samedi 3 février 2018

BILAN JANVIER 2018





17,5/20 - Ce deuxième tome de Cœur itinérant a été pour moi une lecture très addictive. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Aimee et Kes pour suivre leurs aventures tumultueuses et leur histoire d’amour qui se déroule hors des sentiers battus. Le tome précédent se terminait d’une manière dramatique où nos deux amants maudits avaient été obligés de se séparer à cause d’un problème de communication et d’une manière de voir la vie différemment l’un de l’autre. L’auteure Jane Harvey-Berrick reprend donc son récit quelque temps après leur rupture auprès d’Aimee qui a recommencé sa petite vie tranquille d’institutrice dans une école primaire dans le Massachusetts….Mais c’est sans oublier la ténacité de Kes qui est bien déterminé à la reconquérir, quitte à essayer de vivre comme les « sédentaires » et de laisser la vie foraine derrière lui….Nous voyons notre héroïne se poser énormément de questions à propos de sa relation avec Kes qui semble souvent vouée à un échec si aucun des deux n’arrive à y mettre du sien. Il faut préciser que Kes est un homme libre qui a dû mal à rester en place (au sens propre comme au sens figuré). Ce livre est une vraie montagne russe au niveau des émotions car nous voyons bien que ce couple est fait l’un pour l’autre mais malgré tout beaucoup d’obstacles et d’épreuves difficiles vont encore s’interposer entre eux….Personnellement, j’ai moins apprécié ce tome au précédent et je dois dire que Kes m’a souvent exaspérée avec son attitude de « chaud lapin » et son côté « trompe la mort ». Je tire mon chapeau à la douce et gentille Aimee qui va devoir supporter des choses vraiment difficiles, en tout premier lieu, de voir l’homme qu’elle aime risquer sa vie dans des cascades à moto ultra dangereuses….L’univers des forains décrit dans ce livre, cette grande famille de « nomades » solidaires les uns des autres, était fascinant à lire même si, personnellement, cela ne me donne pas du tout envie de vivre la même chose ! Je vous recommande totalement la lecture de ce 2ème tome de « Cœurs itinérants » car c’est dans l’ensemble une très belle histoire, faite de rires, de larmes, de moments très intenses, autant au niveau des bonheurs que des malheurs….Je peux vous dire que je me rappellerai longtemps du couple formé par Aimee et Kes, ça c’est sûr ! Et du coup, j'attends avec impatience la traduction des 3ème et 4ème tomes de la saga qui seront consacrés respectivement à Tucker à et Zef, les deux potes de Kes...Vivement la suite !


17,5/20 - Ce premier tome de Sinners of saint est un véritable page-turner ! Si Vicous, le personnage principal, n’avait pas été aussi vulgaire et tordu, cette lecture aurait pu être un coup de cœur. Néanmoins, il faut bien admettre que l’auteure LJ Shen possède un talent indéniable pour faire « monter la sauce » et surtout elle a la capacité de nous faire apprécier, à nous lecteurs, la personnalité du héros même si, au début, c’était vraiment mal parti vu son comportement abjecte et tout ce qu’il fait subir sans remords à Millie, notre jolie et courageuse héroïne. Si vous aimez les romances avec des différences de classe social entre les deux protagonistes et que l’un des deux semble nourrir une haine incompréhensible pour l’autre mais que finalement, l’amour triomphe à la fin (avec une bonne dose de capacité de pardon de la part de l’héroïne) alors ce livre est fait pour vous ! Ne vous fiez pas aux apparences, ce livre est plus profond qu’il n’y parait puisque l’auteure évoque tout de même la maltraitance infantile et aussi le problème du harcèlement moral que subit Millie durant son année passée au lycée à Todos Santos en Californie. Le prochain tome sera consacré à Dean, l’ex-petit copain de Millie, (quand elle était au lycée - et accessoirement - l’un des meilleurs potes de Vicious…) et à Rosie la petite sœur de Millie, atteinte de la Mucoviscidose. Tout un programme ! J’ai vraiment hâte de voir comme l’auteure va arriver à créer une histoire d’amour entre ces deux-là…Parce que vu la pathologie dont souffre Rosie, c’est plutôt mal barré !...Wait and see !


17,5/20 - C’est mon premier livre de l’auteure française Battista Tarantini et je dois dire que j’ai été particulièrement séduite par sa plume. Les aventures de Grace, une jeune anglaise aux boucles rousses, qui part en Australie pour réapprendre à vivre après être passée tout près de la mort m’a vraiment énormément plu, j’ai été happée dans le récit, même si, je l’avoue, j’ai préféré les passages du point de vue de Grace que celui de Z, surtout quand il s’agissait des flash-backs des jeunes années de casse-cou de notre héros….La manière dont l’auteure décrit le désert australien est vraiment grandiose, on s’y croirait presque, notamment avec cette impression de chaleur accablante et ces paysages rouges et secs qui arrivaient à me dessécher la gorge rien qu’à leur description ! La romance entre Grace et Z est très belle même si notre héroïne va devoir s’accrocher pour comprendre le cœur de l’homme qu’elle aime et va connaître certains moments dramatiques et ultra stressants. Je vous recommande totalement ce livre si vous aimez les personnages masculins taciturnes (mais plein de sex-appeal) et les héroïnes lumineuses et courageuses qui affrontent l’adversité et les épreuves sans baisser les bras, comme une super-héroïne de comics américain (ceux qui auront lu le livre comprendront ma référence...).


18,5/20 - La saga d’urban fantasy Charley Davidson est une valeur sûre si vous souhaitez passer un bon moment de lecture en compagnie d’une héroïne déjantée qui arrive toujours à se dépêtrer des situations les plus périlleuses avec toujours un brin d’humour et de réparties qui claquent bien ! Son entourage familial et amical est toujours aussi au top, je pense notamment en premier lieu à son mari, le très très trèèèèès chaud Reyes Farrow dont le charme et le sex-appeal ne peut que vous faire fondre ! Même si Charley et lui sont mariés et parents d’une petite fille, on a toujours l’impression de lire les relations d’un jeune couple qui vient à peine de se découvrir et la passion est toujours aussi présente entre ces deux-là ! Ce 11ème tome nous en révèle un peu plus sur le couple qui avait kidnappé Reyes quand il était bébé. Au niveau des enquêtes terrestres menées par notre jolie Charley, nous allons avoir droit à des affaires d’enlèvements et même de meurtres d’enfants ainsi qu’au harcèlement d’un pervers qui en a après Amber, la fille de Cookie. En ce qui concerne l’évolution surnaturelle de Charley, celle-ci va devoir se confronter à la cruauté de certains dieux venus d’une autre dimension et à la passivité des anges qui observent mais n’interviennent pas dans les affaires des humains même si cela implique la mort d’innocents…Charley va beaucoup évoluer dans ce tome, aidée par Reyes qui lui apprend quelques trucs comme la téléportation. Alors certes, il y a quelques incohérences et des actions de la part de certains personnages qui m’ont laissée perplexe dans ce tome (notamment l’Oncle Bob) mais il faut bien reconnaître que Onze tombes au clair de lune se termine d’une manière on ne peut plus intense avec un « nouveau » Reyes qui va sans doute donner du fil à retordre à notre faucheuse et qui augure un 12ème tome d’enfer ! (au sens propre comme au sens figuré !)….Vivement la suite ! Si Charley est accro au café, moi, je suis accroc à ses aventures !!!!


Lecture pas appréciée - J’attendais la sortie de cette suite des aventures de Louis et d’Emma avec impatience puisque j’avais plutôt bien apprécié le 1er tome grâce à la personnalité très complexe de notre héros qui trouve un malin plaisir à traiter les femmes comme de la merde et qui va finalement tomber amoureux de l’une de ses « victimes ». Quand un « prince déchu » réalise qu’il ne vivait que dans l’illusion et que les gens autour de lui n’étaient que des hypocrites qui ne le côtoyaient que par intérêt, et qu’il ne trouve de la sincérité qu’auprès d’une pauvre gentille fille bien mignonnette qui cache elle aussi des failles, c’est toujours un sujet que j’ai plaisir à retrouver dans les romances, c’est vrai, je l’admets, et je ne critique pas le thème principale de cette histoire ! Je savais que ce 2ème tome nous apporterait enfin des réponses sur certains éléments comme le passé très compliqué de Louis. Et puis vu la manière dont se terminait le 1er tome, l’auteure française Georgia Caldera m’avait mis l’eau à la bouche et j’avais vraiment hâte de voir comment allait évoluer la relation tumultueuse entre nos deux héros….Mais voilà, malheureusement je suis tombée de haut, de très haut en lisant Nos vagues à l’âme. Je n’ai pas du tout apprécié ma lecture, notamment le premier quart du livre qui a été un véritable supplice pour moi quand nous suivions Emma et son délire de gamine vengeresse et totalement immature. Cette fille aime se faire souffrir et s’apitoyer sur son sort, c’est insupportable ! Par moment, je n’avais qu’une envie, c’est de lui mettre un bon coup de pied au cul pour la faire réagir ! Très franchement, j’ai hésité à abandonner ma lecture à maintes reprises mais il y a un élément dont je voulais connaître le dénouement donc, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis accrochée….Bon, concernant le point positif de ma lecture, je dois vous dire que j’ai eu plaisir à retrouver Louis, j’ai aimé sa persévérance et sa combativité….Mais pour le reste, aie aie aie. Je n’ai pas aimé Emma, que j’aurai baffée des centaines de fois. Je n’ai pas aimé Gloria, ou plus précisément, la manière dont l’auteure a amené ses manigances et ses coups tordus, qui, à mes yeux, sont incohérents (ils sont expliqués en détail dans ma chronique). Je n’ai pas aimé les autres personnages secondaires, non plus, notamment Anne, la meilleure amie d’Emma et la psy de Louis qui semblent toutes les deux à des années lumières de la souffrance de ceux dont ils sont censés être à l’écoute, à savoir Louis et Emma….Et pour clôturer ma lecture, histoire de bien me mettre les nerfs, il y a ce prologue, ou plus précisément un détail particulier concernant la date du prologue qui a fini de m’achever. C’est rare que j’écrive des chroniques négatives de mes lectures mais dans la mesure où Georgia Caldera est une auteure populaire publiée par une maison d’Edition prestigieuse, j’en attendais beaucoup plus au niveau de la qualité. Je pense que la pilule serait mieux passée si son histoire avait été publiée en un seul et unique tome, avec des passages supprimés car sans intérêt ou alors trop grotesques à mes yeux. Finalement, en arrivant à la fin de ma lecture, je reste avec beaucoup de questions en suspens. C’est fort regrettable. Je ne mets pas de note à ma lecture pour ne pas enfoncer le clou, mais j’avoue, quand je lis certains avis dithyrambiques à propos de ce 2ème tome, je me demande si j’ai lu le même livre que les autres…Bon après tout, tous les goûts sont dans la nature mais personnellement, ce livre comporte trop de failles et d’incohérences, sans parler des clichés sur le « fuis-moi, je te suis » qui ont été poussés à leur paroxysme, jusqu’à l’écoeurement et la caricature.


17,5/20 - La saga Demonica est définitivement une valeur sûre à mes yeux quand je veux passer un bon moment de lecture. C’est toujours un plaisir de retrouver l’univers fantastique créé par l’auteure américaine Larissa Ione qui joue sur tous les codes et n’hésite pas à aller à l’encontre les idées reçues et à faire passer des démons pour des mecs biens, et à contrario, certains anges pour de belles enflures. Ce livre est composé de trois parties distinctes. La première est très courte et revient sur le moment où Lilith a jadis séduit Reaver pour tomber enceinte de lui. C’est assez court et écrit du point de vue de la cruelle succube et donc, pour ma part, c’est une partie du livre que j’ai trouvée peu intéressante car à part nous décrire de manière plus crue et en détail comment elle a réussi à tomber enceinte, nous connaissions déjà les grandes lignes de cette histoire grâce au tome consacré à Reaver et Harvester….Pour ce qui est de la 2ème partie du livre, alors là, c’est beaucoup plus intéressant et c’est même pour cette histoire que j’ai décidé de lire ce livre ! En effet, nous nous retrouvons à Shéoul-gra, avec Hadès et Cat qui nous avaient déjà été présentés dans le précédent tome, consacré à Azagoth et Lilliana. Cat n’avait pas caché son intérêt pour le séduisant et létal bras droit d’Azagoth même si celui-ci semblait ne pas l’avoir remarquée….J’avais donc vraiment hâte de voir comme l’auteure allait rapprocher ces deux êtres qui n’ont, à priori, pas le droit de s’aimer….Et enfin, pour la 3ème partie, nous avons encore une fois une histoire interdite. Nous repartons sur Terre, au Soif, le bar tenu par Nathan, le vampire héros du précédent HS. Raze travaille là-bas à mi-temps, quand il n’est pas à l’hôpital Underworld General. C’est un démon séminus, comme Eidolon et ses frères. Il a besoin de rapports sexuels constants avec des femelles pour survivre et malheureusement pour lui, il s’avère qu’il est homosexuel….C’est pas de bol ! Surtout que justement, un soir, se présente un très séduisant mâle, un démon d’une race indéterminée, et l’attirance entre ces deux-là devient irrésistible….J’ai adoré ces deux romances, toutes les deux bien différentes dans leur genre. Si celle entre Hadès et Cat semble plutôt classique, dans la même veine que les autres tomes de Demonica, pour ce qui est de la romance entre Raze et Slake, nous assistons ici à la première romance MxM de la saga et pour une première, elle est vraiment très réussie ! J’ai a-do-ré ! Bref, je ne peux que vous conseiller la lecture de Nuits infernales et pour ma part, j’enchaine avec le tome suivant, Nuits ténébreuses, parce que Demonica, c’est vraiment une très bonne saga d’urban fantasy, moi, je vous le dis !


    


California Dreamin' - 18/20 - Avec un titre pareil, évidemment, il est impossible de ne pas penser à la chanson culte du groupe « The mamas and the papas », ce que je ne savais pas, en prenant ce livre à ma bibliothèque municipale c’est que c’était une biographie de l’une des chansons du groupe, celle qui avait la merveilleuse voix : Mama Cass. L’auteure Pénélope Bagieu nous a maintenant habituée à retranscrire les destins de femmes célèbres (grâce à ses deux tomes de « Culotées » qui sont une pure merveille et que je conseille à tous !) et du coup, évidemment, encore une fois, je suis tombée sous le charme de cette histoire. D’abord parce que cela parle de musique, à une époque qui fait rêver (les années 60) et aussi parce que cela met en lumière le talent et la personnalité d’une femme hors-norme dans tous les sens du terme. Mama Cass est décédée en 1974 mais Pénélope a choisi de ne pas aller jusqu’à son décès dans cette histoire, c’est plutôt ses années de galère, de découvertes musicales (le Folk puis le Rock). Il y a un passage qui m’a particulièrement émue c’est le moment de l’assassinat de JF Kennedy. Voir Ellen/Cass s’effondrer en pleurs, avec au-dessus d’elle l’esprit de Kennedy et de son père (décédé lui aussi) qui essayent de la consoler. Pénélope Bagieu ne nous cache rien des travers de l’univers des groupes musicaux de l’époque avec, notamment, la drogue à gogo…..L’auteure a choisi d’illustrer son histoire avec un style épuré en noir et blanc, au crayon à papier. Personnellement, j’aurai préféré de la couleur et des contours plus nets « à l’encre » mais bon, cela n’enlève rien à la qualité du récit, c’est juste une histoire de goût personnels. Je vous recommande évidemment totalement cette BD et pour ma part, cela m’a donné envie de me replonger dans la discographie de ce groupe qui nous a quand pondu de sacrées chansons cultes que tout le monde connaît encore maintenant, plus de quarante ans après la disparition de Mama Cass !

GTO Paradise lost - Tome 8 - 17/20 - J’ai beaucoup aimé ce nouveau tome qui nous montre quelques flashbacks d’Onizuka quand il était lycéen. Ca fait toujours plaisir ! Pour ce qui est de son « adversaire », il s’agit ici d’un ancien camarade de notre héros qui a toujours voulu le surpasser, sans succès (et d’ailleurs, Onizuka ne l’a jamais vraiment remarqué à l’époque…ça craint pour l’ego de l’autre…). Kagetora Tendô veut donc sa revanche et se fait embaucher comme prof de math au bahut où travaille Onizuka….Son passé de « voyou looser » ne va pas passer inaperçu auprès des élèves et des autres profs (avec le tatouage dans le dos) et du coup, j’ai vraiment hâte de lire la suite dans le prochain tome ! Vivement la suite !

Un petit bout d'elles - 18,5/20 - Cette histoire met en lumière le sort des fillettes victimes de l’excision au nom d’une tradition abjecte et cruelle qui permet de soumettre les femmes en leur retirant, au mieux, le clitoris (à vif, avec une lame de rasoir…), et au pire, la totale, avec les petites lèvres retirées et ensuite, tout est recousu, toujours sans anesthésie, bien évidemment… (un schéma explicatif est dessiné à la fin de la BD). J’ai été bouleversée par ma lecture, surtout à un moment précis avec une illustration qui m’a prise aux tripes (les deux petites filles dans les bras l’une de l’autre …)….J’ai relu deux fois cette BD et à chaque fois, ce passage, ce dessin, en particulier, m’a arraché des larmes….Pour ce qui est de l’histoire en elle-même, nous suivons Yue, un chinois qui travaille au Congo comme beaucoup de ses paires et va rencontrer une fille du coin et être ainsi confronté à la tradition de l’excision. J’ai trouvé intéressant cette idée de romance entre un chinois et une congolaise. Déjà, parce que cela met en lumière qu’être raciste n’est pas réservé uniquement aux blancs quoi qu’en disent certains (il faut voir comment le chef chinois de Yue traite les employés congolais…aie aie aie…), et puis, en matière de mutilations sur les femmes, la Chine a aussi eu son lot avec l’ancienne tradition des « pieds bandés » (évoqué à juste titre à un moment dans le récit), bref, dans cette histoire, (et dans le monde en général), les hommes laissent faire (car ça les arrange, finalement) et ce sont les femmes, les aînées, qui sont chargées d’exciser les petites filles (comme le dit un gars du coin à Yue : c’est une affaire de femmes…). Seulement voilà, Yue est tombé amoureux d’Antoinette, la belle congolaise, et il s’est pris d’affection pour Marie-Léontine, la petite fille d’Antoinette…..La jeune femme va se confier à Yue, via notamment les dessins qu’elles a faits, illustrant le souvenir de son enfance lors de ce jour où elle a été excisée, car Antoinette est douée pour le dessin et elle est passionnée par l’art et la peinture. Antoinette ne veut pas que sa petite fille subisse le même sort qu’elle, mais voilà, un jour, l’une des grands-mères du village va venir chercher Marie-Léontine pendant l’absence d’Antoinette…..Il faut savoir que ce livre apporte des explications et des statistiques sur le nombre de femmes et de filles excisées dans le monde, ainsi que des témoignages de femmes qui ont subi cette acte barbare durant leur enfance…. Il faut savoir que c’est puni par la loi en France mais la tradition perdure tout de même, et finalement, on n’en entend peu parler dans les médias (les filles sont souvent excisés lors de vacances chez leur famille en Afrique, ni vu ni connu, j’t’embrouille…). Personnellement, je suis horrifiée de voir que ce sont des femmes qui font subir ce sort à leurs propres « sœurs », tout cela parce que sinon, la petite fille ne « trouvera pas de mari », si elle a encore son clitoris intact (car évidemment, avoir un clitoris, ça te rend hystérique et nymphomane, c’est bien connu…Et puis, le but d’une femme dans la vie, c’est de devenir une épouse modèle, elle ne peut pas s’accomplir par elle-même et être indépendante financièrement et professionnellement, évidemment….). Oui, oui, nous sommes en 2018, et des gens ont toujours ce mode de pensée…..Quoi qu’il en soit, moi, je pleure pour ces petites filles qui subissent actuellement l’excision….Mais malheureusement, on ne peut rien contre la bêtise humaine et contre les gens qui restent « bloqués » sur une tradition….Il me semble que la parole des anciens est hautement respectée en Afrique (continent où l’excision fait le plus de ravages) et du coup, c’est mort pour les petites filles actuelles car les grands-mères sont à fond pour l’excision…Mais j’espère juste que pour les générations à venir grâce à la nouvelle « révolte » des jeunes femmes de l’âge d’Antoinette, l’excision aura disparu, comme la tradition des « pieds bandés » en Chine qui a fini, elle, par s’éteindre au cours du XXème siècle….Il n’empêche, quand on y pense, il y a un paquet de pays où il ne fait pas bon naître fille, vous ne trouvez pas ?.....Evidemment, je vous conseille à 100% la lecture de cette BD et elle devrait même être lues dans tous les lycées et les collèges !



Justin Timberlake "Filfthy" (2018)
Rachel Platten "Lone ranger" (2015)
Amelia Lily "Shut up (and give me whatever you get)" (2013)
Bruno Mars feat Cardi B. "Finesse" (2018)
Hailee Steinfeld "Capital letters" (2018)
Kelly Clarkson "People like us"  (2013)
Aliose "Loin (remix)" (2017)
Priscilla Betti "Tu me donnes" (2007)
Roch Voisine "Ne viens pas" (2006)
Kylie Minogue "Dancing" (2018)
Brice Conrad "Songe" (2013)
Whitney Houston "Greatest love of all" (1986)
Haddaway "What is love" (1993)



Madonna (20'48)
le mariage du prince Harry (17'18)
Les animaux fantastiques (18'18)
Anecdotes érotiques (18'27)
Le baiser (20'38)
Etienne Daho (17'43)
Le grand requin blanc (18'31)
L'histoire de Airbnb (20'19)
France Gall : les hommes de sa vie (25'14)
Les animaux associés (18'48)
Le Yéti (19'16)
Les dessous croustillants de l'histoire (19'49)
La vie secrète des chansons (21'39)




Un sourire peut-il tout changer ? (53'34)
Pourquoi les blogs sont-ils devenus incontournables ? (39'04)
Mange-t-on trop de viande ? (35'24)
Ghosting : Pourquoi certaines personnes coupent les pont sans prévenir (36'49)
Réseaux sociaux : comment réagir face aux trolls ? (36'00)
Quel sens donner aux coïncidences ? (37'51)




Younger - saison 4 - 12 épisodes - Grande nostalgique de la série « Sex & the city » avec ses histoires de Newyorkaises au top de la mode, j’y retrouve mon compte avec Younger. Certes, il y a moins de sexe mais nos héroines sont hyper branchées et comme elles travaillent dans une maison d’Edition, pour une folle de livres comme moi, évidemment, elles font le métier de rêve ! Liza a enfin révélé à Kelsey qu’elle n’a pas 28 ans mais 40 ans, après Josh, c’est à la meilleure amie de notre héroïne de digérer l’info….Voilà 12 épisodes que j’ai dévorés en 3 jours et maintenant, il va falloir attendre la sortie de la 5ème saison….Tout me plait dans cette série, je suis fan !




Des coccinelles asiatiques au terrain - 26 janvier 2018

Le Marais Vernier (27) inondé (28 janvier 2018)


Une vache les pattes dans la boue, au Marais Vernier - 28 janvier 2018

Une bouture de saule tortueux. La branche est restée dans un seau d'eau à la cave depuis début décembre 2017. Nous l'avons mis en pot, la dernière semaine de janvier, des petites racines avaient poussé sur la branche....Une fois la bouture au chaud et au soleil dans le salon, les feuilles sont apparues à une vitesse spectaculaire !....La suite de son évolution le mois prochain !

"Au bureau des objets trouvés" de Junko Shibuya - Un livre très drôle que nous avons adoré ma fille et moi.


"Le tout petit bébé de la rivière" d'Armelle Modéré - Une merveilleuse histoire, bouleversante sur les petites filles abandonnées en Inde....A lire absolument, même si vous êtes adulte ! Ce livre a gagné le jury jeunes lecteurs MS/GS de ma commune.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire