? »

"On peut faire un parallèle avec les premières secondes du réveil. A cet instant, il se peut que vous ayez encore en tête le dernier rêve que vous venez de faire. Il est là, vous le sentez, son souvenir est inscrit en vous, avec sa puissance, ses évocations. Mais vous faites un mouvement dans le lit, et avant même que vous ne vous leviez, voilà qu'il s'étiole. Lorsque vous essayez de le noter par écrit, ou de le raconter à votre conjoint, très curieusement les mots que vous employez détruisent une partie du rêve. En le racontant ou le couchant par écrit, vous le réduisez à des mots. Il se recompose. Il devient presque autre chose. En fait, vous venez de passer du cerveau droit, qui rêve, au cerveau gauche, qui essaye de décrire le rêve. Et ça "coince". Pourtant vous conservez la sensation diffuse de fragments de rêves : il y avait plus de....Un point vous échappe...Cette couleur était....Comment dire ? Non, malgré vos efforts, vous ne parvenez pas à trouver les mots. Avez-vous déjà vécu cela ? Et bien pour un médium, comme nous allons nous en rendre compte, c'est un peu pareil : il doit lors d'une séance à la fois demeurer dans le rêve, cet espace subtil de perceptions fragiles ou il est en contact avec les défunts, et vous le raconter avec des mots. La capacité à faire de va-et-vient permanent sans altérer ses perceptions est le secret d'un bon médium ».

« Cette affirmation péremptoire ou les médiums ne doivent pas monnayer un don qui leur est donné, sous peine d’être des charlatans, ne serait-elle pas due plutôt au rapport que notre société entretient avec ces capacités inexpliquées : une sorte de fascination un peu craintive mêlée de suspicion ? Or, il faut bien se rendre compte combien cette attitude nous maintient dans l’ignorance de la réalité de ces phénomènes ».

4#-Les morts vivent encore : Les médiums évoque différents plans vibratoires pour tenter d’expliquer où se trouvent les morts. L’explication est assez plausible et je dois dire que je suis très satisfaite par les réponses données par les différents médiums à ce niveau là !

« Lorsque les défunts ne sont pas conscients d’être morts, en général, Henry ne les capte pas. On dit qu’ils se trouvent alors dans une sorte de sommeil réparateur. Il est recommandé d’ailleurs d’attendre un peu après un décès avant d’aller voir un médium. Henry préconise un minimum de trois mois. (….). Ce sommeil réparateur correspond à une période nécessaire après la mort pour se débarrasser du corps mental. Ce fameux mental qui nous complique parfois la vie ici, pourquoi de l’autre côté disparaîtrait-il en un clin d’œil ? (…). Nos pensées, nos regrets continuent de tourner en boucle. Du temps est nécessaire afin d’y voir plus clair ».

« Le défunt peut également conscient d’être décédé mais freiné par des détails de sa vie terrestre qui ne seraient pas encore réglés. On peut en effet être conscient d’être passé de l’autre côté, mais encore faut-il accepter ses erreurs, pardonner aux vivants. Et puis, il y a ceux qui n’acceptent pas leur départ. Ou ceux encore qui ne sont pas tout à fait dégagés parce qu’ils sentent le besoin d’aide qu’éprouvent les vivants. Ils restent alors pour les soutenir, réparer quelque chose etc. Les défunts peuvent effectivement être parfaitement dégagés mais le besoin des vivants crée une énergie qui les retient dans un plan moins élevé, alors qu’ils seraient en mesure d’évoluer vers un autre niveau spirituel. D’une certaine manière, ils se retiennent pour nous ».

« Pour Henry, comme pour tous les autres médiums que j’ai consultés, il faut savoir laisser les défunts suivre leur chemin. Ils le répètent souvent à leurs clients : nos défunts doivent évoluer de leur côté. La mort ne signifie pas qu’ils nous ont abandonnés. Il faut essayer de se mettre à leur place et envisager que ne pas vouloir évoluer dans notre souffrance peut les culpabiliser. Par là nous les attirons sans cesse à nous. Dans de telles situations, imaginez-les en témoins impuissants de nos douleurs. Comment pensez-vous que ceux que nous avons perdus aimeraient que nous vivions ? Ils sont vivants. Tout n’est pas arrêté avec leur départ, tout n’est pas figé dans la souffrance, même si l’absence créée par un décès laisse penser à ceux qui restent, à nous, que c’est le cas ».

« Lorsqu’on vient au monde, on est accueilli : la sage-femme, notre père s’il est là, la famille qui nous prend ensuite dans ses bras, etc. En mourant, de l’autre côté, c’est pareil : en quittant son corps, on est accueilli par des proches exactement de la même manière ».

« Ceux qui sont de l’autre côté nous observent-ils tout le temps ? Pierre dit que non. Pour voir les vivants, il faut que les défunts se rapprochent, qu’ils déchirent ce voile qui nous éloigne les uns des autres. En revanche, une certaine connexion entre eux et nous reste permanente. Ainsi, lorsqu’ils sentent que nous ne sommes pas bien ou que nous avons besoin d’aide, ils se rapprochent, instantanément ».

5#-Défendons les médiums : Les médiums, c’est comme les chasseurs, il y a les bons médiums et les mauvais médiums…Les mauvais sont tout simplement des charlatans, des faux médiums. Comme pour un paquet de professions, vous trouverez un bon médium grâce au bouche à oreille ! (comme pour les plombiers, les mécaniciens etc…Dans ce genre de professions également, les escrocs pullulent). Après, pourquoi les médiums souffrent autant de la mauvaise image des escrocs de leur profession ? Sans doute parce que ce qui touche à la mort, le surnaturel est quelque chose de viscéral et il est inacceptable de donner de faux espoirs aux familles en souffrance en leur faisant croire que leur proche décédé communique avec eux…..(on veut bien se laisser entuber pour une durite pété ou un chiotte bouché, mais pas pour nos proches disparus ! Sales escrocs qui exploitent la souffrance des gens !).



« Même si un médium a 99% de réussite, il peut toujours connaître un échec. Les raisons peuvent en être multiples. Par exemple, la personne défunte que l’on cherche à contacter peut être mal partie, ou trop vite, et se trouver dans une zone de turbulences où elle cherchera davantage à se rapprocher de la terre qu’à monter. Lorsque les défunts se trouvent dans cette zone, Dominique ne peut paradoxalement pas se connecter. Cela me fait penser à la réflexion d’Henry Vignaud parlant de la nécessité de laisser d’écouler un certain temps entre le moment du décès et le premier contact avec un médium afin que le défunt puisse se détacher ».

6#-Face à face avec la mort : A part certaines professions qui côtoient la mort quotidiennement, la plupart des gens voient rarement des personnes mourir, rendre leur dernier souffle. Et même après cela, combien d’entre vous, qui lisez ma chronique, êtes-vous déjà allé à la mise en bière de l’un de vos proches ? La mort est cachée, les enterrements sont désacralisés, il n’y a plus le rituel de « porter le deuil » pendant plusieurs mois. La mort, dans notre société de surconsommation, se déroule à la chaîne (il suffit de voir les cérémonies de crémation, par exemple…). Ce livre décrit les derniers moments vécus par des vivants. Le journaliste, Stéphane Allix, n’hésite pas à dévoiler l’intimité de ses proches, en premier lieu celle de son père dans ses derniers instants, mais aussi du reste de sa famille. Il fallait oser faire cela sans avoir peur d’être mal jugé ! En même temps, sa démarche est on ne peut plus sincère et porteuse d’un message d’espoir, surtout, pour tous ceux qui vivent la perte d’un être cher (nous y sommes tous confrontés un jour ou l'autre).

« Certains mourants peuvent être gênés de partir en présence de proches. Ils préfèrent mourir seuls. C’est leur moment à eux, c’est intime et parfois, ils ne souhaitent pas le partager. Peut-être par qu’ils veulent protéger leur famille. Car la fin de vie peut être marquante au niveau corporel : la respiration est saccadée, les joues se creusent le regard se voile, pour ceux qui ne ferment pas les yeux… ».

Pour conclure
, Je ne veux surtout pas essayer de vous convaincre de l’existence de l’au-delà en rédigeant cet avis sur ce livre. Chacun aura de toute manière la réponse au moment de son décès. Cela dit, pour les septiques et ceux qui nient en bloc la possibilité de la survivance de soi et le fait de retrouver ses proches après la mort, je trouve cela dommage de ne pas garder un minimum d’espoir et de « doute positif » quant à cette éventualité. Les récits rapportés dans ce livre par les différents médiums interrogés par Stéphane Allix sont assez similaires et prouvent donc une régularité indiscutable sur certaines étapes qui se déclenchent à la fin de notre existence terrestre. Il n’est d’ailleurs pas rare que des gens qui ont l’habitude côtoyer des personnes en fin de vie ou carrément des morts (des chirurgiens, comme le Dr Charbonnier, cité dans le livre, des médecins, des infirmières, des embaumeurs, des pompiers etc), soient témoins d’événements surnaturels et stupéfiants…. Comme le fait remarquer Stéphane Allix, la majorité de ces personnes feront le choix de se taire afin de ne pas êtres discrédités dans leur profession et passer pour des fous puisque nous vivons dans une société ou la mort est taboue et où l’existence de l’au-delà est une idée totalement absurde…..Et pourtant….Je vous mets au défi, après avoir lu ce livre, de ne pas vous laisser convaincre juste un petit peu ! Ou, en tout cas, de ne pas refuser obstinément de croire en la vie après la mort ! Personnellement, j’ai adoré ma lecture car, même si j’étais déjà convaincue de l’existence de l’au-delà et des pouvoirs médiumniques de certaines personnes, elle m’a également apporté des réponses concrètes et des hypothèses plutôt censées (via le ressenti des médiums interrogés) sur de nombreuses questions "pratiques mais aussi métaphysiques" que je me pose depuis très longtemps. Ce livre est rassurant, dans un sens, car on aime à espérer que tout ne se termine pas un fois que notre cœur cesse de battre. Que les proches que nous avons perdus nous attendent de l’autre côté….Que la petite goutte d'eau d'individualité qu'est notre "moi" se retrouve mélangé à l'océan d'un grand tout mystérieux....Ce livre est aussi effrayant car on réalise qu’il y a un paquet de morts qui hantent notre monde, même si, la plupart sont totalement inoffensifs. Et finalement, je dirai que des films comme « Ghost » ou « Le 6ème sens » sont assez proches de ce que perçoivent les médiums et que le film "Les autres" montre bien ce que certains morts vivraient après leur trépas (ceux qui n'ont pas réalisé qu'ils étaient morts et qui continuent d'évoluer dans leur maison en parallèle avec les vivants)…Je réalise que tout cela peut paraître un peu dingue au moment où j'écris ces quelques phrases car notre culture, le monde dans lequel nous évoluons, nous pousse à croire que tout cela n'est qu'un ramassis d'absurdités.....Cela dit, nous découvrirons tous bien un jour la réponse à cette question sur l'existence de l'au-delà…..Stéphane Allix est convaincu qu'il existe et finalement, cela lui permet d'évoluer dans la vie d'une manière certainement plus sereine que la plupart des gens, avec cette idée réconfortante qu'un jour, il retrouvera ses proches disparus et également ceux qu'il laissera derrière lui après sa mort....

« Pour notre société occidentale, la mort est l’ennemi numéro un. Nous nous sommes attachés à la combattre et ce par tous les moyens. L’inconscient collectif est marqué par cette prise de position et nous influence tous. Plutôt que de chercher à s’informer au sujet de la mort, beaucoup d’entre nous vont préférer l’affronter, la rejeter ou faire comme si elle n’existait pas. C’est bien dommage car en se comportant ainsi, on se coupe d’une partie de soi-même. La mort fait partie de nous. Notre corps est programmé pour mourir ».



Ma note : 19/20


Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire