lundi 2 avril 2018

BILAN MARS 2018




15,5/20 - hum...Pour un livre qui a été autant encensé depuis sa sortie, je m'attendais à franchement mieux....Ce qui m'a gênée le plus dans cette histoire, ce sont les comportements insupportables de certains personnages (Aaargh, Nesta, je crois bien que parmi tous, tu es vraiment celle qui mérite le plus de baffes...) et puis, il y a ces choix stratégiques et politiques pris par les alliés ou les ennemis de Feyre, notre héroïne...Oh purée, qu'est-ce que c'est que ce bordel ?!!....Bon, sinon, pour ce qui est des côtés positifs (car oui, ma lecture n'a pas été un calvaire constant, fort heureusement !), je reconnais que la plume de Sarah J. Maas est addictive, qu'elle a une belle imagination et que ce 2ème tome nous retourne le cerveau dans la mesure où tout ce que nous prenions pour "acquis" dans le tome précédent est totalement bouleversé (et même inversé, n'ayons pas peur des mots...) ici dans Un palais de colère et de brume. L'introduction de nouveaux personnages a été fort plaisant, notamment ceux de la cour de la Nuit. Puisque Feyre côtoie maintenant des êtres qui ont plusieurs centaines d'années (voire plus, je pense à une demoiselle en particulier...), évidemment, cela nous permet d'en apprendre un peu plus sur le passé de ce monde et notamment sur ce qu'il a été avant les cinquante années dramatique sous le règne d'Amarantha que Feyre avait mis fin dans le tome précédent (non sans conséquences physiques et surtout psychologiques pour elle...). C'est dommage que l'auteure américaine se soit ensuite laissée allée à des clichés plus que lus et vus - même s'ils sont toujours efficaces, notamment pour un lectorat de jeunes filles rêveuses et fleurs bleues - mais c'est vrai que pour moi, personnellement, je n'ai pas trouvé le récit assez solide et "réaliste" notamment au niveau des stratégies que l'on est en droit d'attendre dans un univers où la guerre entre des peuples puissants est censée être imminente....Ah oui, et puis, j'ai trouvé Feyre parfois totalement incohérente dans son comportement, notamment vis à vis de Rhysand, elle en était presque ridicule à certains moments et très franchement, j'ai du mal avec ce genre d'héroïnes versatiles.....Alors la question maintenant est : Est-ce que je vais lire le 3ème et dernier tome de cette saga quand il sortira en France ? Très certainement, car il y a des personnages dont j'ai envie de connaitre la suite de l'évolution, notamment Lucien, Cassian et Azriel ainsi que Mor mais j'ai aussi peur d'être en décalage face aux choix de Feyre (qui m'a insupportée au fur et à mesure des pages) et en plus, je sais, en ayant vu les spoilers et les "couples à venir" dans l'histoire que je vais encore me taper la présence plus que grinçante de Nesta, la soeur aînée de Feyre – qui m’horripile depuis le premier tome), hum...bon, en tout cas, ce qui est sûr c'est que je ne vais pas me jeter sur le prochain tome dès sa sortie comme je l'ai fait pour celui-ci car ma désillusion a quand même été importante....Bref, on verra bien....


17,5/20 - C’est le 4ème livre de Patricia Darré que je lis et je dois dire que je suis toujours autant emportée dans ses récits et ses témoignages. Dans « Il y a quelqu’un dans la maison » la journaliste médium aborde le sujet des entités qui vont et viennent chez chacun d’entre nous, à notre insu pour la plupart du temps mais qui peuvent aussi causer des désagréments en terrorisant les habitants notamment les enfants qui sont généralement plus sensibles que les adultes au monde de l’invisible. Ce livre n’est pas là pour faire peur, bien au contraire, mais pour rassurer les gens qui vivraient des « choses bizarres » chez eux et comptez sur « Patricia la journaliste » pour essayer de trouver d’abord toutes les causes « rationnelles » avant de laisser agir « Patricia la médium » dans ses « investigations.  Certains témoignages m’ont fait sourire notamment le cas de cette famille où le père est un grand septique, malgré qu’il ait été lui-même témoin et même la cible d’attaques paranormales mais qui continue à nier l’évidence....J’ai par contre été très touchée par l’histoire de Joseph  de Malemont, ce beau jeune homme qui semble ignorer qu’il est mort et qui répète sans cesse les dernières heures heureuses de son existence, existence qui a pourtant pris fin au cours du XIXème siècle mais celui-ci ne semble pas plus que cela perturbé par le nombre de gens qui défilent dans sa maison (qui est maintenant devenue une maison d’hôtes) et qui pense tout simplement que ces clients du XXIème siècle sont des invités de passage de son père à qui il doit - par politesse - adresser quelques mots et qui peut même parfois aborder des sujets de discussion comme la littérature avec les plus réceptifs (et les moins effrayés)….Quoi qu’il en soit, je ressors ravie de ma lecture, et nullement effrayée (même si j’ai quand même évité de le lire le soir, avant de me coucher, faut pas déconner non plus…) et je vous conseille totalement cette lecture.  

Euh../20 - Malgré le charmant môôôsieur aux yeux de braise sur la couverture qui m'a irrésistiblement attirée vers ce livre, et bien je ressors pourtant mitigée de ma lecture de ce 2ème tome de la saga Sinners of Saint, "Devious". La faute sans doute à Rosie, l'héroïne, qui j'ai trouvée égoïste, tête à claque et même odieuse à certains moments, notamment avec ses parents. Elle ne m'avait déjà pas fait très bonne impression dans le précédent tome où elle abusait de la gentillesse de sa soeur pour s'incruster chez elle à New York et l'obliger à cumuler deux jobs pour les faire vivre toutes les deux (parce que, évidemment, Rosie étant atteinte de la Mucoviscidose, c'est un choix très judicieux de sa part de vivre à New York, une ville réputée pour son air pur et sa température douce  surtout l'hiver....Bref....) Quant à Devious, bof, je l'avais finalement plus apprécié dans le tome précédent quand il apparaissait dans les flash-backs de Millie en tant qu'ancien petit ami de celle-ci...Dans ce 2ème tome, on se rend compte finalement qu'il avait flashé dès le début sur Rosie...Quelle perte de temps...Alors, son comportement de dragueur avec toutes les filles qui défilent dans son appartement, ça m'a laissée plus que perplexe ainsi que le pseudo mystère que l'auteure a voulu faire courir sur lui, par rapport à cette femme mystérieuse qui cherchait absolument à reprendre le contact avec lui...Quant à la fin de ce livre, et bien, personnellement, je trouve que c'est un gros foutage de gueule et que ça ne colle vraiment pas à la réalité....Si je dois dire une chose positive sur ce livre, c'est le plaisir que j'ai eu de retrouver Millie et Vicious qui continuent leur petite vie de couple avec des passages intéressants les concernant. J'ai aussi apprécié le fait que l'auteure nous montre les réactions et le désarroi des parents de Rosie qui ont quand même du courage de vivre avec le fait que leur fille ait plus de risques de mourir avant eux vu sa maladie.....Bref, ce livre ne restera pas dans les annales et je suis bien contente de l'avoir terminé pour passer à autre chose. Mais des héroïnes tête à claque comme Rosie, c'est vraiment rédhibitoire pour moi et ça a la fâcheuse tendance de gâcher ma lecture...




   

 


Dragon Ball Super - Tome 1 - 18/20 : Avant que je n’aille plus loin dans mon avis, il faut quand même savoir que contrairement à la grande majorité des mangas, Dragon Ball Super - en version papier - est écrit et produit après la diffusion de l’animé qui a débuté en 2015 (au moment où j’écris, le Japon vient de diffuser l’incroyable 130ème épisode qui devrait rester dans les annales autant par son esthétisme hyper soigné que dans sa qualité scénaristique avec un rebondissement de malade à la fin…). Et auparavant étaient sortis les films respectivement en 2013 et 2015 « Dragon Ball Z: Battle of Gods »  et « Dragon Ball Z : La Résurrection de ‘F’ ». C’est très important à préciser car vous allez vite vous rendre compte, en ouvrant ce premier tome, que celui-ci expédie très rapidement certains éléments, pour ne pas dire un arc entier ( Je parle ici de l’arc Freezer qui tient sur…bah…une case….ou bien, il y a aussi le bébé de Gohan et Videl dont on apprend que la jeune femme est en début de grossesse dans les premières pages puis, on la revoit ensuite avec la petite Pan sur les genoux quelques chapitres plus tard, sans parler de la transformation de Goku en super saiyan divin qui se fait en 3 cases….bref….). Pour ceux qui ont regardé l’animé, ce premier tome « récapitule » le premier arc de l’animé (qui en compte 5) « Battle of Gods », fait une allusion au 2ème arc « La résurrection de ‘F’ » et enfin, retrace les débuts du 3ème arc « Dieu de la destruction Champa » avec l’installation du tournoi d’arts martiaux entre les différents champions des univers 6 et 7 (nos héros font partie de l’univers 7).
Alors pour moi qui suis une fan de la première heure de Dragon Ball (je suis née en 1978 alors j’étais au collège quand était diffusé chaque mercredi matin les épisodes inédits sur l’arc Namek au Club Dorothée et j’avais cours le mercredi matin….Je ne vous pas le drame quand je rentrais à la maison le midi et que le magnétoscope ne s’était pas mis en marche…), les « bouts de scénario expédiés » ne m’ont pas gênée puisque j’ai déjà vu l’animé et les deux films (car oui, c’est un peu foutage de gueule – ou pompe à fric – puisque finalement, les deux premiers arcs de l’animé Dragon ball Super reprend les deux derniers films Dragon Ball Z….Où comment étirer la licence de ce manga au maximum….Fan service ou pompe à fric ? A vous de juger....Bref, personnellement, je vous recommande plutôt de regarder les deux films et ensuite de passer directement au 3ème arc de l’animé Dragon Ball Super…) mais je ne suis pas sûre que les nouveaux lecteurs qui mettent le nez dans ce tome ne risquent pas de laisser passer certains détails scénaristiques…..
Bon, en tous cas, moi, je ne peux qu’adhérer à cette nouvelle suite et cela pour plusieurs raisons dont la première est la qualité du dessin. Car ce n’est plus Akira Toriyama qui dessine (il reste néanmoins l’auteur du scénario du manga) et c’est dorénavant Toyotaro qui a la charge de mettre nos héros en action sur les pages. Les traits sont plutôt ressemblants à ceux de Toriyama mais avec un petit quelque chose en plus qui leur donne cette fluidité et cette modernité que j’apprécie tout particulièrement ! Je trouve également que les personnages féminins ont le corps moins anguleux et musclé (notamment au niveau des cuisses) comme le faisait Toriyama, et ça, c’est un gros point positif. J’ai aussi apprécié l’humour de certaines situations ou réactions qui nous ramènent à la genèse de Dragon Ball quand Goku n’était encore qu’un petit gamin avec une queue de singe et où les gags s’enchaînaient avec des allusions parfois plus ou moins graveleuses (qui me passaient au-dessus de la tête à l’époque puisque j’avais 10 ans quand DB a été diffusé la première fois au club Do en 1988….). C’est très bien que Dragon Ball Super commence de manière légère et de toute façon, évidemment, les passages sérieux, dramatiques ou épiques viendront par la suite. Pour ce qui est de la personnalité des personnages, je pense que Toriyama est resté cohérent avec leur évolution (nous nous retrouvons en théorie quelques mois après la défaite de Majin Boo, ce qui correspond au dernier tome de DBZ qui s’est achevé il y a plus de 20 ans…), même si je déplore peut-être que Goku ait parfois un raisonnement un peu simplet et naïf par rapport aux derniers tomes de Dragon Ball Z, par exemple….En même temps, cette innocence et cette bienveillance innée lui permettent de se lier d’amitié rapidement avec les autres personnages, notamment les nouveaux qui se présentent d’abord comme des ennemis comme Beerus, le dieu de la destruction (et qui veut détruire la Terre, évidemment...). Un petit mot aussi sur Vegeta, qui est mon personnage préféré de DB. Je dois dire que j’apprécie beaucoup la manière dont Toriyama l’a fait évoluer surtout vis-à-vis de son comportement avec Bulma et Trunks. Enfin, il faut aussi savoir que Toriyama fait intervenir dans ce 1er tome un personnage de l’une de ses histoires annexes, en la personne de Jaco. Je n’ai pas encore lu le manga qui lui est consacré mais mais ça ne devrait pas tarder. Quoiqu’il en soit, je vous conseille totalement ce 1er tome de Dragon Ball Super et je vais de suite lire le 2ème tome puisque j’ai les 3 tomes qui sont actuellement sortis en France….Et pour la sortir du 4ème tome, et bien il va falloir être patient....
Mes points positifs :
1#-La qualité du dessin
2#-Un scénario très dynamique et très page-turner avec cette histoire d’univers parallèles
3#-Un retour aux fondamentaux avec les blagues et les tournois d’arts martiaux
4#-Le fait de retrouver les héros de son enfance et son adolescence et de constater qu’on a maintenant le même âge qu’eux et qu’on est aussi devenus des parents ! (je parle au nom des lecteurs de ma génération, bien entendu !)
Petite anecdote en bonus : Quand j’étais au collège et que l’arc Namek était diffusé au club Dorothée le mercredi matin, un jour, en cours de sciences naturelles, le prof avait demandé s’il existait une planète autre que la Terre où la vie pourrait exister et un garçon de ma classe avait crié « Namek » ! Nous les élèves, ça nous avait tous rigoler !...Le prof un peu moins car il ne connaissait pas Namek évidemment !

Dragon Ball Super - Tome 2 - 18,5/20 : La première partie de ce 2ème tome correspond à l’arc « Dieu de la destruction Champa » et est donc consacré au tournoi d’arts martiaux entre les champions de l’univers 6 et l’univers 7. L’équipe gagnante apportera la victoire à l’un des deux dieux frères de la destruction, Beerus, qui est maintenant « ami » avec nos héros et Champa, qui a en charge l’univers 6. Le tournoi commence par l’affrontement entre Frost le « Freezer de l’univers 6 » et Goku. Force est de constater, et bien que Frost est aussi perfide que son alter-ego de l’univers 7, Freezer….La conclusion de cet arc se termine bien, nous avons droit à des bons sentiments et un esprit plutôt fair play de la part des deux équipes. L’humour est toujours très présent, avec des scènes plus ou moins grotesques, mais c’est ça aussi qui fait le charme de DBS ! Quant à la deuxième partie, nous avons le plaisir de revoir débarquer du futur le Trunks jeune homme, qui revient une nouvelle fois demander de l’aide à ses amis et sa famille. Son nouvel adversaire est très surprenant dans son apparence. Cette deuxième partie est plus grave, plus intense, plus létal et correspond au 4ème et avant-dernier arc de l’animé qui s’intitule sans surprise « Arc Trunks du futur ». Petit bonus à la fin de ce tome, nous avons l’explication par rapport au retour de Mai, un personnage du début de Dragon Ball, qui va être rapidement liée et associée à Trunks, avec un flash-back qui nous ramène à la période DBZ avec la première apparition de Trunks (autant en tant que bébé, qu’en tant que jeune homme voyageant dans le temps).   Ah oui, au fait, pour les dieux de la destruction et leurs acolytes, leurs noms correspondent à des alcools. Beerus pour « bière », Whis pour « Whisky », Champa pour « champagne » et Vados pour « Calvados ».

Dragon Ball Super - Tome 3 - 18,5/20 : Ce 3ème tome nous embarque dans le futur que connaît et subit Trunks depuis son retour là-bas. Ici plus de cyborgs qui menacent les humains mais un être maléfique portant les traits de Goku, rien que ça ! Les raisons de l’existence de ce « black Goku » sont rapidement expliquées et ma foi, on se laisse encore une fois embarquer dans les aventures de nos héros. Après, c’est vrai qu’il faut arriver à se retrouver entre les univers parallèles et les futurs alternatifs. Au niveau du dessin, la qualité est toujours là, rien à redire là-dessus ! Ce tome comporte moins d’humour que les deux précédents même si on a quand même droit à quelques scènes absurdes et WTF ! Sur ce, je referme ce 3ème tome ravie mais aussi frustrée car il va falloir attendre plusieurs mois avant la sortie du 4ème tome….

GTO Paradise lost - Tome 9 - 17/20 : Ce qui m'a beaucoup plu dans ce tome c'est de retrouver l'atmosphère décontractée et paradisiaque de l'île d'Okinawa où notre héros va accompagner ses élèves pour un voyage scolaire, ça me rappelle ses aventures qui s'étaient déjà passées là-bas dans le manga GTO. Ici point de grottes mais plutôt des énormes cascades, endroits propices pour se débarrasser d'un corps.....Encore une fois, Onizuka arrive à aider Tendô à se sortir de la mouise dans laquelle il s'est fourré.....J'attends maintenant la suite avec impatience !




David Guetta & Sia "Flames" (2018)
Louisa feat 2 chainz "Yes" (2018)
Christina Aguilera "Telephathy" (2016)
Emeli Sandé "Hurts" (2016)
Taylor Swift "delicate" (2017-18)
Mylene Cruz & the Soul Madonnas "Toy box" (BO The Get Down) (2017)
Leona Lewis "I will be" (2007)
Girls aloud "Untouchable" (2008)
Demi Lovato "Give your heart a break" (2011)
Kylie Minogue "Aphrodite" (2010)
Glee "Valerie" (2010)
Eve Angeli "Avant de partir" (2000)
Alan Braxe & Fred Falke "Intro" (2000)
Just a man "I'm sorry" (2002)
Panic at the disco ! "Vegas night" (2013)
John Parr "Don't leave your mark on me" (1984)
Marina and the diamonds "Froot" (2014)
Gwen Stefani "Early winter" (2006)






La bouture de saule tortueux pousse toujours !

Un mois de mars sous le signe de la neige

La mare sous la glace et sous la neige. Les poissons rouges vivent au ralenti là-dessous (ils ont l'habitude, c'est leur deuxième hiver !)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire