mercredi 8 février 2017

ANOTHER STORY OF BAD BOYS - Tome 1

Mathilde Aloha
Les Editions Hachette - 2017
600 pages 

Synopsis :
Liliana Wilson ne pensait pas qu’en intégrant la célèbre université de Los Angeles pour étudier le journalisme, sa vie allait autant changer.L’absence de sa meilleure amie Rosie, plongée dans un coma dont elle ne se réveillera peut-être jamais, la faisait bien trop souffrir. Accablée par le chagrin et une forte culpabilité, elle avait décidé de prendre des distances avec son passé. Mais c’était sans compter sur le retour du dangereux Jace…Elle voyait son avenir déjà tout tracé : obtenir d'ici quelques années son diplôme, puis parcourir le monde. Mais sa rencontre avec ses nouveaux colocataires, Evan et Cameron, vient bouleverser ses plans. Si le premier est le frère protecteur qu’elle n’a jamais eu, le second, non seulement méfiant et froid, se montre particulièrement infect à son égard. Lorsqu’elle découvre que ces deux-là, pourtant amis, rentrent régulièrement couverts de bleus et de blessures, elle s’interroge : jalousies masculines ? Sombre histoire de bad boys ? Que faire alors que la jeune femme se sent irrémédiablement attirée par l’un des deux, elle qui s’était pourtant jurée de faire passer son cœur bien après ses études ? Entre l’amour interdit qu’elle ressent et son passé qui la rattrape, Liliana en aura-t-elle jamais fini avec les drames de la vie ?

Est-ce que j’ai apprécié ma lecture du 1er tome d’Another story of bad boys?…Oui, un peu, mais il y a aussi certains détails qui m’ont vraiment déplu !….Cela me gêne de dire du mal de cette histoire car très franchement, j’ai passé un bon moment durant une partie du livre mais comme ce pavé fait 600 pages (ouh la la, pour une histoire de new adult, cela fait beaucoup !) fatalement, oui fatalement, la jeune auteure française Mathilde Aloha a un peu trop abusé des stéréotypes et déjà-lus liés de ce genre de romance…Et au bout d’un moment, c’est agaçant !…..Ce livre aurait été parfait avec 250 pages en moins et surtout un milliards de fois en moins où l’héroïne nous sert ses sempiternels doutes et hésitations à longueur de pages !


Another story of bad boys nous raconte l’histoire d’une jeune femme, Lili, qui quitte Miami pour aller étudier à la célèbre université californienne UCLA. C’est un besoin pour elle de mettre de la distance avec sa ville natale où elle a vécu un drame quelque mois auparavant avec la perte de l’une de ses deux meilleures amies, Rosie, qui se trouve toujours dans le coma sans risque de réveil au moment où débute le récit….Rosie avait fait de mauvaises rencontres, notamment un certain Jace, un toxicomane assez flippant qui l’aura détournée du droit chemin jusqu’à ce qu’elle parte carrément dans le décor….



Lili veut donc oublier tout ça et au début du livre, nous la suivons, accompagnée de sa mère pour visiter son nouveau logement universitaire qu’elle doit partager avec deux autres étudiantes….Mais voilà, il y a eu comme qui dirait « une petite boulette administrative » et finalement, Lili se voit obligée de cohabiter avec deux garçons à la place…..Si Evan, le premier colocataire est un garçon charmant qui va lui servir un peu de grand-frère (même si vous allez découvrir au fil de la lecture qu’il est un peu neuneu sur les bords….), ce n’est pas le cas du sauvage et glacial Cameron qui la prend en grippe dès leur première rencontre…..Alors, la petite souris arrivera-t-elle à apprivoiser le lion ?

« —Comme vous le savez certainement, sur le campus, nous avons différents types de logements disponibles pour nos étudiants. Vous avez fait la demande pour un appartement de type F4 car les chambres étudiantes pour une seule, voire deux personnes n’étaient plus disponibles. De ce fait, nous étions convenus que vous seriez en colocation avec deux autres étudiantes. Ne comprenant vraiment pas où elle veut en venir, je hoche la tête, l’incitant à poursuivre.
— Lors de la répartition des chambres, nous avons eu un léger problème avec votre dossier.
— Quel est-il ? Je commence à m’agiter nerveusement sur ma chaise.
— Lorsque je suis sortie du bureau, j’ai appelé M. Tyler Wilson, vous vous souvenez ? Je murmure un petit oui.
— Eh bien, il se pourrait que votre dossier ait été mis dans la pile masculine…
— Vous plaisantez ? s’exclame ma mère qui jusque-là était restée silencieuse.
— J’ai bien peur que non. Le prénom de votre fille, Liliana, a été confondu avec son deuxième prénom : Tyler. De ce fait, nous vous avons attribué un logement en colocation avec deux garçons, ajoute-t-elle en se tournant vers moi ».

Cette histoire est narrée du point de vue de Lili sur la plupart des chapitres et nous avons droit aussi à quelques passages du point de vue de Cam, ce petit sacripant….

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-Le cadre général où se déroule l’histoire : On a tout de suite envie de vivre auprès de Lili et de ses amis sur ce célèbre campus universitaire californien ! En fait, en lisant cette histoire, j’avais l’impression de regarder une série pour ados avec les intrigues et les flirts qui vont avec. Et puis il y a de nombreuses références culturelles avec les musiques à mode actuellement, ou même les livres….Cela permet à l’auteure d’avoir une certaine proximité avec ses lecteurs puisque nous constatons que les personnages partagent à peu près nos goûts (enfin bon, personnellement, je n’ai pas lu « After » pourtant cité plusieurs fois dans l’histoire, mais je sais de quoi ça parle vu tout le tintouin que ce livre a fait sur la blogosphère et booktube….En même temps, ce n’est pas parce que tout le monde en parle que c’est forcément bien, on voit les ravages littéraires causés par des SP montrés à tire larigot sur booktube…). En faisant un petit tour sur la page Facebook de l’auteure j’ai vu qu’elle conseillait de « shazamer » son livre….Vu le nombre de chansons qu’elle cite dans son livre, cela est une très bonne idée ! (même si personnellement, je n’utilise pas shazam…Mais l’idée est cool…).

« Un nouveau livre, Sans attendre de Jennifer Echols. Amber me l’a conseillé avant mon départ pour le Brésil. J’ai lu toute la soirée, faisant juste une pause pour dîner ».
« Durant le trajet, je lui raconte la conversation que Cameron et moi avons eue hier. Elle m’écoute attentivement puis réfléchit un court instant avant de prendre la parole :
— Tu connais After, l’histoire écrite par Anna Todd ?
— Oui, je dis, légèrement suspicieuse. Mais je ne vois pas le rapport entre cette histoire et Cameron et moi. — Bien sûr ! lance-t-elle en traînant sur le dernier mot.
— Non, je te jure, Grace ! Je ne vois pas comment cette histoire pourrait être comparable avec la « relation » que j’ai avec Cameron.
— Au début du récit, Tessa et Hardin se détestent mais, à la fin, ils sont ce que l’on peut qualifier de plus qu’accros l’un à l’autre. Tu ne connais pas l’expression « De l’amour à la haine, il n’y a qu’un seul pas » ? C’est clairement adapté à la situation !
— Grace, je dis, exaspérée. C’est une fiction, ça ne se passe pas comme ça dans la vraie vie.
— Oh si, crois-moi ! Je suis certaine qu’avant la fin de cette année, et je ne parle pas de l’année scolaire mais de l’année civile, tu seras dingue de lui ! Et avec un peu de chance, lui aussi.
— Qu’est-ce que tu as consommé ce week-end pour raconter de telles bêtises ?
— Absolument rien, je le jure ! Mais tu finiras par te rendre compte que je l’avais prédit, Lili. Je soupire alors que Grace me regarde, un sourire innocent sur les lèvres. C’est à ce moment-là que nous entrons dans la cafétéria déjà pleine d’étudiants. Je ne sais pas où elle a été chercher tout ça mais c’est complètement absurde. Comme s’il allait y avoir quelque chose entre Cameron et moi un jour ! »

« Peu de temps après, une mélodie retentit dans la cuisine et je ne mets que deux secondes à reconnaître Hold on We’re Going Home de Drake. J’aime tellement cette chanson ! Elle me rappelle ma dernière année de lycée à Miami et les soirées sur la plage avec mes amis. Inconsciemment ou certainement par habitude, je commence à chantonner. « I got my eyes on you You’re everything that I see I want your hot love and emotion endlessly I can’t get over you You left your mark on me I want your high love and emotion, endlessly… »
— Tu aimes cette chanson ? s’étonne Cameron.
— Oui ! je dis en lâchant un petit rire. C’est si étonnant que ça ?
— Te dire « non » serait mentir. Je pensais que tu étais plutôt du genre Taylor Swift.
— Détrompe-toi ! J’aime bien sa musique mais je ne suis pas une grande fan de l’artiste !
— Tu t’entendrais bien avec ma sœur, dit-il avec un brin de mélancolie dans la voix.
— Tu as une sœur ? je m’exclame.
— Oui. Il y a plein de choses que tu ignores à mon sujet, Liliana. Je ne peux m’empêcher de voir un double sens dans cette phrase, même s’il ne s’en est probablement pas aperçu. J’aimerais poser des questions mais je ne veux surtout pas gâcher ce début de journée qui est pour le moment plutôt prometteur ».

2#-La relation compliquée entre Cam et Lili : Même si elle m’a gonflée au bout d’un moment, je dois bien admettre que j’ai beaucoup apprécié la relation qui s’est établie entre nos deux héros qui cohabitent d’abord comme deux colocataires qui ne se supportent pas beaucoup...Leur première rencontre est assez particulière avec l’attitude de Cam vraiment déplorable qui se comporte comme un sale con envers la jeune fille. Puisque nous suivons majoritairement le point de vue de Lili dans ce livre, nous souffrons, nous nous interrogeons avec elle sur ce que lui fait « subir » Cam à souffler ainsi continuellement le chaud et le froid avec elle. Et il y avait aussi cette jalousie latente entre ces deux-là, qui pourrit un peu plus leur relation déjà fragile puisque Cam sort avec Leila et Lili a plusieurs rendez-vous avec Enzo….J’aime bien quand les relations sont conflictuelles entre deux futurs amants (l’attirance/répulsion, l’amour/haine) mais il ne faut pas non plus que cela traîne en longueur avec des messages contradictoires car après cela me lasse ! Mais j’avoue, j’ai bien aimé au début la manière dont Lili a réussi à moucher Cam et à lui répondre du tac-au-tac ! Elle ne se laisse pas faire et c’est très plaisant à lire !



« — T’es qui ? Je me retourne et fais face à la personne que je devine être Cam. Oh mince ! À l’instant même où mes yeux se posent sur lui, je sens le rouge me monter aux joues. Il n’est vêtu que d’un jogging tombant bas sur ses hanches. Ce qui est extrêmement attirant. Je me fais violence pour détacher mon regard de son torse où ses muscles sont parfaitement dessinés et remonte tout doucement vers son visage, qui contient encore les traces du sommeil. Ses cheveux bruns sont tout ébouriffés mais relativement courts. Quant à ses yeux, ils sont foncés. Je ne saurais dire s’ils sont bleus, marron ou même gris. Une chose est sûre, ils sont magnifiques et hypnotisants. Son raclement de gorge me tire de ma contemplation et, gênée, je détourne le plus rapidement possible mon attention de son corps. Il passe alors à côté de moi et attrape une tasse dans un des placards en hauteur. Tous, absolument tous ses muscles s’étirent et c’est terriblement sexy !
— Euh, je suis Lili, je dis en bafouillant, troublée par sa proximité. Et toi tu es Cam si je devine bien ?
— C’est Cameron pour toi, pas Cam. Ça annonce la couleur. Je retire le « terriblement sexy », là. Si ses paroles étaient des gestes, je viendrais tout juste de me prendre la seule gifle de ma vie. Son ton est tellement froid et distant que j’en frissonne. À moins que ce ne soit autre chose, comme de la colère ou de la déception. Et moi qui espérait bien m’entendre avec lui parce qu’il serait comme Evan, je me suis royalement trompée ».

« — Je l’ai expliqué quand je suis arrivée. Mais attends, c’est vrai que tu étais trop occupé à me rembarrer pour écouter mes explications !
— Evan m’a déjà expliqué les grandes lignes mais j’y crois pas une seule seconde, à cette histoire.
— Pardon ? Tu insinues quoi, là, que je suis une menteuse qui a tout manigancé pour devenir votre colocataire ?
— Peut-être, à toi de me le dire !
— Non mais ça ne va pas ! T’es un grand malade, Cameron. Depuis le début, tu te méfies de moi contrairement à Evan qui m’a tout de suite acceptée. Je me suis même demandé si j’avais fait quelque chose de mal pour que tu te comportes avec moi de cette manière, mais en fait non, t’es juste un pauvre con, Cameron. Je ne sais pas qui tu es réellement ou ce que tu caches pour agir de cette façon mais c’est pas une raison pour avoir une sale attitude envers moi. Maintenant, tu as le choix. Soit tu changes de comportement et tu deviens agréable avec moi, soit tu ne veux pas changer et, dans ce cas, ne m’adresse plus jamais la parole. J’ai pas besoin d’un lunatique pareil dans ma vie. À peine ai-je prononcé cette dernière phrase que je la regrette immédiatement. Je viens de me montrer trop dure avec lui, même si quelque part cette petite mise au point ne peut pas lui faire de mal. Mais qu’est-ce que je vais faire si finalement il ne m’adresse plus jamais la parole ? La situation entre nous sera encore plus tendue et je regretterai pour le reste du semestre de m’être montrée aussi directe avec lui. Je suis trop impulsive. Je n’ai plus qu’à espérer que cette conversation aura le résultat escompté et qu’il deviendra plus gentil avec moi ».

3#-Le côté protecteur et possessif de Cam : Même si dans l’ensemble, j’ai souvent trouvé les réactions des personnages plutôt puériles, il y a quand même une chose qui m’a bien plu, c’est la grosse dose de testostérones dont est affublé Cameron qui lui permet de faire son coq constamment et du coup, de marquer son territoire auprès des autres mâles qui tournent autour de Lili (bien que celle-ci ne soit pas en couple avec lui mais juste sa colocataire….Ce garçon est très paradoxal…). Le passage que j’ai le plus aimé c’est celui où toute la bande d’amis est allé faire du surf. Quand Lili se fait heurter par une planche de surf, j’ai adoré la manière dont Cam est venu à son secours (ou plutôt, est allé menacer le gars qui avait laissé partir sa planche sur la jeune fille…). Il ne rigole pas Cameron !

« Il ne me reste désormais que quelques mètres avant de rejoindre le sable lorsque j’entends quelqu’un crier :
— ATTENTION ! Après ça, tout va très vite. J’ai à peine le temps de me retourner vers la source de ce cri qu’une planche de surf vide arrive droit sur moi, à toute vitesse, prise dans une des vagues qui déferlent sur la plage. Mon seul réflexe est de vite plonger sous l’eau pour l’éviter mais, à cette distance de la plage, l’eau est très peu profonde et la collision est inévitable. Je lève les bras pour protéger mon visage mais subis malgré tout le choc de plein fouet, ce qui m’arrache un cri sourd. J’avale trop d’eau et tente de me relever mais, complètement sonnée, je retombe dans l’eau. J’ai l’impression de me trouver dans le tambour d’une machine à laver à l’essorage.
(…)
— Vous savez où est Cameron ? je demande.
— Il était là il y a à peine deux minutes, ajoute Rafael. À ce moment-là, de grands éclats de voix nous parviennent aux oreilles. Comme les autres, je me retourne vers l’origine de ce bruit et, surprise, je découvre d’où et surtout de qui il provient. Cameron tient un jeune homme par le col de sa combinaison de plongée à quelques mètres de nous. Ce dernier est sur la pointe des pieds et lutte pour ne pas suffoquer.
— Cam, crient les garçons en avançant vers lui.
— Allez, Cam, lâche-le, dit Evan en attrapant le bras de son meilleur ami. Pour autant, ce dernier ne s’exécute pas et j’ai même plutôt l’impression qu’il resserre sa prise. Sa mâchoire est contractée et, en baissant le regard sur sa main restée libre, je m’aperçois que ses jointures sont devenues blanches.
— On t’a jamais appris les règles du surf ? aboie Cameron. Le jeune homme semble tétanisé devant l’invective et l’imposante musculature de Cameron et met plusieurs secondes avant de répondre un petit « oui » en bégayant. Je compatis. Se retrouver en face de Cameron peut être intimidant surtout lorsqu’il est dans cet état.
— Maintenant tu vas aller t’excuser auprès de Lili. Quoi ? C’est pour moi qu’il a fait ça ? Ne comprenant pas tout de suite, je regarde de plus près et remarque la planche qui m’a percutée au sol, à côté d’eux. Je m’approche. Cameron relâche soudain sa prise, si fortement que l’incriminé manque de tomber lorsqu’il se tourne vers moi.
— Je… je suis désolé pour le coup que tu as pris à c… cause de ma planche, dit-il toujours en bégayant. La présence de Cameron à côté de lui doit y être pour quelque chose. J’ai l’impression qu’il va se faire dessus. Je ne veux surtout pas que la situation empire. J’ai déjà vu Cameron énervé, comme lorsque je le titillais par exemple, mais jamais à ce point. Il est à deux doigts de lui en mettre une. Les garçons semblent tout aussi préoccupés que moi. Evan retient toujours le bras de Cameron. Cela semble le calmer légèrement. J’ai l’impression que leur duo fonctionne ainsi, l’un tempère l’autre ».

4#-Les pensées de Lili : Avec ses petites réflexions, ses dictons,  j’ai beaucoup apprécié Lili à ce niveau-là de sa personnalité. Un peu moins quand ses pensées ont commencé à tourner en boucle, mais ça, c’est une autre histoire. J’aime bien les livres où les auteurs font s’exprimer leurs personnages par rapport à leur propre « expérience ». Par exemple le dicton « un sac vide ça ne tient pas debout », sur le fait de ne pas rester le ventre vide, je l’utilise moi-même beaucoup, et donc, ça m’a fait plaisir de le lire dans une histoire écrite par une jeune auteure !

« Le vent a cessé de souffler et je commence à ressentir la soif. Je me rappelle alors ce que me disait ma grand-mère quand j’étais petite : « Quand tu ressens la soif, c’est que tu as déjà soif. » Elle avait raison, comme toujours ».

5#-Leila : Voilà une vilaine fille que l’on prend plaisir à détester ! Même si elle est un peu caricaturale, notamment avec sa manière de cracher son venin sur Lili, j’ai quand même bien aimé ce personnage qui apporte un peu de piquant dans le récit. A partir du moment où elle apparaissait dans une scène, on pouvait être sûr qu’il allait se passer quelque chose de désagréable pour Lili…..Et du coup, quand notre héroïne obtient vraiment sa revanche, et bah on est bien content et on trépigne devant son livre ! Voilà !

6#-Les différents mystères : L’auteure a choisi de créer un background mystérieux dans Another story of bad boys, autant pour Lili que pour Cam. Nous savons rapidement que pour l’héroïne, il s’agit de Jace, le toxico de Miami qui a conduit Rosie dans le coma et qui menace Lili par SMS ; Pour Cameron, il y a cette histoire de combats secrets puisque Lili est même obligée de le soigner un soir où il rentre dans l’appartement le visage en sang….Nous avons aussi le problème « Olivia »…..Malgré les 600 pages du livre, nous n’avons pas encore les réponses pour toutes ces intrigues semées ci et là par l’auteure et je suppose que nous aurons enfin le fin mot de l’histoire dans le 2èmetome….Car oui, en effet, Another story of bad boys n’est pas seulement une romance, il y a aussi du suspense et par exemple, la scène dans les toilettes publiques où l’espèce de psychopathe a foutu la trouille à Lili m’a énormément plu !



« Bien que je sois persuadé que ce mec est son ex et qu’il la harcèle, je pose quand même la question :
— Lili, regarde-moi. Jace est ton ex-copain ?
— Non, murmure-t-elle. Sans attendre, je passe mes doigts sous son menton et relève sa tête. Elle pleure et ça me retourne de la voir dans cet état, si fragile. Je n’arrive plus à détacher mes yeux des siens et je passe mes pouces sous ses yeux pour essuyer les larmes qui en coulent. Elle sourit faiblement pour me remercier mais je sens que son cœur est sur le point d’imploser.
— Qui est Jace alors ? je reprends. Elle déglutit avant de saisir sa tête entre ses mains.
— Je… j’ai peur, Cameron, bafouille-t-elle, et cet aveu me retourne les tripes.
— Je suis là, Lili. Elle lève doucement le regard vers moi. Elle est effrayée et perdue, je le vois dans ses yeux. Qu’est-ce qui s’est passé pour qu’elle se retrouve dans cet état ?
— Je sais, dit-elle faiblement. Mais ce n’est pas ça le problème.
— C’est quoi, alors ?
— Je ne veux pas vous mêler à tout ça.
— Je n’ai pas peur, Liliana.
— Mais moi oui ! s’emporte-t-elle. Jace est un monstre, Cameron.
— Quoi ?
— Vous ne voulez pas me dire ce que vous cachez pour me protéger, eh bien, je veux faire la même chose. Je ne veux pas vous perdre vous aussi. Vous ne pouvez pas être au courant.
— Au courant de quoi ? ».

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre :
1#-La jalousie et le mélo qui s’en suit : Allons bon ! Je veux bien que les héros soient jeunes et impulsifs mais parfois, ils se créaient vraiment du drama pour pas grand chose ! Tout d’abord, je dois dire que je n’ai pas du tout, mais alors pas du tout compris le raisonnement d’Enzo ! Ce jeune homme, qui fait partie de la bande à Cam et Evan s’est lié rapidement d’amitié avec Lili (-en même temps, un mec de 20 ans qui veut être ami avec une jeune fille, c’est louche, on se doute bien qu’il attend plus ! -) Et du coup, malgré ses nombreuses tentatives de drague, il va vite se rendre compte que Lili ne craque que pour Cameron (qui défend son territoire en pissant autour d’elle et en montrant les crocs si un autre mec l’approche, surtout Enzo)….Bref, notre jeune ami décide donc de changer de stratégie et propose à Lili de rendre jaloux Cam et faisant comme si (oui, comme si), il était amoureux d’elle et qu’elle répondait à ses avances….Lili va être d’accord en premier lieu, mais par contre, ça va capoter au moment où Enzo va faire un caca nerveux en reprochant à la jeune fille son attirance pour Cameron….Aie aie aie ! Sincèrement, j’étais devant mon livre et je n’y comprenais plus rien !!!!! C’est lui qui propose de faire mine et ensuite, il reproche à la jeune fille de ne pas l’aimer….Bah non, puisqu’ils font mine !!!!!! Bref, Pour moi Enzo est un imbécile !  Ensuite, il n’y a pas que Lili qui veuille rendre jaloux Cameron, lui aussi, il a des filles à se taper, je pense évidemment à Leila….Pitié mais pourquoi il fait ça ! Il est schizophrène ou quoi ? Une minute avant, il embrasse Lili tendrement et ensuite, il quitte l’appartement pour ramener Leila et se la taper sous les yeux (ou plutôt les oreilles) de Lili….Mais quel connard de merde !!!!!!!!  On peut agir stupidement une fois, mais quand cela devient redondant, à un moment, cela gâche la lecture ! Je n’étais plus en phase avec les personnages que je trouvais vraiment trop puérils et trop cons ! Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Et pour ce qui concerne la fin du livre, avec The come-back d’Olivia, le Griiiiiiind amûûûr de Cam, mais putain de merde !!!!!!!  là aussi, je n’ai vraiment pas compris pourquoi l’auteure Mathilde Aloha a fait passer ce personnage pour une sale garce ! Si Cameron est amoureux d’elle depuis son plus jeune âge (ils sont voisins d’enfance), comment cela se fait-il qu’il n’ait jamais perçu son côté perfide et hypocrite ? L’amour est aveugle, certes, mais à ce point-là ? La manière dont elle revient dans sa vie, comme un cheveu sur la soupe, m’a déplu, et encore plus quand, bien évidemment, Lili les surprend en train de s’embrasser…..S’il n’y a pas plus caricatural et mélo, Mon Dieu, je ne sais pas ce qu’il vous faut ! Bref, l’apparition de cette deuxième méchante rivale pour Lili m’a parue totalement incongrue et inutile. Il y a déjà les mystères « Jace » et « Combats secrets » alors l’espèce de triangle (ou carré, avec Leila) amoureux à la mords-moi –le-nœud, pitié !!!! Surtout qu’en plus, Evan et la petite sœur de Cam n’aiment pas du tout Olivia….C’est à Lili de montrer qu’elle est mieux qu’Olivia….Bon, en même temps, vu que beaucoup de garçons d’intéressent à Lili, je ne vois pas pourquoi elle perd son temps à vouloir aimer Cam puisque celui-ci l’a quand même bien « amochée » mentalement depuis qu’ils se connaissent ! …Elle doit être mazo et aimer ça, la coquine…..

« —Allez, Lili, monte ! ordonne Cameron d’un ton qui n’admet aucune réplique. Ne souhaitant pas être la cause du déclenchement d’une Troisième Guerre mondiale, je fais un petit sourire désolé à Enzo et ouvre la portière du 4 × 4.
— Lili, tu n’as pas à lui obéir. Si tu veux venir avec moi, tu viens, que Sa Majesté Cameron Miller le veuille ou non. Tu n’es pas son esclave ou son sujet. Je jette un œil vers Cameron et l’expression qu’il arbore ne me laisse rien présager de bon. Surtout lorsque je le vois détacher sa ceinture. Si je n’interviens pas, ça va partir trop loin, je le sens.
— Arrêtez ! je crie. Enzo, c’est bon je viens avec toi ! James, puisque ça dérange tant Cameron de faire un détour, tu rentreras avec nous et nous irons dîner après. Enzo sourit, satisfait d’avoir gagné ce duel. Quand je me penche à l’intérieur du véhicule pour prendre mes affaires, le regard de Cameron que je croise dans le rétroviseur me coupe le souffle. Ses pupilles sont toutes dilatées et ses yeux se sont assombris. Ce contact n’a duré que quelques secondes et, pourtant, je ressens de la culpabilité. Il a désormais une expression agacée qu’il ne cache nullement. J’attrape rapidement mon sac puis ferme la portière. J’ai à peine le temps de faire deux pas que Cameron recule puis part à toute vitesse. Il est énervé et j’en suis la cause, génial. J’espère juste qu’ils n’auront pas d’accident sur la route ».

« Est-il bipolaire ou extrêmement lunatique ? Je ne vois pas d’autre explication possible pour justifier ses changements soudains de comportement. Ça me dépasse totalement. Je tourne la tête et l’aperçois de dos, toujours assis sur le canapé, son téléphone désormais à la main. Et si j’allais m’asseoir près de lui ? La soirée se déroule plutôt pas mal pour le moment, je dois en profiter. Peut-être que les choses changeront entre nous pour le mieux après ce soir ? Et après tout, la vaisselle peut attendre. Je commence à avancer vers le canapé en souriant, heureuse, mais avant même que j’arrive à sa hauteur, il se lève et porte son téléphone à l’oreille.
— Allô, Leila ? À ce prénom, mon sourire s’évanouit et je ressens une violente crampe me tordre le ventre. Je retourne en vitesse dans la cuisine et appuie mes mains sur l’évier. Putain mais c’était quoi ça ».

«— Enlève ta main de sa taille. Cette voix rauque me fait complètement vibrer, encore plus que la musique. Je meurs d’envie de lui demander ce qu’il fait ici mais je ne me retourne pas et ferme les yeux. Il est si près de moi que je sens son torse me frôler.
— T’es qui toi ? s’énerve le garçon devant moi.
— Son mec, alors dégage. Le blond le dévisage sans retenue.
— Tu n’as pas l’air d’être son mec pourtant. Cameron souffle derrière moi.
— Enlève ta putain de main. Je ne le répéterai pas une troisième fois. Sa voix tremblante de colère me fait frissonner si bien que le blond décide d’abandonner, jugeant qu’il est inutile de continuer à hausser le ton. Il me lance un dernier regard avant de partir en soupirant.
— Mon mec ? je dis en me tournant vers Cameron. Il hoche la tête. Le petit sourire arrogant qu’il arbore m’énerve au plus haut point.
— Tu n’es pas mon mec, Cameron, et je ne suis pas ta copine. Va voir Leila, c’est elle ta copine, je rétorque sèchement. Avant même que je puisse me détourner de lui, sa main se pose sur ma taille et il m’emmène vers le centre de la piste. Je ne contrôle plus rien et me laisse faire. Sans aucune difficulté, il se fraie un chemin, m’entraînant derrière lui. Lorsque je reprends enfin mes esprits, Cameron s’arrête et pivote vers moi. Je voudrais lui dire ses quatre vérités, tout lui déballer, mettre les points sur les i. Mais toutes les pensées cohérentes que je pouvais avoir s’envolent en fumée lorsque nos regards se croisent ».

2#-L’héroïne complexée : Ah purée ! Tout mais pas ça ! Lili n’arrête pas de complexer sur son corps alors que beaucoup de garçons lui tournent autour, en premier lieu, Cameron. Même quand elle est déguisée en Ariana Grande, elle doute de son sex-appeal….Mais pourquoi donc ? A ce propos, ça m’a un peu gavée la manière dont l’auteure décrivait à chaque fois les tenues de l’héroïne…A chaque fois, elle était dans des tenues assez sexy mais vu comment Lili se considère, on avait vraiment l’impression qu’elle était habillée avec un sac à patates ! La modestie et l’humilité, cela va un temps, mais au bout d’un moment, cela devient très exaspérant ! Et le pire c’est que Lili n’arrête pas de trouver les autres filles super belles….Elle a toujours un compliment pour les autres, oh elle est vraiment trop sympa ! Beuarrrrrrgh  (oui, je vomis sur ma chronique !)…Je ne supporte plus les héroïnes qui ne se trouvent pas belles alors qu’elles sont en réalité des bombes qui attirent tous les hommes ! Pitié !

« Marchant derrière elle, je prends le temps de la regarder plus attentivement. Grace est beaucoup plus grande que moi. D’après mon œil expert, elle doit avoisiner le mètre soixante-quinze mais ses talons la grandissent encore plus. Elle porte une petite robe à fleurs bohème qui lui va à ravir. Ses cheveux blonds ondulés sont très longs et lui donnent le parfait look de la jeune femme californienne. Cette fille est vraiment jolie et je ne peux m’empêcher de me comparer à elle. Nous sommes deux contraires. Je me sens complètement ridicule à côté d’elle. Je dois arrêter. Ce n’est pas comme ça que j’aurais confiance en moi ».

3#-L’héroïne qui tourne la tête à tous les hommes : Bah oui, cela va de pair avec l’élément cité juste au-dessus….Malgré qu’elle se trouve moins belle que les autres, Lili arrive quand même à attirer pas mal de garçons ! Elle se fait même inviter dans un resto hyper chic en tête à tête sans comprendre que cela ressemble plus à un rdv galant qu’à une virée entre deux bons potes….Mais putain, Lili, j’te foutrais une paire de baffes si tu étais face à moi, là, tout de suite ! Du coup, j’en remet une couche, mais ça me gonfle car l’héroïne se trouve moche, mais accepte de porter des robes (ou costumes de déguisement) sexy…..Mais non, y’a le pauvre Cameron qui bave face à elle et ne la quitte pas des yeux, mais cela ne veut pas dire qu’elle l’attire, vous comprenez, elle est trop moche pour ça, ce n’est pas possible qu’il puisse s’intéresser à elle…..Mais putain, Lili, réveille-toi !!!!!!!

« C’est à ce moment-là que Cameron relève la tête et qu’il remarque enfin ma présence. Je lui fais un petit sourire, m’attendant à ce qu’il fasse de même, mais l’expression fermée de son visage est bien loin de ressembler à un sourire. Je ne comprends pas ce qui lui arrive. Est-ce que ça le gêne tant que ça que je traîne avec Enzo ? Parce que, si c’est le cas, il va devoir s’y faire et apprendre à partager ses amis ».

4#-Les stéréotypes : Que ce soient les méchants trop caricaturaux ou les études de nos héros, j’avoue que j’ai été servie ! Cam veut être avocat et Lili journaliste…..Y’a pas plus cliché comme carrière ! On se croirait dans une série TV américaine ! Mon dieu ! c’est si banal !!! Et ce qui me fait tiquer c’est que Cameron, il veut être avocat, l’asticot, mais il fait des combats clandestins…C’est n’importe quoi !....Dans ce cas-là, il fait des études pour être déménageur ou videur de boite de nuit, mais ses activités nocturnes ne correspondent pas vraiment au futur métier auquel il se destine (heu…je précise que je n’ai rien contre les déménageurs et les videurs…C’est par rapport aux physiques exigés pour ce genre de métier, il faut des balaizes…comme les mecs qui font des combats)..J’ai l’impression que l’auteure a choisi ces deux carrières pour ses héros par manque d’imagination ou par consensualité et cela me déplait !

Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! 
5#-Le cas Amber : Je suis perplexe….Très perplexe sur ce personnage…..C’est d’abord la super meilleure amie de Lili, elles communiquent par réseaux sociaux, téléphone etc même si elles sont toutes les deux à l’autre bout du pays, elles restent donc en contact. Amber annonce qu’elle va rendre visite à notre héroïne en Californie, hors, elle arrive et là, Lili se rend compte que sa copine a complétement changé ! Elle est à la limite odieuse (et a des manières de péripatéticienne)…..Puis, prise de remords, elle avoue à Lili qu’en fait, c’est à cause de Jace, qu’elle a revu à Miami et qui lui a demandé de pourrir la vie de Lili….WTF !!!!!! Et pourquoi Amber a obéit à ce mec ? Et pourquoi ensuite, elle avoue tout à Lili ? POURQUOI ?????? Ce passage avec Amber n’a pas servi à grand-chose (pour ne pas dire à rien), et je me demande encore pourquoi l’auteure a choisi de transformer une gentille fille et super garce pour ensuite la retransformer en gentille fille…..Cela n’a aucun sens !

6#-La mort de Rosie : Non, pitié ! La manière dont a été annoncée la mort de cette jeune fille, juste à la fin du livre ne m’a pas du tout plu ! Purée, Lili nous tanne à propos de Rosie et d’Amber depuis le début du livre ! On a eu droit à des flash-backs où les trois jeunes filles étaient ensemble avant le drame….Lili savait que Rosie était dans le coma, un coma dont elle avait peu de chances de se réveiller….Et finalement, quand sa mère l’appelle pour lui annoncer qu’un truc grave vient d’arriver, elle ne tilte même pas que c’est Rosie qui a enfin passé l’arme à gauche ! Non, ce n’est pas possible, ça ne va pas ! Elle est con ou quoi ?

Pour conclure, je reste un peu mitigée à propos de ma lecture de cette romance new adult Another story of bad boys. J’étais pourtant vraiment enthousiaste au début, et ce, jusqu’au milieu de ma lecture (qui correspond à 300 pages, tout de même, puisqu’il ne faut pas oublier que ce livre atteint les 600 pages ! Mazette ! pour un new adult, c’est énorme !), mais du coup, après, j’ai un peu déchanté quand j’ai vu que l’histoire n’évoluait pas énormément (malgré tous les mystères qui ont été annoncés au début du livre, autant dans la vie de Cam que dans celle de Lili). Malheureusement, nous avons eu droit à une certaine redondance des situations avec notamment les quiproquos qui rendent jaloux alternativement nos deux héros, mais aussi la réaction de certains personnages secondaires qui m’ont laissée vraiment perplexe (Evan est vraiment stupide ou il en fait exprès de ne pas comprendre ce qui se passe sous ses yeux ?)….Certes, ils ont permis, grâce (ou à cause, plutôt) de leurs réflexions ou réactions débiles de créer un peu plus de drama entre Lili et Cam mais en fait, au bout d’un moment, ce genre de situations rocambolesques qui reviennent systématiquement cela me gonfle profondément ! Quand j’arrive au milieu d’un livre et que depuis le début, le couple n’arrête pas d’avoir des obstacles au moment où ils pourraient se tomber enfin dans les bras l’un de l’autre, pitié ! Et quand enfin, oui ! Ils arrivent à se rapprocher, vl’a-t-y pas que l’héroïne se met à tout remettre en doute et à chercher la petite bête pour faire capoter sa nouvelle relation avec « l’homme qu’elle aime plus que tout, parce qu’il est le plus bôôô du monde, mais que c’est sûr qu’il ne l’aime pas parce qu’elle moins belle que ses ex bouhaaaa… »….Ah non, faut pas charrier !!! Au bout d’un moment, stop, ce n’est plus possible !!!! Et le dernier twist pour nous faire patienter avant la sortie du 2ème tome, ça a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ! Trop de drama tue le drama ! C’est fort dommage car franchement, j’ai vraiment accroché à l’histoire en général mais voilà, beaucoup trop de petits détails pénibles ne m’ont pas permis d’apprécier totalement ma lecture….A la fin j’avais quand même envie de foutre des baffes à l’héroïne…..Et ce n’est vraiment pas bon quand on commence à détester le personnage principal d’un livre…..Je dirais que ce 1er tome d'Another story of bad boys pourrait convenir aux nouveaux lecteurs de ce genre, qui n’en ont pas encore lu beaucoup mais pour les vieux habitués en romance (comme moi), les vieilles ficelles utilisées dans cette histoire m’ont vraiment fait grincer des dents….Une fois ça va, trois fois, bonjour les dégâts, comme disait la pub…..Je mets néanmoins un 16/20 à ma lecture car je ne peux nier m’être attachée à toute cette bande de copains et que je suis aussi intriguée par les mystères laissés en suspense par l’auteure…..Selon moi, ce 1er tome mériterait d’être épuré d’une bonne grosse centaine de pages et aurait dû être fractionné en deux tomes pour être vraiment parfait car pour le moment, 600 pages de « fuis-moi, je te suis et suis-moi, je te fuis », pfff, c’est vraiment trop…..Et c’est dommage car je le répète, l’histoire a un sacré bon potentiel ! Je reste attentive à la sortie du 2ème tome et je verrai bien si à ce moment-là, j’aurai envie de le lire pour enfin connaître le fin mot de l’histoire….

Ma note : 16/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :


  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire