mardi 30 janvier 2018

NOS CHEMINS DE TRAVERS - Tome 2 : Nos vagues à l'âme


Georgia Caldera
Les Editions J'ai Lu (2018)
413 pages

Synopsis :
"Cette douleur qui est la mienne, cette blessure, je la chéris. Puisque c'est tout ce qu'il me reste..." Parfois, l'amour ne suffit malheureusement pas à tout résoudre, et quand ressurgissent les démons du passé, le fragile équilibre qu'avaient réussi à trouver Louis et Emma vole alors en éclats. Si Emma est parvenue à prouver à Louis qu'il pouvait exister une fois descendu de sons piédestal, saura-t-il de son côté lui confier les clés de son plus noir secret, prouvant ainsi qu'il a fait d'elle son exception? Une traversée houleuse, entre vengeance, passion et déchirements, en quête d'un salut qui ne pourra se réaliser qu'à travers l'autre. 

Bon, autant crever l'abcès tout de suite et que ce soit clair entre nous : Je n'ai pas apprécié ce livre !

C'est vraiment dommage mais en même temps, en relisant ma chronique du tome précédent, il y avait quelques éléments qui ne m'avaient pas plu à l'époque et malheureusement, ces éléments se sont accentués dans Nos vagues à l'âme et donc au fur et à mesure de mon avancée dans le livre, je savais que ça n’allait pas se terminer positivement pour moi. 

Le premier quart du livre a été un supplice à lire, avec le comportement déplorable et puéril d'Emma, j'ai levé le ciel et soupiré d'exaspération tellement de fois que je me suis même demandée si je n'allais pas tout simplement abandonner ma lecture !

Finalement, je me suis accrochée car je voulais connaitre la fin de l'histoire, notamment à propos d’un détail bien précis....Et même sur ça, l'auteure Georgia Caldera m'a déçue car il n'y a pas eu de conclusion concrète (j'y reviendrai en détail plus bas dans ma chronique, cela concerne Gloria, la tante de Louis).

Je ne fais que très rarement des critiques négatives de livres sur mon blog, d’autant plus quand il s'agit de jeunes auteurs qui débutent mais là, vu que ce livre est plébiscité par beaucoup de lecteurs, je me dis qu'après tout, je ne vois pas pourquoi je ne ferai pas entendre ma voix, surtout que venant d'une auteure populaire comme Georgia Caldera et d'une prestigieuse maison d'Edition française, J'ai Lu, je m'attendais à beaucoup mieux au niveau de la qualité de l'histoire.

Ici les rebondissements sont clichés au possible, l'héroïne est à baffer sur toutes les pages, la méchante est caricaturale, il n'y a guère que Louis, le personnage masculin principal, qui arrive à sauver le livre du désastre, même si, lui aussi, il m'a parfois un peu déçue à certains moments avec son côté « carpette » qui n’a plus rien à voir avec le froid et arrogant Louis du 1er tome....

Ce que j'ai aimé dans ce livre :
1#-La couverture du livre : Oui, bon, il faut quand même que j'admette que la couverture est de toute beauté et vraiment très bien soignée ! Le 1er tome était dans les tons bleus mais ce 2ème tome dans les tons roses me plait encore plus ! Il accroche le regard, il est superbe (dommage que le contenu soit moins bon que le contenant....).

2#-Louis : Oui, notre héros est un mec courageux qui en a bavé depuis son enfance et cache ses blessures sous une arrogance hautaine et parfois cruelle....Ca, c'était dans le 1er tome. Depuis, il s'est rendu compte qu'il était très amoureux d'Emma et qu'elle était la seule à lui apporter du bonheur....Même si elle le fuit pour une raison qu'il ne s'explique pas après leur première nuit passée ensemble.....J'ai admiré la ténacité de notre héros, son "romantisme". Certes, parfois, il m'a aussi agacée car je me demande bien ce qu'il trouve à Emma pour s'accrocher autant à elle alors qu'elle le traite comme de la merde durant le premier quart du livre.....Très clairement, c'est Louis, avec son charme, ses révélations sur son passé, son courage et son obstination qui apporte l'élément positif à ma lecture....Bon, après j’apporte un petit bémol sur sa manière un peu trop insistante de s’accrocher à Emma alors que jusqu’à maintenant, il jetait les filles sans aucun remords…..J’ai un peu de mal à comprendre comment un mec froid et calculateur est arrivé à se transformer en « guimauve » pour une fille, surtout qu’Emma ne fait pas beaucoup d’efforts pour s’arranger physiquement et a une personnalité soumise et effacée….Quoiqu’il en soit, pour moi, Louis est l’élément positif de ce 2ème tome !

ATTENTION ! TOUTE CETTE PARTIE EN ROSE EST EN ZONE SPOILERS !

Ce que je n'ai pas aimé dans ce livre :
1#-Emma et son comportement puéril : OH MON DIEU ! Le premier quart du livre m’a vraiment énervée ! Mais qu'est-ce que c'est que ce comportement à la con !!!!! Cette fille est censée avoir 20 ans, non ? Pourquoi agit-elle comme si elle avait 12 ans ?! Au lieu de se confronter à Louis et lui demander des explications à propos du SMS écoeurant qu'elle intercepte la nuit où elle couche avec Louis (à la fin du 1er tome), elle va fuir sans explications et malgré l'insistance de Louis (comme lorsqu'il va aller jusqu'à la maison familiale d’Emma et parle derrière sa porte, sans savoir qu'elle l'entend, de l'autre côté) elle va s’obstiner dans son mutisme et sa bêtise. Ensuite, quand ils vont être obligés de se voir à la fac, elle va avoir un comportement vraiment méchant et cruel avec lui. Certes, on peut dire aussi que c'est bien fait pour lui car il n'a jamais été un saint vis à vis de toutes les filles qu'il a jetées après les avoir "consommées" mais quand même, dans la mesure où Emma est décrite comme une "gentille fille" depuis le 1er tome, la voir s'acharner ainsi sur Louis et faire toutes ces simagrées, c'est vraiment dégueulasse, surtout que ça se voit quand même qu'il est sincère dans ses sentiments ! Et le pire dans tout ça, c’est qu’à partir du moment où Louis en a marre et comme il le dit si bien lui-même, il laisse tomber, et bien c’est à ce moment-là qu’Emma réalise qu’elle y est peut-être allée un peu fort et maintenant, c’est elle qui lui va courir après jusqu’à être de nouveau à ses petits soins quand il ressort une nouvelle fois de l’hôpital…Le « fuis-moi je te suis » dans toute sa splendeur ! Alors certes, je ne suis pas contre ce concept scénaristique en matière de romances, mais ici, dans Nos vagues à l’âme, les réactions contradictoires des personnages, notamment Emma, étaient trop poussées dans les extrêmes pour être crédibles et très franchement, ça m’a laissé un petit goût amer fort désagréable que j’espère ne plus rencontrer dans mes futures lectures !

« — Je ne sais pas trop sur quel pied danser avec toi, lui reprocha Erik d’un ton néanmoins doux. Emma, tu as envie de sortir avec moi, oui ou non ? Elle envisagea un instant de tout laisser tomber. Absolument tout. De tourner les talons et de ne plus jamais revenir, ni au club hippique ni à la fac. De partir loin pour ne plus jamais avoir à recroiser Louis et toutes ces choses insupportables qu’il lui faisait ressentir. Erik se tenait devant elle, tout près, la dévisageant en attendant sa réponse, quand le bruit caractéristique des béquilles de Louis se fit entendre. Tu es plus forte que tu ne le crois, tu peux le faire ! Soudain, Emma eut l’impression de se jeter du haut d’un immeuble, prête à tout détruire, y compris elle-même, juste pour obtenir ce qu’elle désirait.
— Tu me plais, toi aussi, mentit-elle, un arrière-goût désagréable emplissant son palais. J’aimerais beaucoup sortir avec toi, Erik. Là-dessus, elle se hissa sur la pointe des pieds et déposa un petit baiser sur les lèvres fraîches et un peu sèches d’Erik. Et elle se détesta… Elle s’écarta légèrement, soulagée qu’il n’essaie pas pour autant de l’enlacer, puis se détourna pour vérifier la porte. Comme escompté, Louis se tenait dans l’encadrement. Comme escompté, il semblait choqué… Le mot était faible, en réalité. Son visage aux traits d’ange s’était décomposé et aucun son ne sortait de ses lèvres restées légèrement entrouvertes. Il battit vivement des paupières comme pour s’arracher à cette vision et baissa les yeux, un soupir douloureux lui échappant. Quand il releva la tête, les paillettes métalliques de l’amertume luisaient de nouveau au fond de ses iris, mais l’effet était différent. Ses mâchoires étaient durement contractées et des larmes embuaient ses grands yeux bleus, signe manifeste de la blessure qu’elle venait sciemment de lui infliger. Profonde. Irréparable. Cette fois, elle tenait sa vengeance. Et elle le regrettait tellement… Parce que ce n’était pas du tout ainsi que ça aurait dû se passer. Elle n’aurait pas dû éprouver cette souffrance, cet étau sur son cœur, qui menaçait de le broyer. Louis ravala péniblement sa salive puis hocha lentement la tête, comme pour saluer sa performance tout en tentant d’intégrer une nouvelle information.
— OK, Emma, tu as gagné, marmonna-t-il d’une voix affreusement éraillée. J’abandonne. Il tourna les talons sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit. De toute façon, qu’aurait-elle pu ajouter ? Elle n’avait même pas les mots pour décrire ce qu’elle ressentait. Un chaos infernal régnait en elle, le sang lui battant sourdement aux tempes.
— Louis ! s’exclama brusquement Erik, esquissant un pas vers la porte. S’il te plaît, attends !
— Toi, je t’interdis de m’adresser la parole ! assena-t-il durement sans se retourner ni ralentir l’allure. Le palefrenier hésita quelques secondes à le rattraper, mais il s’arrêta au milieu des stalles. Il pivota vers Emma, un pli d’incompréhension marquant son front.
— Qu’est-ce que ça signifie ? l’interrogea-t-il, toute trace de sympathie l’ayant subitement déserté. Pourquoi tu as fait ça ?
— Je… La gorge d’Emma se serra violemment et elle se trouva incapable de répondre, trop hagarde et mortifiée. Cette profonde douleur qui s’était peinte sur les traits de Louis, il n’avait pu la feindre. Mais ça n’avait rien de cohérent…
— Pour quelle raison nous trouver tous les deux l’a-t-il mis dans cet état ? reprit Erik. Il y a quelque chose entre vous ? Est-ce que… (Il s’arrêta pour se passer la main sur la nuque puis la toisa, l’air furieux.) J’y crois pas, tu t’es servie de moi ?! Était-elle soudain devenue un monstre, désormais aussi laide à l’intérieur qu’à l’extérieur ?
— Pardon, gémit Emma en couvrant son visage de ses paumes. Pardon… Je ne savais pas… Je… C’était stupide.
— Oui, ça, tu peux le dire, lui confirma Erik avant de lâcher : Bordel, c’était évident ! J’aurais dû le deviner, c’était toi… C’était forcément toi…
— Je te demande pardon, répéta Emma, se hâtant d’essuyer l’humidité sur ses joues. Je ne sais pas ce qui m’a pris. Vraiment, je… Erik la détailla un instant, semblant tout à coup se perdre dans ses réflexions.
— Je voulais juste qu’il… bafouilla Emma avant de s’excuser encore : Je suis tellement désolée.
— La réaction de Louis n’avait rien d’habituel, la prévint-il gravement, sa colère paraissant finalement retombée. Tu t’en rends compte, non ? Emma serra ses bras contre elle et haussa les épaules, totalement désorientée.
— Ce baiser, cette espèce de piège, je ne te reconnais pas là-dedans, continua Erik. Je ne sais pas où vous en êtes, tous les deux, mais tu n’aurais pas dû me mêler à ça. Après quoi, Erik quitta les stalles, la laissant seule avec les chevaux et ses remords ».

2#-Un problème de cohérence avec Gloria : Alors là, il y a vraiment énormément de choses qui me chagrinent avec ce personnage. Personnellement, j'ai rapidement soupçonné Gloria d'avoir été vicieuse avec Louis et ce, dès le 1er tome. C'est confirmé et écrit noir sur blanc dans Nos vagues à l'âme : Gloria a abusé de Louis quand il avait 14 ans. Elle était sa tutrice depuis la mort de ses parents. Elle n'est pas de son sang mais la femme de son oncle, mais quand même, j'appelle cela de l'inceste et de la pédophilie avec une personne majeure ayant un ascendant sur sa victime mineure. Gloria mérite d'aller en taule pour ce qu'elle a fait à Louis, même si lui, estime qu'il ne peut pas y avoir de viol si l'agresseur est une femme.....Très franchement, c'est pour pouvoir lire à la fin du livre que Gloria allait payer pour ses crimes que je me suis accrochée à ce roman et que j'ai voulu le lire jusqu'à la fin, mais même ça, l'auteure Georgia Caldera me l'a refusé en occultant totalement cet élément qui aurait pourtant donné un message fort aux victimes de ce genre de crime sexuel ! Louis n’a que 20 ans, il est assez mature pour gérer tout seul le manoir légué par ses parents mais il ne bouge pas le petit doigt pour dénoncer sa tante ? Les faits remontent à 6 ans et se sont ensuite répétés très longtemps…Il n’y a pas de problème de prescription dans ce cas-là alors pourquoi Gloria s’en tire-t-elle, finalement ? Il y a deux choses que je ne comprends pas à propos de ce personnage : Premièrement, pourquoi est-elle si méchante et perverse ? On apprend quand même qu’elle a perdu l’enfant qu’elle portait suite à son choc psychologique dû au décès soudain de son mari (qui est mort en même temps que les parents de Louis), c’est donc une femme qui a vécu deux drames immenses dans sa vie mais dans ce bouquin, l’auteure ne nous montre pas pourquoi et comment elle est devenu un monstre froid et pervers….Deuxièmement, désolée, mais je n’ai pas du tout compris le passage de la « révélation » quand Louis se dispute avec elle, lui demandant des explications etc….En résumé, Louis finit par lui dire qu’Emma est au courant de tout, qu’elle sait que lui et Gloria ont entretenu une relation incestueuse depuis qu’il a 14 ans…..Gloria semble horrifiée à cette annonce, découvrant qu’elle risque peut-être d’aller en prison si c’est ébruité (enfin, en toute logique, c’est comme ça qu’elle devrait réfléchir sur la situation). On est d’accord, elle accuse le coup….Hors, quelques minutes plus tard, elle arrive à retourner la situation en faisant croire à Emma qu’il y a un jeu de séduction entre Louis et elle quand la jeune fille apparaît dans la pièce (sans frapper à la porte)…..Euh…………………..Il n’y a rien qui vous choque ici ??????? Emma s’enfuit, Louis va lui courir après lui disant que c’est un piège de sa tante etc…Ok, on est dans le mélo à 100%, c’est à la limite du supportable pour moi tellement ça dégouline de clichés….Mais tout cela n’explique pas comment ça se fait que Gloria ait anticipé les réactions d’Emma et a voulu lui tendre un piège en faisant passer le message à Catherine, une autre employée, comme quoi, Emma devait venir à tel endroit et surtout, elle devait entrer sans frapper à la porte…..Ok, le piège pourrait être crédible, vu le caractère perfide et calculateur de Gloria, mais dans ce cas-là, pourquoi a-t-elle paru paniquée quand Louis lui a dit qu’Emma savait tout sur ce qui s’est passé entre eux depuis ses 14 ans ?....C’est totalement incohérent !!!!!!!

« -Emma sait déjà tout, souffla-t-il, la lassitude prenant subitement le dessus sur le dégoût. Elle connaît même jusqu’aux circonstances dans lesquelles cela a débuté. Il n’y a bien que les détails les plus crus que je lui ai épargnés, et encore…
Cette fois, Gloria se tourna complètement vers lui et perdit toute la nonchalance dont elle se parait constamment. Sa mâchoire manqua se décrocher et ses yeux s’écarquillèrent sous l’effet de la panique.
-Tu n’as pas fait ça ?! S’exclama-t-elle en se relevant d’un bond. Tu mens, ce n’est pas possible !
(…)
Allons, commença-t-elle, levant le visage vers lui, son haleine aux arômes du jus de citron dont elle s’abreuvait à outrance venant s’écraser sur son menton. Toi et moi, on ne peut pas ignorer que sur un plan purement sexuel, une fille comme elle, aussi candide et peu dégourdie, ne sera jamais capable de te combler. Tu as besoin d’une vraie femme pour assouvir ces pulsions, ce trop-plein de désir qui t’anime, une femme d’expérience. Emma ne sera jamais de taille à satisfaire tes appétits… Alors Louis comprit. Gloria n’avait pas abandonné la partie. Elle avait minutieusement préparé son piège, et elle le lui tendait malgré tout, même si c’était perdu d’avance. Juste pour lui nuire – leur nuire – encore un peu… Par jeu, probablement, parce que c’était son truc. Ou alors peut-être par jalousie, qu’en savait-il en fin de compte ? Il la repoussa et se retourna aussitôt, devinant aisément qui se trouvait sur le pas de la porte du salon… Emma, bien entendu. Les sourcils froncés, une expression entre rage et chagrin tirant ses traits délicats, elle tenait une enveloppe entre les mains. — Catherine m’a demandé de ramener ceci chez vous, indiqua-t-elle d’une voix tendue en baissant les yeux. Elle a précisé que je devais entrer sans frapper… Elle s’avança pour poser son pli sur la table du séjour, puis pivota, tandis que Gloria pouffait de rire. — Emma, attends ! s’écria Louis, la morsure de l’angoisse le submergeant brutalement. C’est tellement grossier, tu ne peux tout de même pas tomber dans le panneau… La jeune femme s’arrêta, lui adressa un bref regard, entre embarras et résolution, et secoua la tête, lui assurant d’un simple geste qu’elle n’était pas dupe. Après quoi, elle fila promptement, ne tenant visiblement pas à en entendre davantage. Ce que Louis pouvait parfaitement comprendre… — Mais pourquoi tu fais ça ?! s’enflamma-t-il en revenant à Gloria, aussi choqué que furieux. Tu es complètement dingue ! Le sourire faussement réjoui de Gloria s’effaça pour laisser place à une expression beaucoup plus sombre. — Parce que je peux encore le faire. Le point est pour moi cette fois, je crois. Tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement. — Tu ne te rends pas compte que c’est déjà le cas ? C’est fini, tu n’as plus aucune carte en main, plus aucun moyen de pression. Je suis libre à présent, tu ne feras plus jamais partie de ma vie.
(…)
-Je ne voulais pas vous déranger en pleine conversation, déclara-t-elle en baissant immédiatement le nez pour contempler ses pieds, Louis se hâtant de la rejoindre. Catherine a insisté pour que je dépose ce pli chez ta tante. Je ne savais pas que vous étiez là tous les deux…
-Une nouvelle manœuvre, on ne peut plus grotesque, de la part de Gloria, dénonça-t-il, soucieux à l’idée que cela ait un quelconque impact sur leur relation ».

3#-Les complexes d’Emma : Si j’ai bien compris, Emma n’aime pas son corps, elle se trouve trop grosse. Pourtant, Emma n’est pas obèse, elle flotte même dans le T-shirt qu’elle va emprunter à Louis, à un moment du livre…..Emma aurait pu me plaire avec ses failles et ses incertitudes de jeune femme de 20 ans qui n’est pas bien dans son corps, qui a grandi sous l’influence néfaste de sa mère qui lui donne une très mauvais image d’elle-même et qui l’encourage à s’affamer. En plus de cela, Emma a connu un drame en perdant sa sœur. Oui, Emma aurait pu être une héroïne remarquable à mes yeux mais voilà, Emma m’a beaucoup pris la tête en n’acceptant pas d’être « belle » aux yeux de Louis et en refusant de voir qu’elle arrivait aussi  à attiser le désir auprès d’Erik le palefrenier ou des autres copains de Louis….J’ai bien compris que l’auteure voulait, via son héroïne, montrer aux jeunes lectrices (ou lecteurs) qu’il faut assumer son corps et que ne pas ressembler à un top model anorexique et sous cocaïne c’était bien aussi….Après, je pense qu’Emma aurait sérieusement besoin d’être suivie par un psy. Déjà pour faire le deuil de sa sœur, celui de sa famille (car sa mère est apparemment plutôt « toxique » pour le peu où elle est évoquée dans le récit)….Emma ne veut pas se montrer nue devant Louis, ça, ça peut se comprendre, surtout pour une jeune femme qui était inexpérimentée avec les hommes (elle perd sa virginité à la fin du 1er tome, avec Louis), il n’y a pas de quoi en faire toute une histoire non plus ! Après son délire de ne pas vouloir manger devant les autres, mouis bon…A côté de Louis qui avait 9 ans quand il s’est retrouvé le seul survivant de l’accident de voiture qui a emporté ses parents et ensuite la perversion qu’il a subi par sa tante, il n’y a pas photo ! Un truc qui me turlupine, du coup, c’est comment se fait-il qu’Emma ne maigrisse pas plus si elle ne mange pas beaucoup ? Elle a le métabolisme au ralenti ? A 20 ans, en étant étudiante et en bossant en plus dans un centre équestre ? Elle a des problèmes de thyroïde ou quoi ? Nos vagues à l’âme met en lumière le mal-être d’Emma mais je n’ai pas l’impression que ses problèmes de « perception de soi » ont été réglés en refermant ce livre….A part le « power of love » de Louis qui va sans doute miraculeusement tout résoudre, je ne vois finalement pas trop où l’auteure a voulu nous embarquer….Et pour ce qui est de sa « tentative de suicide », la dernière révélation de ce bouquin, où l’on apprend que c’est Louis qui a sauté dans l’eau pour la « sauver » et non Erik et que ce n’était pas un accident mais une envie de mourir de la part de la jeune femme…Hum….Je pense que ça a été l’élément de trop pour ma part ! Emma aurait pu être une héroïne sympathique à mes yeux mais malheureusement, dans ce tome, je l’ai considérée comme une godiche tête à claque qui s’apitoie constamment sur elle-même et qui agit parfois comme une vraie débile (le coup de séduire Erik devant Louis, MON DIEU ! c’est quoi cette scène !!!!!). Emma est devenue une véritable caricature de tout ce que je déteste chez un personnage féminin. Ca ne l’a pas fait du tout avec moi ! J’en suis vraiment navrée car j’avais bien aimé le 1er tome pourtant, mais ici, OH MON DIEU, mais Emma était vraiment à baffer !!!!!! Et pour revenir à sa pseudo tentative de suicide, très franchement, j’ai levé les yeux au ciel et j’ai bien rigolé : Emma a tenté de se suicider, en se noyant….Putain, elle qui complexe sur son corps, elle choisit l’un des moyens de mourir qui donne aux cadavres un côté grotesque et monstrueux quand ils ont passé plusieurs jours dans la flotte ! C’est très ironique !!!!

4#-Les réactions WTF d’Anne, la meilleure amie d’Emma : Elle est stupide celle-là, ou quoi ?! Il y a vraiment des passages dans le livre où je me suis demandé si les personnages étaient vraiment des jeunes adultes de 20 ans ! J’avoue, Anne m’a complètement perturbée avec sa manière d’interpréter la relation tumultueuse entre Emma et Louis. Il ne faut pas oublier qu’Anne a couché avec Louis, dans le tome précédent, qu’elle a fait partie de ses conquêtes « kleenex »….Et pourtant, la voilà qui encourage Emma dans sa relation, mieux, elle fait tout pour que la jeune femme ouvre les yeux et pardonne à Louis sur ce qui semble la tracasser. Car Anne sait qu’il s’est passé quelque chose qui a fait qu’Emma a pris la fuite et est retournée dans la maison de sa mère durant une semaine, et ensuite, elle a fait la gueule et a été hyper cruelle avec Louis….Tout tend à prouver qu’Emma est en train de vivre quelque chose de difficile et de traumatisant, mais bon, Anne, elle fait comme si c’était pas grave ! Elle réagit comme une gamine de 13 ans quand un garçon mignon tente de draguer sa meilleure amie, elle glousse, elle vit cette « romance » par procuration, sans se poser plus de questions….. Quand Emma découche une nuit et revient le lendemain, l’enthousiasme de son amie Anne, je l’ai trouvé très déplacé ! Putain, ça faisait des semaines que la jeune femme était morose ! Et l’autre idiote lui fait des clins d’œil et des allusions « complices », NON NON NON !

5#-Que fait la psy ? Ah ça, oui, bonne question ! Louis finit par lui avouer qu’il a entretenu une relation incestueuse avec sa tante, la femme qui a été sa tutrice à partir de ses 9 ans à la mort de ses parents et celle-ci note tout ça dans son carnet sans autre réactions….Bon, ok, elle aide Louis à analyser ses actes avec sa tante, mais plutôt que de lui faire comprendre que ce n’est pas sa faute, qu’il était un mineur de 14 ans à l’époque, elle ne pourrait pas lui suggérer plutôt d’aller porter plainte à la police ?....Bon, je dis ça, je dis rien….

6#-Le 16 juillet 2016 : Oh mais je vais vous dire, cette date choisie par l’auteure Georgia Caldera a été la cerise sur le gâteau ! C’est comme si elle avait tout fait pour me dégoûter au fur et à mesure de ma lecture !!!! Moi qui n’aime pourtant pas faire de chroniques négatives, je ne sais pas, j’ai l’impression que l’auteure a tout fait pour me pousser à bout ! Il y avait déjà beaucoup d’éléments à charge dans ma lecture, mais ce prologue, à cette date très précise du 16 juillet 2016, non, ce n’est pas possible !!!!!!! Ce livre a été écrit dans le courant de l’année 2017 ( je présume) et même si l’auteure a commencé à imaginer son histoire dans le courant de l’année 2016 (supposons que ce soit le cas), elle n’est quand même pas passée à travers le fait que le 14 juillet 2016 la France a vécu un drame énorme avec les attentats de Nice ?!!!! Putain, quand je pense à cette période, je vois tout de suite dans ma tête l’image de ce petit cadavre d’une fillette renversée par le camion recouverte d’un drap et sa peluche à côté d’elle ! Alors ok, vous allez me dire que Georgia Caldera écrit juste une romance et que la réalité de notre monde n’a rien à voir là-dedans et qu’il faut avoir l’esprit tordu (comme moi), pour évoquer les attentats du 14 juillet 2016 avec l’histoire que vit Louis et Emma….Oui, sauf que l’auteure aurait pu prendre n’importe quelle autre date, à la limite, le 13 ou le 14 juillet puisque le prologue se passe dans la journée et que nos deux héros sont au bord de la piscine…..Le drame n’a pas encore eu lieu à Nice à ce moment-là….Mais le 16 juillet, la France, les français sont sous le choc et je n’admets pas que des personnages prennent le soleil tranquillement, savourent leur histoire d’amour comme si de rien n’était……Si c’était pour montrer aux lecteurs le bonheur que nos héros vivent enfin (et le fait qu’Emma ose se mettre en maillot de bain devant Louis), je n’ai rien contre, mais dans ce cas-là, choisir une autre date, je ne sais pas moi, le 15 août, par exemple ! Mais putain, pas le 16 juillet !!!!!!!!!!!! NON CE N’EST PAS POSSIBLE !!!!!!! Je ne comprends pas que les Editions J’ai Lu n’aient pas conseillé cela à l’auteure…..Alors oui, vous allez peut-être me trouver sévère et injuste mais si Georgia Caldera avait été une jeune auteure auto-publiée, ma colère aurait été moindre car après tout, on ne peut pas penser à tous les détails, c’est déjà bien d’avoir de l’imagination pour écrire un livre, mais là, ce sont les Editions J’ai Lu, quand même !!!!! Ils vendent l’ebook à presque 8,99 euros, soit 1.91 euros de moins de que la version papier ! A ce prix-là, j’attends quand même qu’il y ait du monde derrière Georgia Caldera pour relire son livre, la conseiller sur les invraisemblances (comme la « vengeance »  de Gloria) et surtout, choisir une autre date pour le prologue….Voilà, c’est tout ce que j’avais à dire….Inspiration, expiration, zen…..

7#-Les incohérences « matérielles » : Je ne reviens pas sur le fait que je trouve incohérent que Louis vive seul dans son manoir et ait un mode de vie avec des belles bagnoles etc alors que ses parents sont morts depuis qu’il a 9 ans….Je veux bien admettre qu’il a dû toucher un bon petit héritage à ses 18 ans mais quand même, pour un étudiant, je trouve son style de vie peu crédible car pour moi, il jette l’argent par les fenêtres – il ferait mieux de revendre son manoir et s’acheter un appartement….Enfin bon, c’est pas moi qui paye ses factures de chauffage et d’électricité et l’impôt foncier de son manoir avec piscine qui doit coûter un bras…Mais il y a aussi un autre détail qui me chagrine, c’est celui de la sortie de l’hôpital….Louis se fait opérer à la jambe et ressort aussitôt même si les médecins sont contre ?! Le mec vit tout seul chez lui, il va faire comment pour se lever et aller chier, par exemple ? Ca ne choque personne ? Bon, ok, dans l’histoire, Emma revient vers lui à ce moment-là (comme par hasard, ça y est, tu t’es rendue compte que tu avais agi comme une parfaite connasse ?!!!), mais quand même, il y a certains passages peu crédibles dans la réalité de notre société….Je ne suis pas sûre que les médecins dans la réalité laisseraient ressortir leur patient comme ça….C’est bizarre….

Pour conclure, j’attendais la sortie de cette suite des aventures de Louis et d’Emma avec impatience puisque j’avais plutôt bien apprécié le 1er tome grâce à la personnalité très complexe de notre héros qui trouve un malin plaisir à traiter les femmes comme de la merde et qui va finalement tomber amoureux de l’une de ses « victimes ». Quand un « prince déchu » réalise qu’il ne vivait que dans l’illusion et que les gens autour de lui n’étaient que des hypocrites qui ne le côtoyaient que par intérêt, et qu’il ne trouve de la sincérité qu’auprès d’une pauvre gentille fille bien mignonnette qui cache elle aussi des failles, c’est toujours un sujet que j’ai plaisir à retrouver dans les romances, c’est vrai, je l’admets, et je ne critique pas le thème principale de cette histoire ! Je savais que ce 2ème tome nous apporterait enfin des réponses sur certains éléments comme le passé très compliqué de Louis. Et puis vu la manière dont se terminait le 1er tome, l’auteure française Georgia Caldera m’avait mis l’eau à la bouche et j’avais vraiment hâte de voir comment allait évoluer la relation tumultueuse entre nos deux héros….Mais voilà, malheureusement je suis tombée de haut, de très haut en lisant Nos vagues à l’âme. Je n’ai pas du tout apprécié ma lecture, notamment le premier quart du livre qui a été un véritable supplice pour moi quand nous suivions Emma et son délire de gamine vengeresse et totalement immature. Cette fille aime se faire souffrir et s’apitoyer sur son sort, c’est insupportable ! Par moment, je n’avais qu’une envie, c’est de lui mettre un bon coup de pied au cul pour la faire réagir ! Très franchement, j’ai hésité à abandonner ma lecture à maintes reprises mais il y a un élément dont je voulais connaître le dénouement donc, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis accrochée….Bon, concernant le point positif de ma lecture, je dois vous dire que j’ai eu plaisir à retrouver Louis, j’ai aimé sa persévérance et sa combativité….Mais pour le reste, aie aie aie. Je n’ai pas aimé Emma, que j’aurai baffée des centaines de fois. Je n’ai pas aimé Gloria, ou plus précisément, la manière dont l’auteure a amené ses manigances et ses coups tordus, qui, à mes yeux, sont incohérents (ils sont expliqués en détail dans ma chronique). Je n’ai pas aimé les autres personnages secondaires, non plus, notamment Anne, la meilleure amie d’Emma et la psy de Louis qui semblent toutes les deux à des années lumières de la souffrance de ceux dont ils sont censés être à l’écoute, à savoir Louis et Emma….Et pour clôturer ma lecture, histoire de bien me mettre les nerfs, il y a ce prologue, ou plus précisément un détail particulier concernant la date du prologue qui a fini de m’achever. C’est rare que j’écrive des chroniques négatives de mes lectures mais dans la mesure où Georgia Caldera est une auteure populaire publiée par une maison d’Edition prestigieuse, j’en attendais beaucoup plus au niveau de la qualité. Je pense que la pilule serait mieux passée si son histoire avait été publiée en un seul et unique tome, avec des passages supprimés car sans intérêt ou alors trop grotesques à mes yeux. Finalement, en arrivant à la fin de ma lecture, je reste avec beaucoup de questions en suspens. C’est fort regrettable. Je ne mets pas de note à ma lecture pour ne pas enfoncer le clou, mais j’avoue, quand je lis certains avis dithyrambiques à propos de ce 2ème tome, je me demande si j’ai lu le même livre que les autres…Bon après tout, tous les goûts sont dans la nature mais personnellement, ce livre comporte trop de failles et d’incohérences, sans parler des clichés sur le « fuis-moi, je te suis » qui ont été poussés à leur paroxysme, jusqu’à l’écoeurement et la caricature.

1 commentaire:

  1. merci pour cette chronique qui m'a bien fait rire par moments!
    J'ai passé un bon moment avec ce bouquin mais pourtant, je te rejoins sur la plupart des points (sauf la date, j'avoue que je n'ai pas du tout fait attention). Ca ne m'a pas horripilée comme toi puisque mon impression générale est nettement meilleure mais je suis loin du coup de coeur de certains, effectivement. Et j'avoue que toute la première partie du livre, Emma est insupportable.

    RépondreSupprimer