mercredi 24 février 2016

Le maître de Kinloch

Ruth Langan
Les éditions Harlequin (2014)
sortie originale - 1994
322 pages

Synopsis :
C'est avec méfiance que Leonora, une jeune Anglaise, assiste à l'arrivée au château paternel de Dillon Campbell, un chef de clan écossais venu avec ses frères entamer des pourparlers de paix avec deux représentants du roi. Sa chambrière ne lui affirme-t-elle pas depuis toujours que les Highlanders sont de vrais sauvages ? Contrariée de devoir accueillir pareils barbares, elle se montre peu aimable, et Dillon Campbell, dont les parents ont été tués par les Anglais, n'est pas plus amène. Mais la situation dégénère vraiment quand les sbires du roi, brisant la trêve, font prisonniers les frères de Campbell. Fou de rage, ce dernier enlève Leonora et la séquestre dans sa forteresse de Kinloch...


Mon année 2015 de lectrice avait été totalement vide de romance historique (Diantre !!!), du coup, je me suis fait la promesse de réparer cette erreur pour 2016 vu que c'est un genre littéraire que j'apprécié énormément et qu’il n’y a donc aucune raison que je le délaisse nondidiu !!!

Je ne connaissais pas du tout l'auteure Ruth Langan et je dois dire que j'ai beaucoup aimé son style ! Même si Le maître de Kinloch est un livre qui date de plus de 20 ans, il reste frais et addictif et j'ai eu beaucoup de plaisir à lire les aventures de Leonora et son beau Highlander, Dillon Campbell.

Il faut savoir que Le Maitre de Kinloch est sorti dans sa première version sous le titre :"La captive des Hautes-Terres". Ne me demandez pas pourquoi la maison d'édition Harlequin a changé le titre car je n'en sais rien du tout (et je m'en fous !).

Ainsi, dans Le Maitre de Kinloch, nous suivons la rencontre houleuse et passionnée entre la belle Leonora Waltham, fille d'un Lord anglais, qui a été élevée comme une princesse, entourée de l'amour de ses parents et bénéficiant de toutes les facilités qu'une fille de la noblesse anglaise pouvait avoir à cette époque (fin du XIIIème siècle) et Dillon Campbell, un fier Highlander, qui a perdu ses parents à l’âge de 10 ans, lors d'un massacre perpétué par des soldats anglais, qui ont anéanti tout son clan et dont les seuls survivants furent lui-même ainsi que ses deux frères et sa petite soeur.....

On peut comprendre aisément le ressentiment éprouvé par Dillon à l'encontre des anglais. Néanmoins, maintenant devenu adulte et Laird de son clan, il espère tout de même la paix pour son peuple et c'est donc dans ce but qu'accompagné de ses deux frères, il va aller à la rencontre des anglais. Evidemment, de l’autre côté de la frontière, ils ne sont pas tous d'accord pour laisser tranquille ces "sauvages" des Highlands et un piège lui est donc tendu. Ses deux frères sont fait prisonniers sur la base d'accusations fallacieuses et Dillon se voit contraint de fuir en enlevant au passage la fille du Lord, Leonora, pour avoir une monnaie d'échange.....




Comme d'habitude, dans ce genre de romance, on insiste bien sur l'antagonisme entre les deux futurs amants, que ce soit par leur origine ou par leur mentalité (du coup, là, c'est les deux !). Leonora peut apparaître comme fort antipathique (limite tête à baffes !) au début du récit, avec ses idées préconçues à propos des Highlanders qu'elle exprime à haute voix et avec mépris devant Dillon et les membres de son clan......Celui-ci fait tous les efforts possibles pour ne pas perdre son sang-froid et comme c'est un homme qui n'a jamais levé la main sur une femme, ce n'est pas maintenant qu'il va commencer ! En plus, si la jeune anglaise a un sale caractère, elle est surtout très belle et son attirance pour elle est automatique.....D'ailleurs, les baisers "punitions" que lui donne plusieurs fois Dillon depuis leur rencontre servent essentiellement à clouer le bec de Leonora.....Et cela fonctionne assez bien….Et Dillon y prend goût….Et Leonora également….

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-L’histoire d’amour qui grandit peu à peu entre Leonora et Dillon : Même si ces deux là sont mutuellement attirés physiquement l’un vers l’autre, ils sont avant tout des ennemis. De plus, Leonora est la prisonnière de Dillon et en homme d’honneur, il lui est inconcevable de la toucher et de la rendre « souillée » à son père. Du coup, bah quand il commence à réaliser qu’il ressent vraiment des sentiments pour la belle, un gros dilemme se présente à lui car ses deux frères sont toujours prisonniers par les anglais, dans le château du père de Leonora….Alors, entre la femme qu’il aime et ses deux jeunes frères, que va choisir le fier highlander ?....   

"Celui qu'on appelait Dillon devait paraître avenant aux femmes de sa race, sans doute, et à bien y réfléchir, elle aurait souscrit à cette assertion n'eût été cette balafre qui courait de sa joue à ses lèvres, et que l'ont devinait sous sa barbe courte. Il ne portait nulle chemise sous son manteau et elle avait du mal à détacher ses yeux du mouvement souple de ses muscles jouant sous la peau hâlée de sa poitrine. Certes, aucun anglais n'aurait souffert de se présenter en un tel appareil devant une dame, mais pour quelque étrange raison, elle restait fascinée par ce spectacle qu'en d'autres circonstances elle aurait certainement trouvé offensant".

"Il devait avouer qu'elle faisait preuve d'une résistance surprenante pour une habituée à vivre dans le luxe. Une telle équipée devait représenter pour elle le summum de l'inconfort et de l'aventure. N'empêche, lui qui s'attendait à la voir gémir sans cesse et se plaindre à l'envie, il la trouvait diablement forte et courageuse".



2#-Le clan de Dillon : Même si Dillon et son peuple ont connu beaucoup de malheurs, ce sont des gens déterminés et honnêtes. Ils vont accepter assez rapidement la jeune anglaise parmi eux. Celui qui m’a le plus touchée, c’est bien évidemment Rupert, le colosse au cœur tendre qui va vite se prendre d’amitié avec la jeune femme et qui sera très flatté que celle-ci s’intéresse à ses amies à plumes, les jolies colombes. Même si Leonora a depuis le début de sa capture le projet de s’enfuir de l’Ecosse pour rejoindre son père, le bon cœur de tous ces braves gens va finir par lui montrer quelle existence elle pourrait vivre à leur côtés si elle écoutait son cœur et son attirance pour Dillon

"-S'il est si parfait, pourquoi donc me tient-il prisonnière dans cette geôle ? Avant de répondre, le moine balaya du regard la pièce où ils se trouvaient, le feu crépitant devant eux, et les fauteuils confortables et couverts de fourrures épaisses.
-Je me demande si vous croyez vraiment que ses frères jouissent d'un confort équivalent à celui qui vous est offert ici, milady, sincèrement, ou s'ils ne croupissent pas plutôt dans quelque donjon glacé. Leonora resta figée, saisie par la honte, incapable de répondre".

3#-Les affrontements verbaux entre Leonora et Dillon : Aaah ! Quel plaisir de voir ces deux là se lancer des piques (enfin, surtout Leonora, et Dillon ne fait que riposter !). Il y a de l’électricité dans l’air quand ces deux là sont ensemble dans la même pièce ! 

"-J'ai pensé qu'après un si long voyage, vous seriez bien aise de vous changer. Dillon n'éleva nullement la voix, mais ses paroles claquèrent comme la lanière d'un fouet :
-Nous sommes des guerriers, milady, des Highlanders. Nos vêtements peuvent vous paraître frustres et grossiers, mais croyez qu'ils ont été tissés avec amour".

"Cela semblait incroyable, mais à peine se touchaient-ils que des étincelles semblaient jaillir entre eux. Et l'innocence qu'il pensait avoir devinée chez elle semblait confirmée elle aussi. Il soupçonnait le contraire jusqu'à-là, mais à présent, il aurait juré être le premier l'homme qu'elle eût jamais embrassé".

4#-Du suspens avec un mystérieux tueur en série : En effet, en plus des intrigues politiques et de la romance, il y a aussi du suspens dans Le Maître de Kinloch ! Des femmes et même des enfants sont mystérieusement assassinés dans les alentours du clan de Dillon. Cela dit, même en sachant cela, Leonora reste déterminée à s’enfuir pour rejoindre son père….La suite, on la devine aisément….ou pas…..Bon, après, vu que Le Maître de Kinloch est essentiellement une romance historique, on ne peut pas reprocher à l’auteure de ne s’être pas trop foulée pour le côté suspens de l’histoire ! C’est plutôt logique…..

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre :
La couverture de la nouvelle édition : Je n’ai rien contre les môôôssieurs musclés au torse tout lisse (bien au contraire) mais je trouve que cette illustration ne colle pas trop à l’image que j’ai des highlanders du XIIIème siècle ! Un peu de cheveux longs, de poils hirsutes sur le torse ou le visage auraient donné une apparence plus crédible que cette photo sympa à regarder, certes, mais peu crédible par rapport au contexte historique….Du coup, heureusement que j’ai été influencée par le synopsis et que j’ai passé outre la couverture du livre car sinon, je ne l’aurai sans doute pas lu !

En conclusion
, j’ai vraiment passé un très bon moment avec Le Maître de Kinloch. La romance entre Leonora et Dillon fait rêver mon petit cœur de midinette, notamment avec les quelques quiproquos qui ajoutent un côté dramatique (et passionné) dans la relation entre nos deux futurs amants…..Si vous aimez les highlanders avec une histoire prenante et qui tient la route, lisez Le Maître de Kinloch, sans hésitation !




Ma note : 17,50/20


Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire