dimanche 30 juillet 2017

MACKENZIE FAMILY - Tome 1 : La montagne des Mackenzie

Linda Howard
Les Editions Duo Harmonie (1989)
Sortie originale 1989
375 pages

Synopsis :
Pourquoi Joe Mackenzie, élève surdoué, a-t-il abandonné ses études ? C’est pour répondre à cette question que Mary Potter, la nouvelle institutrice de la petite ville d’Eden, se rend au ranch de Wolf Mackenzie. Hélas, le père de Joe, loin d’apprécier sa sollicitude, la somme de les laisser tranquilles. Pire, il lui laisse entendre qu’une terrible accusation pèse sur lui, et qu’en les fréquentant, son fils et lui, c’est sa propre réputation qu’elle met en jeu. Une menace que Mary choisit d’ignorer... Sans bien mesurer les conséquences de son obstination.

Tout d'abord, je tiens à préciser que si j'ai mis la couverture de l'édition américaine la plus récente c'est parce que ce livre est sorti depuis un long moment en France, et sa couverture n'est franchement pas terrible ! En même temps, vu que je l'ai lu avec ma liseuse Kindle, je m'en fiche un peu, cela ne va pas faire un livre "à la couverture pourrie" dans ma bibliothèque. Voilà pour le détail esthétique...


La couverture du livre en VF....Sans commentaire...

Alors comme le dirait le vieil adage : "Ne pas juger un livre par sa couverture" et du coup, là, je suis totalement d'accord car comme à chaque fois avec l'auteure américaine Linda Howard, j'ai encore une fois un très bon moment de lecture ! (mais il faudrait vraiment que les maisons d'Edition réactualisent les couvertures de ses bouquins !!!! Parfois, il ne suffit de pas grand chose pour qu'un livre soit "mis au placard".....Et franchement, pour les amateurs de romance contemporaine avec du suspens, Linda Howard est in-con-tour-nable !).



La montagne des Mackenzie m'a transportée dans l'Amérique profonde des cow-boys - ou plus exactement ici, des indiens, puisque Wolf Mackenzie, notre héros, est à moitié comanche, par sa mère et à moitié écossais par son père...Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il n'a pas eu une enfance facile et une fois adulte, il a été victime de discriminations à cause de ses origines indiennes....Il a même été injustement accusé de viol, a fait de la prison, avant d'être innocenté et ensuite, il est parti à la guerre (du Vietnam) où il est devenu un soldat hors pair.....A 35 ans, il est veuf et vit maintenant dans son ranch éloigné avec Joe, son fils de 16 ans (oui, il l'a eu alors qu'il n'avait que 19 ans, avec une fille métisse comme lui). Wolf sait qu'il est mal considéré par les habitants de la petite ville d'Eden, mais il s'en fiche tant qu'il peut travailler avec ses chevaux au ranch et que son fils n'ait pas non plus de problèmes.

"Dans les veines de Wolf coulait le sang des deux peuples les plus belliqueux de l’histoire de l’humanité : Les Comanches et les Celtes. C’était un vrai guerrier, ce que l’armée avait vite compris lorsqu’il s’était engagé".

"Le pâle clair de lune soulignait les angles de son visage ciselé, qui témoignait de son héritage. Plus encore que sa chevelure épaisse et noire qui lui tombait jusqu’aux épaules ou que ses yeux de jais aux lourdes paupières, c’étaient ses pommettes hautes, son large front, sa bouche mince et son nez aquilin qui révélaient ses origines indiennes. De façon moins évidente, mais tout aussi féroce, Wolf portait l’héritage celtique de son père, un Écossais arrivé de ses Highlands natales une génération plus tôt. Ces gènes avaient atténué les caractéristiques indiennes héritées de sa mère dans un visage aussi découpé qu’une lame, aussi sévère et aussi fort".

Un jour, il va voir débarquer dans sa vie la nouvelle prof du lycée, Mary Potter (et pas Harry Potter, ha ha haaaaa !), qui arrive de sa Géorgie natale, a un look de vieille fille mal fagotée et qui lui demande de remettre son fils, Joe, au lycée car celui-ci a abandonné les cours.....Une certaine tension (sexuelle) va s'installer entre Mary et Wolf, même si la jeune femme ne fait pourtant rien pour attirer l'attention du séduisant rancher mais comme notre héroïne a décidé de reprendre l'éducation de Joe en main - car il est le meilleur élève de sa classe - malgré le peu d'enthousiasme des deux autres profs à lui faire cours (oui, il n'y a que 3 profs au lycée, c'est une toute petite ville au fin fond du Wisconsin et les gens là-bas ont l'esprit étriqué et voient d'un mauvais oeil le fils d'un "indien violeur" côtoyer leurs enfants au lycée, surtout les filles, surtout que Joe est un très beau jeune homme, aussi beau que son père Wolf)....

Si Wolf vivait tranquillement depuis quelques années, sans faire de vagues auprès des habitants d'Eden, cela va changer, car à partir du moment où Mary va entrer dans sa vie, cela va créer des commérages et des réactions de rejet de la part de certains habitants et surtout, des agressions sur des femmes ou des jeunes filles vont commencer à se produire dans la petite ville, et comme par hasard, selon certains témoins, l'agresseur a les cheveux longs et noirs.....Il n'en faut pas plus pour l'adjoint du Shérif pour accuser Wolf.....Heureusement, il peut compter sur Mary pour le défendre bec et ongle car la jeune femme sait qu'il est un homme honnête, loyal et.....Diablement sexy et viril....Pour une jeune femme de 29 ans, qui est toujours vierge, à cause d'une éducation stricte qui ne lui a pas permis de mettre ses atouts féminins en avant, au contact de Wolf, Mary va bientôt pouvoir libérer son côté "sauvage"....Ouh la la !



"C’était aussi un homme sensuel. Il connaissait sa nature, et la plupart du temps, s’en accommodait. Mais parfois, cette nuit en particulier, il avait envie d’une femme. En général, dans ces cas-là, il rendait visite à Julie Oakes, une divorcée plus âgée que lui de quelques années. Elle vivait dans une petite ville, à environ 80 km. Et ça faisait cinq ans qu’il la voyait régulièrement. Ni l’un ni l’autre ne songeait à un engagement sérieux, mais ils s’appréciaient, et passaient du bon temps ensemble. Wolf évitait de la voir trop souvent et prenait grand soin de ne pas être vu entrant chez elle. Dans ces contrées, il était inconcevable et même malvenu qu’une Blanche ait des relations avec un Indien. Wolf acceptait cette réalité sans état d’âme. Il savait que les voisins de Julie seraient horrifiés qu’elle couche avec lui. Il n’était pas n’importe quel Indien : une accusation de viol pesait lourd sur la vie d’un homme".

Ce que j'ai aimé dans ce livre :
1#-Wolf, le héros chaud chaud chaud ! Il est l'archétype des personnages masculins de l'auteure américaine Linda Howard : Viril, indomptable, un caractère bien trempé et surtout, super sexy....Wolf cultive son héritage comanche et ne fait pas confiance aux blancs (qui l'ont déjà accusé à tord et envoyé en taule...), du coup, quand il voit débarquer Mary dans sa vie, quand il est obligé de la secourir suite à la panne de voiture perdue au milieu des plaines enneigées (et désertes) du Wisconsin, Wolf, qui n'a pas eu de relations avec une femme depuis un moment, se met à éprouver une très forte attirance pour la jeune femme (certains diront que c'est le manque sexuel, d'autre que c'est l'amûûûr....Pour ma part, je pense que Wolf est isolé depuis bien trop longtemps dans ses montagnes...), malgré le fait qu'elle soit blanche et d'apparence prude (il ne veut pas avoir d'ennuis et être ensuite accusé de viol)....malgré tout, les circonstances font faire que Mary et Wolf vont régulièrement se côtoyer (puisque Mary va donner des cours de rattrapage à Joe, le fils de Wolf, pour qu'il ait ses diplômes de fin d'année afin d'aller ensuite faire des études pour être pilote de l'armée de l'air....) et ensuite, l'amûûûr - et les culbutages dans la grange - vont faire le reste....

"— Venez avec moi.   
— Où ?   
— Dans la chambre.   En voyant Mary s’arrêter et esquisser un mouvement de recul, un rictus amer déforma les traits de Wolf.   
— Ne vous inquiétez pas, aboya-t-il. Je saurai dominer mes ardeurs sauvages, et quand vous serez habillée, vous pourrez ficher le camp de ma montagne. 
Mary se redressa de toute sa taille et jeta à Wolf un regard hautain.   
— Il n’est pas nécessaire de vous moquer de moi, Mr Mackenzie, dit-elle d’une voix calme, mais ferme.   Elle était consciente d’avoir reçu du ciel à la naissance peu d’atouts féminins, mais elle n’avait pas besoin qu’on le lui rappelle de façon sarcastique. Elle s’était habituée à la banalité de son physique, avait admis le fait qu’elle ne pouvait rien y changer. Après tout, c’était un fait acquis, tout comme le lever du soleil à l’est. Étrangement, Mr Mackenzie la rendait vulnérable, et elle souffrait qu’il ait ainsi souligné son manque de charme.   Les épais sourcils noirs de Wolf se froncèrent au-dessus de son nez aquilin.   
— Je ne me moquais pas de vous, aboya-t-il. Je suis parfaitement sérieux. Je tiens vraiment à ce que vous quittiez cette montagne.   
— Et bien, je partirai, bien sûr, répliqua-t-elle. Il était inutile de vous moquer de moi.   Il mit les deux mains sur ses hanches.   
— Que voulez-vous dire au juste ?   Sa peau délicieuse s’empourpra de gêne, mais ses yeux gris-bleu gardèrent leur expression déterminée.   
— Je sais que je ne suis pas séduisante. Que je ne suis pas du genre à éveiller les ardeurs... euh… sauvages d’un homme.   Elle était sérieuse. Dix minutes plus tôt, Wolf aurait admis qu’elle était quelconque. Bien sûr, elle n’avait toujours rien d’une Vénus à la beauté ravageuse, mais il était sidéré que ne comprenne pas la situation. D’abord, il était Indien. Ensuite, était-elle assez naïve pour ne pas avoir saisi ses sous-entendus ? N’avait-elle pas compris à quel point sa proximité l’avait excité. Son désir était toujours aussi douloureux, et son corps exigeait plus de sensations. Il eut un rire rauque, sans la moindre trace d’amusement. Après tout, pourquoi ne pas continuer cette petite scène excitante ? Une fois qu’elle saurait la vérité, elle s’enfuirait sans doute le plus vite possible.   Il plongea son regard noir et brillant dans celui de Mary.   
— Je ne plaisantais pas. Le fait de vous toucher, être aussi près de vous, ça m’a fait bander.   Elle le regarda en écarquillant les yeux.   
— Fait bander ? Répéta-t-elle d’une voix blanche.   
— Ouais. (Et comme elle continuait à le regarder comme s’il parlait une langue étrangère, il ajouta d’une voix impatiente :) Vous m’avez excité, si vous voulez un terme plus précis.   Elle repoussa derrière son oreille une mèche soyeuse qui s’était échappée des épingles de son chignon.   
— Vous continuez à vous moquer de moi, dit-elle d’une voix accusatrice.   Jamais de toute sa vie, Mary avait… excité un homme. C’était impossible.   Wolf était à la fois énervé et tendu de désir. Il avait appris à refouler ses pulsions face aux Blanches, mais cette petite bonne femme, avec son allure désuète et son air innocent, lui faisait perdre tout contrôle. Il était tellement frustré qu’il avait peur d’exploser. Soudain, dans un mouvement irrépressible, il la prit par la taille et l’attira contre lui.  
— Vous avez peut-être besoin d’une démonstration, dit-il d’une voix rauque, avant de poser sa bouche sur la sienne".



2#-L'enquête policière : En parallèle de l'histoire d'amour "interdite" qui est en train de se créer entre Wolf et Mary (car en tant que prof dans le petit village, certains habitants racistes et méfiants ne voient pas d'un bon oeil qu'elle fréquente les Mackenzie), il y a aussi cette histoire de violeur qui commence à sévir dans les rues d'Eden.....Tout accuse Wolf - même s'il a des arguments imparables pour se défendre - mais voilà, certains habitants préfèrent croire que c'est lui qui agresse leurs femmes ou leurs filles plutôt que d'imaginer que cela puisse être l'un des leurs, un "honnête" citoyen blanc de la petite communauté.....Durant tout le livre, nous sommes tenus au suspense, même si j'avais finalement deviné assez rapidement qui était le coupable, par certaines évidences, mais bon, après, quand Mary découvre enfin qui est le violeur, il faut ensuite l'empêcher de nuire, et ça, c'est une autre paire de manche ! 

3#-Le message de tolérance : J'ai lu un certain nombre de romans de l'auteure américaine Linda Howard et c'est le premier où le héros est à moitié indien. Le récit se passe à la fin des années 80 et donc, nous pouvons voir comment étaient considérés les indiens à cette époque par les habitants des petites bourgades en majorité blancs......Je pense que l'auteure a mis le doigt sur un sujet qui fait mal et d'ailleurs, plus de 30 ans après avoir été écrite, cette histoire est toujours d'actualité car nous savons bien que les indiens sont les grands perdants de l'Amérique, malheureusement pour eux.....C'est bien que l'auteure ait choisie de mettre en vedette Mary, une héroïne qui a grandit dans un état du Sud, la Géorgie, où la ségrégation contre les noirs est plus importante et que malgré (ou grâce à) l'endroit où elle a grandit , elle est beaucoup plus tolérante que les autres.....(et le fait qu'elle soit professeur également.....Plus les gens sont instruits, en général, moins ils sont obtus et fixés sur leurs idées préconçues héritées de génération et génération....).

Ce que je n'ai pas aimé dans ce livre :
Un mode de vie "vintage" : Bah ce n'est pas non plus un gros défaut et pour ma part, cela ne m'a pas trop dérangée mais il faut quand même savoir que ce livre a été écrit en 1989 alors évidemment, pas d'internet ou de téléphones portables ! D'ailleurs, le fait qu'il n'y ait pas de téléphone portable va jouer un rôle important dans le moment de suspense avec le violeur.....Grosse angoisse pour Mary, moi, je vous l'dis !

Pour conclure, Linda Howard est l'une de mes auteures préférées et je dévore ses livres avec toujours autant de plaisir, quels que soient ses styles (remarquez, c'est souvent une romance contemporaine et une touche de suspense ou de thriller....) et du coup, pour ce 1er tome de la saga des Mackenzie, j'ai vraiment été ravie de retrouver sa plume addictive et la manière qu'elle a de nous inventer des héros masculins toujours sexy et sauvages qui ne peuvent que faire craquer les héroïnes qui, elles aussi, ont toujours leur petit caractère et ne s'en laissent pas compter. Le couple formé par l'indomptable Wolf Mackenzie, rancher à moitié indien, de 35 ans habitant dans le Wyoming, avec Mary Potter, professeur de 29 ans débarquant de Géorgie au look et à l'éducation stricte qui en ont fait une vieille fille avant l'heure, va vous faire passer un très bon moment de lecture, tant au niveau de scènes romantiques que sensuelles, sans parler des frissons d'angoisse qui vont se déverser peu à peu dans le récit lorsqu'un violeur de femmes semble s'être déclaré à Eden et pousse les habitants à faire croire que c'est notre sexy et fougueux Wolf le coupable.....Je vous recommande bien évidemment totalement cette lecture ! Il va sans dire que je lirai la suite de cette saga, le prochain tome étant consacré à Joe, le fils de Wolf qui a 16 ans dans ce 1er tome mais que nous retrouverons adulte dans celui qui lui sera consacré.....Mme Linda Howard, si vous passez sur ma chronique, sachez que j'adore vos livres !!!



Ma note : 17,50/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi : 


    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire