vendredi 29 juillet 2016

OFF-CAMPUS - Tome 1 : The deal

Elle Kennedy
Les Editions Hugo et Cie (2016)
Sortie originale 2015
432 pages

Synopsis :
Hannah est une très bonne élève et elle a un don incroyable pour le chant. Mais quand il s'agit d'hommes et de séduction, elle perd tous ses moyens. Garrett est la star de l'équipe de hockey de l'université, mais ses résultats scolaires ne sont pas à la hauteur et il risque de perdre sa place dans l'équipe. Ils vont passer un drôle d'accord. Elle lui donne des cours et il l'aide à séduire le quaterback de l'équipe de football. Cet arrangement original va-t-il changer leur vie ?

The deal, de la saga Off-Campus est typiquement un roman de la catégorie New Adult. J'aime lire ce genre littéraire de temps en temps même si ce sont souvent les mêmes trames scénaristiques qui nous sont servies à chaque fois. Et The deal n'échappe pas à cette règle, nous y retrouvons de la romance, des chapitres alternant le point de vue de l'héroïne puis du héros, leur passé compliqué et secret et il y a la petite touche de drama juste avant la fin afin de conclure sur un happy end......Alors, oui, j'ai bien aimé cette histoire, qui, en période estivale se lit avec plaisir et délice, mais je mettrais un petit bémol sur certains éléments du livre...C'est surtout dû aux circonstances et à mon "planning de lecture" dans la mesure où j'ai déjà lu ce mois-ci un autre roman New Adult et les héros de cette autre histoire ont aussi connu le même genre de difficultés avant de pouvoir vivre pleinement leur amour......Du coup, si j'avais lu The deal avant Contre toi (pour ne pas le citer....Enfin, si, je le cite, du coup !), et bien je pense que j'aurais certainement encore plus apprécié ma lecture car là, cela m'a vraiment fait cette impression de "dejà vu" ou plus précisément de "déjà lu".....Et en même temps, c'est souvent ce qui se passe dans les histoires de la catégorie New Adult qui, il faut être honnête, ne brillent pas forcément sur leur originalité....

Lorsque l'histoire commence, nous suivons donc Hannah étudiante et chanteuse de talent, mais pas seulement, car elle cartonne également en cours de philosophie (coup de bol, apparemment, la nouvelle prof antipathique aime ce qu'elle écrit) contrairement aux autres élèves du cours qui se sont pratiquement tous rétamés, dont Garrett, le très populaire capitaine de l'équipe de Hockey sur glace. 

Le problème pour Garrett, c'est que la nouvelle prof de philo est super chiante et très sévère. Si Garrett échoue encore avec ses notes de philo, il ne pourra pas terminer sa saison au hockey, il lui faut donc absolument un prof particulier pour le booster au maximum dans une courte période car le prochain examen est pour très bientôt. Un concours de circonstance va lui faire remarquer la présence d'Hannah et le fait qu'elle peut être la prof de soutien parfaite....

Ce qui intrigue le plus notre sexy capitaine c'est que contrairement aux autres filles de la fac, Hannah n'est pas du tout attirée par lui. Bien au contraire ! Elle le repousse, refuse de lui donner des cours et à la limite, se fout carrément de sa tronche....Rien de tel pour éveiller les instincts de "chasseur" du beau mâle...



Alors, si Hannah n'est pas attirée par Garrett, malgré son physique de dieu grec, c'est parce que son attention est totalement dirigée par un autre élève de l'amphi, à savoir le mystérieux Justin Kohl, qui est lui aussi un sportif, puisqu'il est le capitaine de l'équipe de football américain. Mais contrairement à Garrett, il n'a pas un harem qui le suit à la trace, ce qui convient bien mieux à notre héroïne.....

"D'habitude, je ne suis pas attirée par les sportifs, mais Justin est différent. Mes jambes se transforment en guimauve dès que je l'aperçois".



Ce que j'ai aimé dans ce livre :
1#-L'humour et la décontraction des personnages quand ils s'expriment : La manière de parler de Garrett, mais aussi d'Hannah est vraiment très sympa à lire. Ils ont tous les deux beaucoup d'humour et quand ils sont ensemble, ils se lancent souvent des vannes comme deux vieux potes. Hannah - que Garrett surnomme Wellsy (car son nom de famille est Wells) - n'est pas du tout impressionnée par le charisme et la popularité du jeune homme et répond toujours du tac-au-tac à ses réflexion. C'est fort agréable de voir une héroïne aussi punchy qui ne rougit pas en baissant la tête à chaque page ! Pourtant, malgré le drame qu'elle a vécu quand elle avait 15 ans, elle aurait pu se renfermer dans sa coquille et fuir le monde, hors, pas du tout ! Elle est fraîche et naturelle, en tout cas, quand elle parle avec Garrett....

"Il se trouve que j'ai ramassé son partiel de mi-semestre et je reste bouche bée en voyant sa note.
-Nom de Dieu ! Tu as eu un A ? Elle sourit timidement.
-Je sais, c'est dingue ! J'étais certaine de m'être ramassée.
-Whaouh ! J'ai l'impression d'être nez à nez avec Stephen Hawking et qu'il tient entre ses mains les secrets de l'univers. 
-Je peux lire tes réponses ? Elle hausse les sourcils en me dévisageant.
-Dis-donc, tu es gonflé, on ne se connait même pas. Je lève les yeux au ciel.
-Je ne te demande pas de te désaper, bébé. Je veux juste jeter un oeil à ta copie;
-Bébé ? Tu n'es pas gonflé, tu es carrément présomptueux ! 
-Quoi, tu aurais préféré Mademoiselle, ou Madame, peut-être ? Je t'appellerais bien par ton prénom, mais je ne le connais pas.
-Bien sûr que tu ne le connais pas.
-Bien sur que tu ne le connais pas, Garrett, dit-elle en soupirant. Je m'appelle Hannah.
Bon, je m'étais complètement trompé sur le M. Et je n'ai pas raté la façon dont elle a insisté en disant mon prénom, comme si elle disait 'Ha ! Je connais le tien, connard !". Elle ramasse ses derniers bouquins et se relève, mais je ne lui rends pas sa copie tout de suite. Je me dépêche de la feuilleter, mais je perds tout espoir, car si c'est le genre d'analyse qu'attend Tolbert, je suis vraiment foutu."

"-Tu ne m'écoutes pas, accuse Garrett. Bon sang, qui tu mates comme ça ? je détourne vite mon regard, mais je ne suis pas assez rapide. Garrett sourit jusqu'aux oreilles.
-Lequel ? demande-t-il.
-Lequel quoi ? Il fait un signe de tête en direction de Justin, puis en direction de Jimmy, que je n'avais pas remarqué. 
-Paulson ou Kohl ? Lequel tu veux sauter ?
-Sauter ? Beurk, qui parle comme ça ?
-Tu veux que je reformule ? Tu préfères parler de 'faire l'amour' ? 
Ce mec est un enfoiré. Je ne réponds pas mais il le fait à ma place.
-Kohl. Je t'ai vue danser avec Paulson tout à l'heure, et tu ne lui faisais pas les yeux doux, j'en suis sûr. 
Je ne confirme pas, je ne nie pas non plus. Je préfère m'éloigner.
-Bonne soirée, Garrett.
-Je déteste avoir à te dire ça, mais tu n'as aucune chance, Wellsy. Tu n'es pas son genre.
Une vague de honte et de colère s'abat sur moi. Est-ce qu'il vient vraiment de dire ça ?
-Merci pour l'info, je réponds froidement. Si tu veux bien m'excuser...
-Allez, attends.
Je dégage ma main et tourne la tête pour le fusiller du regard.
-Quoi ? Tu veux m'insulter de nouveau ?
-Je ne cherchais pas à t'insulter, proteste-t-il. Je disais juste la vérité.
-Ah ? Super ! Merci ! Je dois avouer que ça fait mal/
-Eh merde, s'exclame-t-il d'une voix frustrée. Je t'ai encore vexée. Ce n'est pas ce que je voulais dire. Je n'essaie pas d'être méchant, d'accord ?
-Bien sûr que tu n'essaies pas. Tu l'es, c'est tout".

2#-Référence à notre culture pop moderne : The deal s'inscrit dans notre époque actuelle. Je ne suis pas sûre que d'ici vingt ans, l'auteure sera fière d'avoir cité le groupe One Direction (car comme tous les boys bands, ce groupe est destiné à une durée d'existence assez limitée), par contre, la cultissime série Breaking bad est un choix très judicieux, surtout que finalement, l'amitié qui se développe peu à peu entre nos deux héros doit beaucoup à cette série et à ses visionnages intensifs en duo sur le lit de Garrett (et sans aucune arrière pensée....Ce qui est remarquable car jamais Garrett n'a laissé une fille sur son lit juste pour regarder la télé....). Pour revenir à la musique, Hannah doit présenter une chanson pour ses examens, qu'elle doit interpréter en duo avec un autre élève (qui est un gros connard). Il était intéressant de suivre les péripéties d'Hannah dans l'univers musical. C'est plaisant de lire que tout ne tourne pas autour de sa relation avec Garrett et que la jeune femme a aussi une vie à côté ! 

"Lorsque les picotements de plaisir disparaissaient, je réalise quelle chanson nous accompagne.
-Tu as re-téléchargé les One Direction ? Je demande en écarquillant les yeux.
-Non...dit-elle en souriant.
-Ah ouais ? Alors, pourquoi j'entend 'Story of my life' ? Elle hésite un instant, puis elle soupire, dépitée.
-Parce que j'aime les One Direction. Là, je l'ai dit.
-Tu as de la chance que je t'aime. Sinon je ne le tolérerais pas".

"Elle est passée de la Miley Cyrus de Disney Channel à la Miley dévergondée, et il est grand temps que je stoppe cette progression catastrophique".

3#-La force de caractère d'Hannah : Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez en surbrillance sur le texte ! Dans The deal, nous suivons donc Hannah, une jeune étudiante de 20 ans qui a décidé de "fuir" loin de sa ville natale pour poursuivre ses études ailleurs car elle y a là-bas de très mauvais souvenirs - ou plutôt de gros traumatismes - dans la mesure où elle a été violée quand elle avait 15 ans lors d'une fête entre jeunes...par le fils du maire de la ville.....Du coup, vous vous doutez que du statut de victime elle est vite passée en mode "c'est bien fait pour sa gueule, elle l'a cherché cette petite sal**pe"....En plus du fait que son jeune violeur n'a pas été puni, les parents d'Hannah ont été obligés d'hypothéquer leur maison afin de payer les frais d'avocat de la partie adverse....Hum, justice de merd*....Même si Hannah et ses parents constituent une famille très unie, les problèmes financiers les obligent à limiter leurs réunions familiales car évidemment, pour Hannah, il est hors de question de remettre les pieds dans sa petite ville natale - notamment à cause des provocations de certains habitants qui ont faillit mal tourner pour le père d'Hannah...Hum, ville de merd*......Malgré toutes ces nombreuses difficultés, Hannah est néanmoins une fille plutôt équilibrée. Il faut dire qu'elle a été suivie par une psy suite à son viol et cela a donc limité les dégâts et elle peut vivre à peu près normalement, comme les autres jeunes gens de son âge.....Elle limite juste les fêtes étudiantes, et refusent les verres dont elle ignore la provenance...

"Cinq ans ont passé depuis mon viol, et mon coeur ne s'est embalé que pour deux hommes. Le premier m'a larguée. Le deuxième ne m'a jamais adressé un regard".

"Je n'aime pas les soirées chez les gens. C'est à la soirée d'une amie que j'ai été violée. Je déteste ce mot. Viol. C'est moche et déprimant, un des rares mots qui vous fait l'effet d'une claque dans la gueule ou d'un seau d'eau glacée sur la tête. J'ai travaillé dur pour me remettre de ce qui m'est arrivé - vraiment - et je fais tout pour que cela n'ait plus d'emprise sur ma vie". 

"Je ne suis plus la même, bien évidemment. Ce n'est pas pour rien que j'ai un spray au poivre dans mon sac à main et que le numéro des flics est pré-composé sur mon téléphone quand je rentre seule la nuit. Ce n'est pas pour rien que je ne bois pas d'alcool en public et que je n'accepte de boisson de la part de personne, pas même d'Allie, parce que sans le savoir, elle pourrait me donner un verre dans lequel quelqu'un a mis de la drogue. Et ce n'est pas pour rien que je ne vais jamais à ce genre de soirée. Je suppose que c'est mon propre trouble de stress post-traumatique. Un bruit, une odeur ou la vue de quelque chose d'inoffensif peuvent faire rejaillir des souvenirs à la surface. Ce peut être de la musique forte, des éclats de rire, l'odeur de bière ou de transpiration et, soudain, j'ai quinze ans et je suis chez Melissa Mayer, coincée dans mon pire cauchemar".

4#-Les lecteurs sont interpellés par les personnages : Comme il est courant dans les romances New Adult, nous alternons les chapitres entre la fille et le garçon, mais petit plus, c'est que comme l'héroïne nous fait ressentir tous ses sentiments et ses impressions, elle n'hésite pas, parfois, à nous prendre, nous, lecteurs, pour témoins. J'ai bien apprécié cette manière dont les personnages s'adressent à nous car cela permet une certaine interactivité très agréable !

"Justin Kohl attend quelqu'un près de la porte et j'en profite pour le dévorer des yeux. Il est ma-gni-fique. Est-ce que je vous ai déjà dit qu'il était magnifique ? (....). Si seulement j'avais le courage de lui courir après, je pourrais lui proposer de boire un café ou de dîner ensemble. Ou peut-être un brunch ? Mais est-ce que les gens de notre âge s'invitent pour des brunchs ?"

"Mon téléphone sonne à ce moment là et ce n'est pas n'importe quelle sonnerie. Non, c'est 'Sexy Back' de Justin Timberlake, et tout le monde dans la file d'attente me regarde en riant. Vous vous demandez pourquoi cette sonnerie ? Et bien parce qu'un insupportable hockeyeur l'a programmée à son nom, et que j'ai eu la flemme de la changer. Justin regarde mon écran et voit le nom qui clignote en majuscule. GARRETT GRAHAM".

Ce que je n'ai pas aimé dans ce livre :
1#-Le père de Garrett : Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance.
C'est l'élément du livre que je n'ai pas du tout aimé : le fait qu'Hannah subisse le chantage du père de Garrett pour qu'elle arrête de fréquenter son fils. Comme je l'ai écrit au début de ma chronique, cela me faisait ressentir un déjà vu vis à vis d'une autre romance new adulte lue ce mois-ci....A la différence que dans The deal, Hannah cède au chantage du père ignoble de Garrett (qui est une ancienne star du Hockey sur glace mais aussi un père qui a frappé son fils depuis l'enfance...Sa défunte épouse était aussi une femme battue et on apprend dans le livre que le père de Garrett continue ses "sales habitudes" avec la nouvelle femme qui partage sa vie...). Bref....Hanna stoppe donc sa relation avec le jeune homme sans explications (enfin si, mes ses explications sont vaseuses et débiles....Cela dit, c'est ce qui a mit la puce à l'oreille du jeune homme et lui a permis de s'accrocher et de ne pas renoncer à son amour pour Hannah....). J'ai levé les yeux au ciel quand Garrett lui explique enfin qu'elle n'avait pas à céder au chantage car son père n'avait plus d'emprise sur lui et donc, finalement, ils auront passé plusieurs semaines à souffrir pour rien.....Ce passage m'a clairement gonflé ! Car après tout ce qu'a subit Hannah durant son adolescence, malgré son caractère fort et déterminé qui lui ont permis - finalement - de conquérir le coeur de Garrett....Et bien malgré tout cela, au lieu d'être honnête avec le jeune homme et essayer de trouver une solution, elle préfère agir toute seule et...fait une grosse connerie....Je pensais qu'Hannah aurait eu un peu plus de jugeote surtout qu'elle est quand même décrite depuis le début du livre comme une jeune femme mâture et intelligente....

2#-Tous les garçons s'intéressent à Hannah : Je ne compte plus les livres où les héroïnes sont belles "sans le savoir" et ont souvent traversé un "désert sentimental" (quand elles ne sont tout simplement pas vierges) et qui, finalement, tombent amoureuses du héros du livre....Et...Comme par hasard, tous les mecs trouvent enfin la fille irrésistible et envient le héros.....J'avoue, au bout d'un moment, c'est hyper gonflant....Mais bon, c'est le jeu, ma pauvre Lucette, et c'est une sorte de stéréotype que je suis obligée d'accepter chez les héroïnes de beaucoup de romances sinon, bah...Il ne me reste plus qu'à passer à un autre genre de lecture ! Et comme j'adore lire des romances (que ce soit en historique, en fantastique; en contemporain etc), je ne suis pas prête à y renoncer alors je dois me faire à l'idée qu'Hannah ne sera pas la dernière héroïne dont je vais lire les aventures qui ignore sa nature de "bombe sexuelle" et "d'aimant à mecs quand elle a enfin trouvé l'amour".....



Pour conclure, j'ai passé un bon moment de lecture auprès de Garrett et d'Hanna même si The deal n'est pas la romance New Adult du siècle ! Le style d'écriture de l'auteure canadienne Elle Kennedy est très agréable et j'ai vraiment eu l'impression de vivre auprès de nos héros dans ce campus américain. Comme toujours dans ce genre de bouquin, les personnages secondaires, notamment les amis proches des héros sont sympathiques et avec un peu de perspicacité, on arrive facilement à deviner sur quel personnage sera consacré le prochain tome tellement le focus et le "mystère" est mis sur celui-ci qui a l'air de cacher quelques failles.....Si vous aimez le genre New Adult, The deal vous fera passer un agréable moment de lecture et je trouve qu'il est idéal en cette période estivale. Je ne suis pas sûre de me rappeler de l'histoire dans quelques mois (et même dans quelques semaines) à part peut-être que nous évoluons dans l'univers du hockey sur glace universitaire (même s'il est vrai que ce sport est évoqué d'une manière assez light dans l'histoire). Il va sans dire que je lirai très certainement les prochains tomes car mine de rien, les personnages sont très attachants !



Ma note : 17/20


Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :
  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire