mercredi 4 juin 2014

LA GESTE DES EXILES - Tome 1 : Pacte obscur

Bettina Nordet
Editions du chat noir (2014)
442 pages 

Synopsis :

Je suis flic, et à part une petite bizarrerie et un sérieux manque de sex-appeal dont je me passerais bien, ma vie est plutôt sympa. Mais un soir tout vole en éclat. Traquée par des types bizarres, je me retrouve baby-sittée par mon nouveau boss, un type beau à tomber aux instincts meurtriers peu rassurants, qui semble éprouver à mon égard une allergie aussi violente qu'inexplicable. Alors, telle Alice, je plonge dans le terrier du lapin blanc ; sauf que, dans mon cas, la curiosité n'y est pour rien : mon imbuvable garde du corps m'y a poussée. Bien décidée à retrouver ma vie et les miens, je rue dans les brancards, mais les échos d'une prophétie plus vieille que le monde pourraient bien finir par me rattraper et m'en empêcher. Je vais tout faire pour me sortir de ce guêpier, même si, je dois bien l'admettre, il y a quelques compensations : des beaux mecs comme s'il en pleuvait. Et dire que je me plaignais que mon carnet de bal était vide…Pièce maîtresse d'une lutte de pouvoir immémoriale, entraînée au coeur d'un tourbillon de violence et de sang, Jana découvre peu à peu que tout ce qu elle croyait savoir n'est qu un leurre, et que la frontière entre les bons et les méchants n'est peut-être pas aussi tranchée que ce qu'en disent les traditions millénaires.


Whaou la grosse claque ! Je pense que c’est l’un des meilleurs livres d’Urban fantasy que j’ai pu lire jusqu’à maintenant ! Comme quoi, on n’a pas besoin d’être américaine pour écrire des supers scénarios de vampires et autres créatures fantastiques !


Cassandra O’Donnell, autre auteure française (comme son nom ne l’indique pas) avait ouvert la voie avec sa sorcière Rebecca Kean mais le petit plus de l’auteure Bettina Nordet avec le tome 1 de La geste des exilés  c’est que son histoire ne se passe pas du tout aux Etats-Unis, ce qui change quand même de la quasi-totalité des oeuvres de ce genre littéraire…..

Non, Bettina Nordet nous ballade entre Marseille et Sydney en passant par l’Eden - qui, contrairement aux deux autres villes citées n’existe que par la volonté de l’imagination de l’auteure….Enfin, je pense….Après, est-ce que le Paradis existe, en voilà une bonne question mais en tout cas, Bettina Nordet maîtrise parfaitement son sujet et a réussi à créer un monde parallèle et angélique avec une réelle cohérence (comme par exemple quand elle parle des anges extrêmement présents dans les œuvres du Moyen-âge….).

Alors moi, ce qui m’a laissée le plus « sur le cul », c’est le basculement total d’un univers connu et maîtrisé pour nous, petits français  puisque Jana, l’héroïne, est flic à Marseille – vers un univers peuplé d’anges et de démons, sans oublier les vampires et autres loups-garous.

Un peu à la manière de "Une nuit en enfer" de Quentin Tarantino, on croit suivre une certaine catégorie d’histoire et d’un seul coup, tout part en cacahouète…..



Jana a des parents, petits français moyens, qui l’aiment et un frère aîné qui travaille – « travaillerait » dans les services secrets. Ses commentaires sur sa vie à la française, la manière de procéder de la police nous est évidemment très familière, contrairement aux autres livres qui décrivent systématiquement l’atmosphère américain, qui est certes reconnu dans notre inconscient collectif puisqu’on baigne dans la culture US depuis notre enfance grâce aux films et séries mais qui reste quand même étranger à notre manière de vivre (et non, les vrais policiers français n’ont pas besoin d’un mandat de perquisition signé par le procureur pour entrer chez un suspect comme dans les séries américaines…Et oui, on passe pour un vrai con si on dit ça à un flic qui frappe à notre porte….Remarquez, je n’ai jamais tenté l’expérience et je ne préfère pas….).

Donc, dans cet univers franco-français, nous évoluons avec les états d’âme de Jana qui se plaint de sa vie sentimentale désastreuse. Avec un humour qui fait mouche et de l’auto-dérision à revendre, notre héroïne s’exprime à la 1èrepersonne du singulier et nous fait partager la moindre de ses pensées.

On apprend dès le début du livre qu’elle a un don particulier pour débusquer les pédophiles (ou plus exactement, ceux-ci se comportent très bizarrement dès qu’elle est à côté d’eux, ce qui est un avantage certain pour sa brigade de flics quand il faut faire avouer l’un de ces sales pervers dégueulasses….).

Jana Delaunay (je pense que c’est Delaunay, car à un moment dans le livre, elle s’appelle Delauny puis Delaunay, où est la coquille, j’opte plus volontiers vers Delaunay qui est un nom très courant, j’espère que le malentendu sera levé dans le 2ème tome). Donc, Jana est une belle jeune femme de 28 ans aux longs cheveux blonds, presque blancs. Elle sait qu’elle a été adoptée par ses parents quand elle était tout bébé et qu’elle viendrait de Russie (ce qui ne choque donc pas pour l’explication de sa blondeur "angélique"...).
[Nota bene : L'auteure, Bettina Nordet, a eu la gentillesse de répondre à ma question et c'est donc bien Delaunay, le nom de famille de Jana !  Merci encore à elle pour sa disponibilité !] 

Un jour, Jana va rencontrer son nouveau chef, un certain Kell De Monio, beau comme un dieu, grand, baraqué, brun….Bref, l’idéal masculin de la majorité des femmes. Seulement voilà, ce bel Apollon semble détester Jana…Est-ce que c’est parce qu’elle est arrivée en retard au bureau le premier jour où il a pris en charge l’équipe ?.....Evidemment, vous vous doutez qu’il y a une autre explication !

Jana va rapidement se rendre compte qu’il se passe des choses bizarres autour d’elle quand elle va être prise en chasse par des hommes un peu étranges qui ont les yeux qui luisent d’une drôle de couleur et grognent comme des animaux…..Bon, les loups-garous n’existent pas, n’est-ce pas ? Surtout à Marseille ! Qu’est-ce que c’est que ces conneries !



Alors à ce moment, tout va très vite et l’univers de Jana bascule vers l’extraordinaire. Elle va être secourue par son nouveau chef et va se rendre compte que lui non plus, il n’agit pas comme un être humain normal….Il va l’embarquer avec lui pour Sydney, en Australie. (pour une fois, on ne part pas aux Etats-Unis….).

Jana va croire que Kell est envoyé par son frère – censé être un agent secret – et d’ailleurs, quand elle lui pose la question, Kell lui confirme que c’est à la demande de sa famille…..Mais évidemment, il ne s’agit pas de sa famille humaine, française…Nan nan nan !

Alors je n'en dirai pas plus sur le déroulement de l'histoire mais en tout cas, on ne s'ennuie pas vu le nombre de rebondissements auxquels on a droit ! A vrai dire, Jana fait un résumé assez rapide de ce qui lui est arrivé quand elle est prête à rentrer en France et le voici (c'est plutôt bref et précis mais en fait, il lui arrivera beaucoup d'autres choses après ce retour au pays et à la "vie normale") :

« Hey, Nico, tu sais, en fait je suis un ange, et après m’être fait courser par des loups-garous et sauver par des vampires, je suis partie faire une petite virée au Paradis en compagnie d’un démon avec qui j’ai couché, et avec qui j’étais liée par un pacte contracté par ma mère, la princesse d’un royaume de contes de fées qui n’hésite pas à torturer pour parvenir à ses fins. Et tu sais quoi, tu vas rire, j’ai failli me marier avec un général qui a des ailes et qui m’a bien baisée. Ah, et j’oubliais, je suis copain comme cochon avec l’ange de la mort ! ».

J'ai vraiment adoré ce livre, la manière dont il a été écrit, très fluide, très drôle, mais aussi avec des précisions et des explications pour les événements insensés qui arrivent à notre héroïne. 

Une scène très drôle,c'est quand Jana découvre que Kell est un démon :

Hein ?
Kell est un démon ?
Putain.
De.
Merde.
Encore incrédule, je fixai le dos de mon garde du corps qui cheminait un peu en avant, et je senti une bouffée de colère m’envahir.
Je repensais au fou rire de Phen en apprenant le dernier nom de Kell : De Monio. « Demonio », en italien, ce qui signifiait « démon ». Pas étonnant que son séjour dans l’église l’ait si bizarrement affecté…
Ah, il s’est bien payé ma fiole, le saligaud !
Et moi qui avais…
Merde.
Et remerdre.
J’ai couché avec un démon.
(…)
Je lorgnais son port altier malgré le collier de métal autour de son cou et les chaînes qui le gardaient prisonnier, et scrutai le dessus de sa tête : pas de cornes. J’observais ses larges épaules : pas d’ailes de chauve-souris. Et je terminais par son postérieur musclé, moulé par le pantalon en cuir : pas de queue. Enfin…pas côté pile, en tout cas.



On a aussi énormément d'allusions à notre culture populaire et contemporaine comme par exemple, CK,  le surnom de Kell donné par son ami Phen : En fait, ça signifie Clark Kent….Oui, comme Superman !….Car oui, Kell était bon ami avec Jerry Siegel, l’un des créateur du super-héros et il a été une source d’inspiration de part son physique extraordinaires et ses pouvoir hors-normes (normal quand on est un démon…).

Un autre passage à mourir de rire, connaissant le caractère bourru et antipathique de Kell, essentiellement à l’égard de Jana, c’est quand celui-ci est parti chez elle pour lui chercher des vêtements de rechange avant de quitter la France pour l’Australie. 

Il a donc fouillé chez elle et voilà ce qui se passe quand elle ouvre son sac : 

"Mes yeux se posèrent sur le sac de sport à mes pieds. Je me demandais quels vêtements ce bougre de type avait-il bien pu choisir dans ma garde-robe. J’ouvris la fermeture éclair, et à la vue d’un objet que je connaissais bien, en jelly rose fluo, posé bien en évidence sur mon pantalon cargo noir fit virer mon visage au cramoisi. 
L’immonde salopard ! 
(….) 
Mes yeux revinrent se porter sur cet objet du diable d’un rose à faire attraper une grippe intestinale à un caméléon, et je maudis la série « Sex and the city » pour la publicité mensongère qu’elle lui avait faite".

Alors oui, j’ai a-do-ré ce livre qui est un véritable coup de cœur pour moi grâce au dépaysement (même si le début de l’histoire se passe en France), pour l’humour incroyable et les allusions à divers films et autres séries, pour la multitude de personnages charismatiques, les explications vraiment réfléchies de la possible existence des anges et autres démons, et enfin pour la relation très particulière entre Jana et Kell.

Car oui, il y a quand même une petite histoire romantique, qui ne dure pas longtemps dans ce 1er tome et qui, je l'espère, va s'arranger et se poursuivre dans la suite....

Une histoire d'amour entre une ange et un démon.... Jana ne comprend pas pourquoi Kell la déteste autant et elle le répugne même (on a les explications au cours de l’histoire, évidemment). 

Et surtout le fait d’avoir perçu une autre facette de la personnalité du démon (quand ils se retrouvent tous les deux dans cette église australienne – Kell devient un mec adorable avec Jana et lui fait promettre de ne pas l’oublier quand il va redevenir imbuvable une fois sorti de l’église)…..



Bref, j’attends la sortie du 2ème tome avec une énorme impatience car même si certaines questions ont trouvé leurs réponses, il reste encore pleins d’aventures à vivre pour Jana qui aimerait tant retrouver une vie normale (et à mon avis, ça, c'est pas gagné…).




Ma note : 19/20



Si vous aimez ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

  



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire