lundi 29 février 2016

RED QUEEN - Tome 2 : Glass sword

Victoria Aveyard
Les Editions Le Masque - 2016
472 pages

Synopsis :
Mare Barrow a le sang rouge, comme la plupart des habitants de Norta. Mais comme les seigneurs de Norta, qui se distinguent par leur sang couleur de l'argent, elle possède un pouvoir extraordinaire, celui de contrôler la foudre et l'électricité. Pour les dirigeants de Norta, elle est une anomalie, une aberration. Une dangereuse machine de guerre. Alors qu'elle fuit la famille royale et Maven, le prince qui l'a trahie, Mare fait une découverte qui change la donne : elle n'est pas seule. D'autres Rouges, comme elle, cachent l'étendue de leurs pouvoirs. Traquée par Maven, Mare fait face à sa nouvelle mission : recruter une armée, rouge et argent. Aussi rouge que l'aube, plus rapide qu'un éclair d argent. Capable de renverser ceux qui les oppriment depuis toujours. Mais le pouvoir est un jeu dangereux, et Mare en connaît déjà le prix.

« Si je suis une épée, je suis une épée faite de verre, et je sens que je commence à me briser ».

Cela fait pratiquement un an que j’attendais avec impatience la sortie du tome 2 de Red Queen. J’espérais beaucoup de Glass Sword surtout par rapport à la relation particulière entre Mare, la Rouge avec des pouvoirs et Cal, le prince Argent déchu et trahi par son propre frère maintenant devenu roi et qui cherche à les tuer tous les deux.

Alors du coup, je suis un peu gênée pour faire ma chronique car je dois avouer que cette lecture m’a laissée un arrière goût vraiment amer, sans doute à cause du changement de mentalité de l’héroïne, Mare, que j’avais beaucoup appréciée dans le 1er tome et qui m’est apparue très antipathique dans ce second opus !!!


J’imagine que c’était la volonté de l’auteure de nous montrer les changements radicaux qui peuvent apparaître sur une jeune fille de 17 ans dont le monde a basculé et qui a vu les pires horreurs….Mare a ouvert les yeux sur les trahisons de certains êtres auxquels elle était attachée, néanmoins, même si l’ambiance générale du livre était malsaine avec toute cette suspicion (n’importe qui peut trahir n’importe qui….), c’est vraiment dommage que notre jeune héroïne soit devenue aussi condescendante et imbue d’elle-même….

Alors la question est : Peut-on apprécier un livre si l’on déteste son héroïne principale ? Pour ma part, la réponse est oui car Mare avait montré une autre facette de sa personnalité dans le précédent tome et il y a toujours un espoir de la retrouver plus sympathique dans le prochain volume…Wait and see...

« Mare, Miss Barrow, la faiseuse d’éclairs, certains me donnent même du ‘maîtresse’. Tous ces noms me blessent, mais aucun autant que le dernier. Peu importe ce que je fais, peu importe mes efforts pour devenir l’une d’entre eux, je reste différente. Une meneuse ou une lépreuse, toujours une étrangère. Toujours à l’écart ».

Niveau aventure et suspens, nous sommes servis dans Glass sword, même si j’ai eu beaucoup de difficultés pour entrer dans ma lecture au début du livre (et ce, sur presque la première moitié du livre, pour être honnête avec vous…), la faute sans doute à la multitude de détails, d’informations, de personnages à retenir depuis le 1er tome (et que, évidemment, j’avais oubliés…), sans parler du changement de mentalité de Mare qui m’a beaucoup énervée. Cela dit, l’action arrivera enfin (ouf !), les rebondissements, les virages à 180 degrés et la rencontre de nouveaux personnages fort intéressants qui m’ont finalement permis d’arriver au bout de ce 2ème tome même si cela a quand même été laborieux ! (si ce tome avait été le 1er, je l’aurais sans doute abandonné en cours de lecture…).


Ce que j’ai aimé dans ce livre :
La force de caractère, la charisme des personnages secondaires : Dans la mesure où j’ai détesté le comportement de l’héroïne principale, Mare, mon affection s’est reportée sur les autres personnages et je dois dire que l’auteure a vraiment eu une bonne idée de faire intervenir autant de nouveaux personnages qui donnent du sang neuf (jeu de mot….Ceux qui auront lu le livre comprendront ! hé hé !). Une mention spéciale pour Cameron, que j’ai tout particulièrement appréciée, sans doute parce qu’elle ne mâche pas ses mots face à Mare ! Et évidemment, j’apprécie toujours autant Cal, le prince déchu !

Ce que je n’ai pas aimé :
1#-Jalousie, envie, fierté mal placée…..Sentiments gênants et puérils….Sans surprise venant de la part de jeunes gens de 17 ans et sans doute aussi de la part de l’auteure, qui est jeune….Mais moi, j’ai eu beaucoup de mal avec ce comportement…..Surtout quand il est redondant et presque omni-présent durant tout le livre….La relation amicale entre Kilorn, qui n’a pas de pouvoirs, et Mare, qui est une « sang-neuf » était un peu bizarre…..Les questionnements de Mare par rapport à la jalousie de son meilleur ami, qui n’a pas de pouvoirs est stupide….Evidemment que c’est logique qu’un gars de 17 piges ait envie d’avoir des supers pouvoirs quand il voit que tous les autres autour de lui en ont sauf lui !!!!!! Et le fait que Mare passe son temps dans ce 2ème tome à juger les autres, à essayer de sonder leurs pensées (souvent en leur faisant des procès d’intention, d’ailleurs !), cela m’a été très pénible à lire ! (Par exemple avec Farley : « J’ai l’impression écoeurante qu’elle prend tout ça pour un jeu »…Hum hum…Tu juges un peu trop vite les autres, chère Mare !)….….Bon, après, c’est sûr qu’il faut passer outre le caractère très spécial de Miss Barrow et se dire que ce n’est certainement qu’une phase passagère de sa part (il faut la comprendre, elle a vécu des choses terribles dans le 1er tome et c’est sans doute normal qu’elle finisse par se blinder de cette manière….)….On verra comment elle sera dans le 3ème tome !

« -Quel est ton pouvoir ?
Je m’affale dans le siège du cockpit pour éviter de lire la souffrance sur le visage de Kilorn. Mais je ne suis pas assez rapide. J’aperçois le rouge de la honte sur ses joues, la rigidité de ses épaules, l’expression perçante de ses yeux plissés. La raison m’en apparaît avec une évidence frappante. La jalousie s’insinue dans la moindre de ses fibres, se répandant aussi vite qu’une maladie. L’intensité de cette émotion me surprend. Pas une seule fois je n’ai pensé que Kilorn voulait être comme moi, comme un argent. Il est fier de son sang, l’a toujours été. Il s’est même déchaîné contre moi quand il a découvert ce que j’étais devenue. ‘Tu veux dire que tu es l’une d’entre eux ?’ a-t-il grogné d’une voix dure. Il était si furieux…Mais alors pourquoi l’est-il à présent ? »

2#-Une héroïne très imbue d’elle-même : Sincèrement, j’ai été interpellée, puis gênée, puis énervée par les réflexions de Mare sur son pouvoir…. « Je suis la faiseuse d’éclairs, je suis la faiseuse d’éclairs, je suis la faiseuse d’éclairs…. »…OK, c’est bon !!!! Pète un coup, Mare !!!! Dès le début du livre, malgré son impuissance et la nécessité pour elle de devoir suivre les ordres, de  « rentrer dans le rang », elle n’arrête pas de penser pour elle-même : je suis la faiseuse d’éclairs, je suis hyper puissante etc etc….QUE DE LA GUEULE ! Une fois, deux fois, ça passe, je me dis qu’elle se répète cela dans sa tête pour se rassurer mais finalement, quand cela revient systématiquement quand elle a des gens qui s’opposent à elle ou qui ne croient pas en ses capacités, cela m’a vraiment gonflée ! Si tu es si puissante, montre-le au lieu de ruminer dans ton coin ! Franchement !!!!! OK, Mare a seulement 17 ans et a vécu énormément de drames, et elle a survécu à beaucoup de dangers, mais, je ne sais pas….J’aurais préféré qu’elle soit un peu plus humble ou alors, quand elle pense dans sa tête qu’elle est hyper puissante avec son contrôle de l’électricité, qu’elle le montre son p**tain de pouvoir !


« Ils étaient sans doute ses amis. Mais ça ne me dérange pas non plus, parce que je suis prête à échanger des amis, à abandonner des vies pour garantir ma propre victoire. Je l’ai fait avant. Il n’est pas difficile de laisser mourir les gens quand leur mort donne naissance à autre chose ».

3#-L’apitoiement de Mare sur elle-même : Mare a une très haute estime d’elle-même en pensant que le sort de la Terre entière repose sur elle, sur ses propres actions….Je ne sais pas si c’est de la culpabilité ou de la fierté mal placée mais c’est vraiment agaçant car elle le ressasse sans cesse….Et ce qui m’agace encore plus, c’est quand, finalement, les gens autour d’elle sont impressionnés par son pouvoir, et bien, là, elle est gênée….Il faudrait savoir….

« Sans moi, sans la garde écarlate, Kilorn serait sans doute devenu comme Nix. Un homme buriné avec pour seul bien sa carcasse »….

« Nix retient un cri derrière moi, impressionné par l’énorme avion. Il n’en a sans doute jamais vu un d’aussi près, sans parler de monter à l’intérieur. Je me retourne, m’attendant à le voir fixer les sièges ou le cockpit, mais ses yeux sont rivés sur moi. Il rougit et baisse la tête dans une sorte de révérence intimidée. Avant que je n’ai eu le temps de lui dire combien ce genre d’attitude m’horripile, il se traîne jusqu’à un siège… ».

4#-La rengaine « pas de distraction » : Pitié !!!!!!!!!! S’il y a une chose que j’attendais avec impatience dans ce 2ème tome, c’est le développement de la relation entre Cal et Mare…..Du coup, j’ai été totalement agacée par le fait que Mare ait constamment essayé de ne pas trop s’approcher de Cal avec sa fameuse réflexion : « pas de distraction »….En quoi ressentir de l’attirance pour un jeune homme comme Cal peut être gênant ? Il est son allié (il l’a prouvé maintes fois), elle sait qu’il ressent des trucs pour elle et qu’il ne lui fera jamais de mal, malgré le fait qu’il soit un prince Argent, qu’il aurait dû être le futur Roi…..Et pourtant, pour je ne sais quelle raison, Mare a toujours fait en sorte de ne pas lui montrer son attachement et à penser que Cal pouvait être un danger vu qu’elle le considère comme une « distraction » (il ne faut pas éprouver de coups de cœur en période de guerre, apparemment, d’après Mare…). Alors que justement, n’est-ce pas pendant les moments les plus critiques qu’il faut montrer aux gens que l’on tient à eux ? Ce n’est pas quand la personne est morte ou risque un grand danger qu’il faut avoir des regrets de ne pas lui avoir dit « je t’aime » (attention, pas de spoilers ici, je fais juste une hypothèse pour expliquer mon point de vue !).

« Quelle que soit mon envie de le toucher, je ne peux pas. Je dois garder mon regard dirigé droit devant, le détourner du prince déchu. Je dois rendre mon cœur froid à la seule personne qui cherche à l’enflammer ».

Pour conclure, Glass Sword, le 2ème tome de Red Queen souffre d’un gros problème de manque d’empathie pour l’héroïne et j’ai bien peur que l’auteure américaine, Victoria Aveyard, ne perde de nombreux fans à cause de cela. Même si l’action, le suspens, les retournements de situation en font un livre honnêtement assez distrayant (si on aime les héroïnes tête à claque, cela dit…). C’est à se demander si l’auteure ne prend pas un plaisir pervers à nous faire souffrir, nous lecteurs, en même temps que ses personnages… Du coup, bah, j’ai été surprise par la fin mais non, cela ne m’a pas non plus totalement chamboulée…Alors oui, je lirai sans doute le 3ème tome quand il sortira un jour (dans un an, sans doute), mais je ne le ferais sûrement pas avec beaucoup d’enthousiasme vu la petite déception que j'ai ressentie durant toute cette lecture, qui, ô sacrilège, a faillit me provoquer une panne de lecture !!!! J’espère vraiment que le 3ème tome sera d’un niveau meilleur que celui-ci (au moins concernant la personnalité de Mare…Car franchement, là, c’était pas possible de la supporter plus de 20 pages d’affilé sans avoir envie de jeter ma liseuse à travers la pièce !)….Je reste dubitative et mitigée sur cette lecture et également gênée d’en dire du mal (même si elle a aussi quelques qualités mais qui sont moins nombreuses que ses défauts, à mon sens…). On verra bien pour la suite, de toute manière, ça ne peut pas être pire, non ?.....

Ma note : 15/20


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire