samedi 19 mars 2016

ANGELFALL - Tome 3 : L'ultime espoir

Susan Ee
Les Editions Pocket Jeunesse (2016)
Sortie originale 2015
416 pages 

Synopsis :
Belial vaincu, Penryn ne peut pas souffler pour autant. Même si cela lui brise le coeur, elle doit aider Raffe à regagner le paradis et reprendre sa place d'archange. Mais ce poste est convoité par le dangereux Uriel, prêt à tout pour devenir le nouveau Messager. S'il l'emporte, c'est la fin de l'Humanité, mais, si Raffe gagne, Penryn devra lui faire ses adieux...

« Mais un mélange de désir et de tristesse monte aux yeux de Raffe. Il ne me laissera pas approcher. Cette réalité me sort de ma torpeur pour me ramener au moment présent. L’invasion. Ma mère. Ma sœur. Les massacres. Tout me revient. Raffe a raison. Nous sommes en guerre. Le monde est sur le point de connaître une apocalypse faite de monstres et de scènes de torture cauchemardesques. Et me voilà à jouer les adolescentes amoureuses d’un soldat ennemi. J’ai perdu la tête ou quoi ? »

Ca y est, j’ai terminé le dernier tome d’Angelfall, L’Ultime espoir….J’ai tellement aimé cette saga que c’est difficile pour moi de me dire que je ne pourrai plus jamais lire de nouvelles aventures de Penryn et de Raffe (sauf si l’auteure reprend un jour sa saga car après tout la fin est assez ouverte et en laisse la possibilité ! Laissez-moi rêver un peu !).

Bien évidemment, ma lecture a été un beau coup de cœur ! Dès les premières pages, nous nous retrouvons plongés dans l’univers angoissant et post-apocalyptique d’une humanité qui a découvert quelques semaines plus tôt que les anges existaient réellement et que, contrairement aux croyances, certains souhaitaient carrément l’extermination des hommes…..

Susan Ee a vraiment le talent de nous tenir en haleine. Elle ne recule devant rien pour décrire les atrocités commises par certains, dans ce monde de chaos. Heureusement que Penryn est là pour faire tomber un peu la pression avec son humour au second degré, son ironie…..Ce 3ème tome est aussi sombre que les autres, c’est clair, mais il y a aussi beaucoup d’espoir qui s’en dégage, contrairement à l’impression pesante des deux tomes précédents où les humains étaient vraiment considérés comme des sous-créatures et où ils mourraient en masse et sans aucune considération, bien au contraire….

« Nos vies sont dictées par des règles. Nous sommes des soldats, Penryn. Des guerriers légendaires prêts à des sacrifices légendaires. Nous n’attendons rien en retour. Nous ne choisissons pas ».


Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-Beaucoup de Raffe x Penryn : En effet, contrairement au 2ème tome où Penryn a longtemps été séparée de l’Archange, dans L’Ultime espoir, ils sont enfin réunis et font une bonne partie du chemin ensemble. Ils se battent côte à côte, explorent des lieux infernaux ensemble….Il y a aussi cette complicité qui les lie, contrebalancé par la culpabilité de Raffe qui ressent, on le voit clairement, des sentiments très forts pour Penryn mais qui ne veut pas y céder car en tant qu’Archange, il ne peut céder à ses sentiments envers cette Fille de l’Homme…..Penryn, quant à elle, est clairement amoureuse de Raffe, elle le lui a fait comprendre, ce qui nous fait souffrir, nous lecteurs, sur sa désillusion et sa honte ressentie avec le rejet de Raffe…..Pendant toute ma lecture, je me suis donc posé la question : Raffe va-t-il enfin écouter son cœur plutôt que sa raison….Evidemment, je vous laisse lire le livre pour le découvrir !

« -Et depuis quand es-tu aussi protecteur, toi, d’abord ?
-Depuis que mes ennemis ont décrété que tu étais ma Fille de l’Homme.
Je déglutis, la gorge soudain sèche.
-Ils ont fait ça ?
-Belial nous a vus ensemble, au bal. Et même avec mon masque, Uriel m’a reconnu quand on était ensemble à la plage.
-Alors ça veut dire que je le suis ? Ta ‘Fille de l’Homme’ ? J’ai pratiquement l’impression d’entendre mon cœur. Qui bat encore plus fort quand je comprends que Raffe doit lui aussi l’entendre, du coup. Il détourne le regard.
-Certaines choses sont simplement impossibles. Mais Uri et Belial refusent de l’admettre. J’expire lentement en essayant de me contrôler. Il aurait aussi bien pu sortir que je m’entête autant qu’eux ».

« -Tu es quelqu’un de très spécial, Penryn. Une fille incroyable. Je ne savais pas qu’il en existait des comme toi. Tu mérites de rencontrer quelqu’un qui te traite comme une reine. Comme la personne la plus importante au monde. Un humain qui labourera ses champs et qui élèvera des cochons pour toi.
-Quoi ? Tu me vois avec un éleveur porcin ?! Il hausse les épaules.
-Ca ou autre chose, tant qu’il n’est pas militaire. Mais il devrait être capable de te protéger. C’est même impératif. Là-dessus, il coupe un bout de sparadrap du dévidoir.
-Tu es sérieux ? Tu voudrais que j’épouse un éleveur porcin qui manierait sa pique à cochons pour me protéger, vraiment ?
-Je dis juste que tu devrais choisir un homme qui aura conscience qu’il ne t’arrive pas à la cheville et qui dédiera sa vie à prendre soin de toi ».

« -Si j’étais humain, je serais le premier de la file d’attente de tes prétendants…, avoue-t-il avant de tourner la tête. Mais c’est impossible. Je suis un archange et mon peuple a des problèmes. Je n’ai pas le choix. Je suis obligé d’arranger les choses. Je ne peux pas me laisser distraire par une Fille de l’Homme. Il opine discrètement pour lui-même. Je ne peux vraiment pas me le permettre ».

2#-Penryn et sa famille : Entre Paige, sa petite sœur modifiée « monstrueusement » qui se fait obéir par les locustes, et leur mère, un peu beaucoup fada, nous ne nous ennuyons pas ! Si j’avais du mal à encadrer la mère de Penryn dans le 1er tome, je dois tout de même admettre qu’elle est une aide précieuse pour ses deux filles durant cet apocalypse. Certes, elle est cinglée, mais finalement, sa schizophrénie initiale n’était pas plutôt une conscience avant-gardiste de ce que les autres humains allaient découvrir réellement au moment de l’apocalypse ? Vivant depuis des années avec les monstres qui peuplent son esprit, finalement, elle n’est pas plus déboussolée que cela quand les vrais monstres arrivent et dictent leurs lois sur les humains…..Au contraire, la mère de Penryn prend ses responsabilités au lieu de s’effondrer et c’est elle qui prend les décisions les plus difficiles – au nom de l’amour maternel – notamment avec sa mission de trouver des « proies » pour la petite Paige qui a été transformé en une mini créature de Frankenstein cannibale (le comble pour cette petite gamine qui était végétarienne par conviction avant l’apocalypse)…..Du coup, c’était vraiment intéressant de voir le déroulement et l’acceptation « contrainte » de Penryn quant aux choix parfois discutables de sa mère…..Les circonstances de leur survie étaient telles qu’elles n’avaient finalement pas le choix…..Cela dit, certaines scènes, comme celle de la fille de la « secte » qui voit en Paige une sorte de Messie auquel il faut se sacrifier était finalement à la limite du comique tellement les réactions de la mère de Penryn étaient impitoyables mais remplies d’un amour maternel à l’encontre de sa plus jeune enfant (après tout, n’est-ce pas le rôle d’une mère de trouver n’importe quel moyen pour nourrir ses enfants ?)….

« La femme s’incline et commence à reculer en faisant toujours face à Paige. A côté de moi, ma mère soupire d’exaspération.
-Ca ne change rien, tu sais. Je vais juste retourner là-bas et ramener le prochain candidat dans la file d’attente.
-Maman, non….
-Ils veulent le faire. Regarde, dit-elle en se tournant pour suivre la femme des yeux. Ils viennent même avec leur drap pour qu’on puisse nettoyer après leur passage ».

« Ce sont les victimes des locustes. Les morts-vivants, doublement martyrisés par Uriel. Leurs corps asséchés viennent vers nous en traînant les pieds à la manière des zombies. On dirait qu’ils sont tellement persuadés de revenir de l’autre monde qu’ils jouent le jeu à fond. Le fait d’être traité comme des monstres semble les avoir convaincus de se comporter comme tels. Avant qu’ils ne soient suffisamment près pour engager la bagarre, ma sœur descend en piqué vers nous avec ses locustes. Elles ne sont que trois, mais s’il est une chose que des victimes craignent par-dessus tout, ce sont leurs bourreaux ».


3#-Les anges : Alors, chez les anges, c’est comme chez les humains, il y en a des bons et il y en a des méchants….Uriel est le méchant de l’histoire, celui a la soif du pouvoir. Celui qui a provoqué l’apocalypse et l’invasion des anges sur la Terre pour punir les humains après avoir orchestré l’assassinat de l’Archange Gabriel….Uriel va tout faire pour conserver le pouvoir, et en gagner encore plus en voulant se faire élire comme Messager de Dieu (puisque la place est libre de puis la mort de l’Archange Gabriel). Evidemment, c’est sans compter sur Raffe qui est bien décidé à lui mettre des bâtons dans les roues ! Personnellement, j’ai trouvé leur manière de régler leurs conflits internes d’anges très spéciale et finalement, très cruelle pour les humains…..C’était vraiment révoltant ! Heureusement que Penryn veille au grain et est prête à défendre l’humanité ! Alors, ensuite, je me dis qu’il faut aussi être un peu calé dans la religion pour connaître le nom et le rôle des anges (Archanges, Anges, Nephilim etc)….Si ma connaissance à ce niveau était quasi-nulle quand j’ai lu le 1er tome d’Angelfall, j’ai depuis bien « évolué » (certains comprendront que je n’ai pas choisi ce terme par hasard ….). L’évocation de l’Archange Michel m’a fait sourire car s’il n’est pas présent physiquement dans l’histoire, l’auteure met néanmoins ses grands traits de caractère en valeur…..Pour la petite info, l’Archange Michel est le Saint Patron de la France, le protecteur de notre pays. Il est aussi celui qui combat les démons…..

« La vision d’un homme ailé nommé archange Gabriel, le Messager de Dieu, abattu par balle sur les décombres de Jérusalem, me revient alors à l’esprit. Toutes les chaînes de télévision avaient passé les images en boucle pendant des semaines. Josiah secoue la tête comme s’il n’y croyait toujours pas.
-Uriel a dit que Gabriel était devenu fou. Qu’il n’avait en fait pas parlé à Dieu depuis des éternités, et qu’il inventait de toutes pièces les prétendues règles que Dieu lui dictait. Uriel a expliqué qu’il n’y avait aucune raison qu’il ne puisse pas être élu Messager, qu’il pourrait aussi bien que Gabriel. Du coup, il l’a fait tuer. Assassiner. Il l’a reconnu. Raffe et Josiah se dévisagent, l’air aussi choqué l’un que l’autre.
-Et alors, la belle affaire. Nos rois passaient leur temps à se faire trucider, interviens-je.
-Nous ne tuons pas les nôtres, explique Josiah. La dernière fois que c’est arrivé, Lucifer et ses armées sont tombés, ajoute-il en penchant la tête sur le côté comme s’il n’était pas certain que je comprenne bien. Une histoire qui a fait beaucoup de bruit.
-Ouais, j’en ai vaguement entendu parler ».

"Pas étonnant que Michel se tienne loin de tout ça. Le connaissant, devenir Messager est la dernière chose dont il ait envie. Il ne pourra plus mener ses armées sur le champ de bataille s'il doit caresser des plumes et se retrouver noyé sous des problèmes administratifs".

« Raffe soupire. – Vous aviez raison. Je suis parti traquer les ‘monstrueux Nephilim’, et je me suis rendu compte qu’ils n’étaient que des enfants. Gabriel prétendait que la progéniture d’un ange et d’une Fille de l’Homme engendrerait forcément une monstruosité. Je n’ai pas voulu les tuer tant qu’ils étaient inoffensifs. Du coup, j’ai attendu. Et attendu. Une génération après l’autre, pour arracher le mal à la racine comme on me l’avait ordonné de le faire. Il secoue la tête. –Mais aucun monstre n’a jamais vu le jour. Je les ai cherché partout, mais ils étaient des Hommes normaux. Certains d’entre eux étaient particulièrement grands, et ils avaient moins d’enfants que la moyenne. Mes ces enfants étaient particulièrement doués et beaux, et absolument pas monstrueux. Et puis ces lignées se sont diluées au point qu’on en trouve plus qu’une, éventuellement deux, goutte de sang angélique au sein de certaines populations humaines aujourd’hui ».

4#-La Résistance : Bien entendu, la résistance humaine a une part très importance dans ce dernier tome d’Angelfall. L’auteure a parfaitement su retranscrire les angoisses et autres absurdités de comportements de masse des hommes quand ils ont perdu espoir ou quand ils le retrouvent…La psychologie humaine est vraiment complexe et différente d’un individu à l’autre…Une notion spéciale aux jumeaux Dee-Dum qui a amené du peps au récit et qui ont été vraiment d’une aide plus que précieuse pour Penryn. Je me suis régalée durant ma lecture !

« Les livres d’histoire sont pleins d’adolescents qui ont mené des grands combats. Jeanne d’Arc, Okita Soji le samouraï, Alexandre le Grand….ils étaient tous des adolescents lorsqu’ils ont commencé à diriger des armées ». 

Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez en surbrillance sur le texte !
5#-Le puits : Cet endroit est abominable !!!!! Si jamais la saga Angelfall devait un jour être adaptée en film, je me demande comment les consumés, ces petites têtes cruelles et affamées à la recherche d’un corps, pourraient être retranscrits sur la pellicule……Certaines scènes sont vraiment à la limite du supportable ! J’ai aussi ressenti beaucoup de peine pour Belial, que nous découvrons sous un autre jour dans ce 3èmetome. Comme dans le Puits, la notion du temps n’est pas la même que sur Terre, nous le retrouvons là-bas alors qu’il est encore un ange déchu…..Cela m’a déchiré le cœur de voir sa souffrance d’être séparé de son épouse, une  Fille l’Homme (l’amour a causé sa déchéance, comme ses autres compagnons angéliques) et surtout, le passage où il apprend que c’est son « lui » démoniaque qui a permis le passage de Penryn et Raffe dans le Puits et qu’il ne peut pas les suivre avec les autres et est condamné à rester seul (et aveugle) dans le Puits….Cela explique, du coup, beaucoup de ses comportements depuis ses premières apparitions dans la saga en tant que démon…..

« -Et ces têtes hurlantes. Elles sont initiées elles aussi ?
-Ce sont elles, les consumés, Ceux qui n’ont pas réussi l’initiation. Un banquet de légende réunit actuellement les seigneurs du Puits. Les consumés sont ceux qui ont été sacrifiés pour le repas, explique Belial avant de soupirer. Nous pouvons faire repousser beaucoup de choses, mais pas un corps entier ni des membres principaux. Il frotte ses orbites évidées.
-Mais une fois qu’on est dans le Puits, les opportunités de subir des souffrances encore plus grandes sont infinies. Les consumés crient pour que leur tête se retrouve au bout d’un fouet, parce que alors, elles pourront chercher un corps ».

« Si jamais elle parviennent à enfoncer leurs dents en toi, tu peux être sûre qu’elle se fraieront un chemin en un rien de temps. Elles grimperont jusqu’à ta tête et la rongeront jusqu’à ce qu’elle tombe. Et ensuite, elles se planteront dans ton cou. Parfois les têtes doivent se battre entre elles, à deux ou trois, en général, avant de pouvoir s’implanter. Le genre de vision à faire rêver d’avoir les orbites évidées….Je l’observe pour voir s’il vient de faire de l’humour, mais son visage est un masque.
-Le corps d’un déchu est un vrai trophée, mais elles s’en prennent à tout ce qui en a un, toutes races confondues. Elles acceptent même les rats en attendant de pouvoir remonter la chaîne alimentaire jusqu’à leur prochaine victime. Alors regarde bien où tu mets les pieds ».

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre : Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez en surbrillance sur le texte !
Pas de scène olé olé entre Penryn et Raffe : Oserai-je dire que cela m’a frustrée….Bah oui, un peu quand même ! Alors, en même temps, je peux comprendre les raisons pour lesquelles Susan Ee n’a pas approfondi leur relation : Tout d’abord, on peut considérer cette histoire comme une dystopie post-apocalytique young adult, vu que l’héroïne est âgée de 17 ans….Ok, mais bon, en même temps, si l’auteure ne parle pas de sexe, elle n’hésite pas à décrire des scènes très gores, vu le nombre de créatures abominables qui peuplent sa saga….Violence OK, mais Sexe, no way ! (vu que l’auteure est américaine, on comprend le paradoxe). L’autre raison que je peux apporter au manque de sexe dans l’histoire, c’est bien entendu que Raffe est tout de même officiellement l’Archange Raphael…..Alors, vu comment les américains sont à fond dans la religion, je comprends bien que cela peut paraître blasphématoire de « sexuer » un personnage biblique de la sorte…..Je dois bien avouer que finalement, moi aussi cela m’aurait peut-être gênée aussi de lire une scène de sexe entre Penryn et l’Archange Raphael…..Alors qu’imaginer Penryn et Raffe, j’aurais adoré…..Mais Raffe, c’est l’Archange Raphael….Aaaarrrrgh ! C’est très paradoxal et contradictoire ce que j’écris !!!!.....A la réflexion, c’est sans doute mieux que l’auteure se soit limitée à une romance soft entre nos deux héros…..Oui, c’est mieux…..

Pour conclure, j’ai vraiment les boules à la pensée que ça y est, les aventures de Penryn et de Raffe sont terminées ! Cette saga en 3 tomes est vraiment fantastique ! Ecrit intelligemment, nous sommes tout de suite plongés dans le récit, les descriptions sont parfaites (parfois un peu trop quand il s’agit de décrire des scènes d’horreur….avis aux amateurs). Il fallait vraiment oser, de la part de Susan Ee, de faire passer les anges pour des monstres sanguinaires envers la race humaine. Il fallait aussi oser mettre en avant une histoire d’amour contrariée dans ce contexte post-apocalyptique qui donne plus souvent envie de vomir que de sourire. Cela dit, l’atmosphère de ce 3ème tome, même s’il est aussi oppressant que les deux précédents – surtout si vous êtes un humain dans l’histoire – est aussi constitué de quelques moment d’éclaircies et d’espoirs dans ce ciel rougeoyant des flammes qui brûlent la ville de San Francisco…..Penryn et Raffe, ainsi que tous leurs amis et alliés vont me manquer. J’espère vraiment que Susan Ee reprendra un jour sa saga car la fin du 3ème tome le permet amplement. Aaaah ! Ce n’est pas facile de reposer le livre et de quitter des héros aussi charismatiques et des personnages auxquels on s’était attaché dès les premières pages…..Evidemment, ce 3ème tome est un gros coup de cœur, mais aussi avec le cœur un peu brisé de savoir que c’est terminé ! snif !



Ma note : 19,50/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire