mercredi 30 décembre 2015

LA PASSE-MIROIR - Tome 1 et Tome 2

Christelle Dabos
Les Editions Gallimard - 2013
519 pages

Synopsis :
Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.


Les Editions Gallimard - 2015
527 pages 

Synopsis :
Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.




Mon Dieu ! Je ressors toute chamboulée de ma lecture de La Passe-miroir ! Chose n'est pas coutume, je vais chroniquer les deux tomes actuellement sortis dans cet article dans la mesure où je me les suis "avalés" à la suite ! Plus de mille pages de pur bonheur en quelques jours (bah oui, j'ai quand même une vie de famille et professionnelle à côté !....Mais même quand je ne lisais pas, je pensais de manière obsédante aux péripéties vécues par Ophélie et son très froid fiancé...)....Quand je réalise que c'est le nombre de pages par volumes (un peu plus de 500 ) qui m'avait freinée durant presque deux ans pour lire Les fiancés de l'hiver....Grave erreur de ma part !....Même si, en y réfléchissant un peu, finalement, ce n'est pas plus mal car en lisant seulement maintenant ce fabuleux livre, j'ai pu enchaîner à la suite le 2ème tome et ne pas subir la torture de l'attente......Bon, maintenant, je dois dire que je ressens un grand vide - Sans déconner !!!!! - et je me dis : Sapristi, il va falloir que j'attende au moins un an (soyons optimistes) avant de lire la suite !.....Si c'est deux années, aaargh ! je ne préfère pas y penser !
Bref, vous l'aurez compris, La Passe-miroir est un livre qui peut se révéler très dangereux pour votre santé mentale....Je suis obligée de vous le recommander (et son succès est totalement mérité !) mais après, il faut vous attendre à ressentir du désarroi quand vous arrivez à la dernière page du 2ème tome et que vous réalisez la patience qu'il va falloir avoir pour la sortie du 3ème tome.....


Ce que j’ai aimé dans l’histoire :
1#-La richesse linguistique qui nous transporte dans une autre époque : En effet, Christelle Dabos a beau être une jeune trentenaire bien de notre époque, les expressions que ses personnages utilisent sont dépaysantes par leur charmante désuétude. l'auteure a une écriture remarquable. Je suis fan !

2#-La richesse scénaristique de l’histoire : Alors là, je dis bravo à Christelle Dabos ! Elle a réussi à créer un monde totalement incroyable avec des gens qui ont des pouvoirs différents selon leur descendance et leur clan (Animistes, Dragons, Mirages etc). S’ajoutent à cela des systèmes de fonctionnement des classes sociales (les nobles, les déchus, les sans-pouvoirs). Il est certain qu’Ophélie a eu la chance de grandir dans une région beaucoup plus saine que Thorn, par exemple, qui a toujours dû se battre pour survivre et cela, dès son plus jeune âge…..

3#-La multitude de personnages et leurs personnalités complexes : A part Ophélie dont nous suivons les aventures et que nous pouvons facilement cerner, de part son innocence, son honnêteté et son intelligence (mais aussi sa maladresse, sa naïveté et sa relative fragilité physique, notamment ses problèmes de rhumes chroniques), les autres personnes qui gravitent autour d’elle, au Pôle, sont extrêmement déstabilisants car on ne sait jamais qui est véritablement honnête et bienveillant avec elle.....Il faudra attendre le 2ème tome pour approfondir la personnalité de certains et comprendre qui sont du côté de la jeune femme et qui sont ceux qui veulent sa perte....Et rien n'est jamais figé car on peut toujours s'attendre à d'autres retournements de situation dans le 3ème tome...Christelle Dabos a inventé un monde imaginaire avec des habitants dans différentes arches qui pourraient s'apparenter aux pays de notre monde réel, on le remarque notamment avec certains personnages qui ont des accents comme Lazarus, qui a l'accent anglais avec ses "incroyabeul" ou la Mère Hildegarde qui nous fait penser à une espagnole avec ses "niña".

4#-Le couple Ophélie/Thorn : Si Les fiancés de l'hiver nous décrit Thorn comme un homme froid et assez antipathique, heureusement, il évolue dans Les disparus du Clairedelune ! J'avoue, mon coeur a palpité plusieurs fois, notamment lors du premier baiser (volé) entre Thorn et Ophélie. Alors il est certes dommage que le couple soit rarement ensemble dans Les fiancés de l'hiver, mais heureusement, l'auteure se rattrape dans le 2ème tome, même si, évidemment, on est loin des grandes passions de certains livres ! La romance (si on peut l'appeler comme cela) entre les deux jeunes gens grandit peu à peu et c'est cela qui est beau et romantique car au début, ce n'était vraiment pas gagné ! Et même en terminant Les disparus du Clairedelune, nous restons un peu frustrés mais il ne faut pas oublier que nous avons là deux personnages aux personnalités peu enclines à l'amour alors évidemment, il n'est pas facile pour eux d'exprimer aisément leurs sentiments.....Du coup, quand Thorn glisse entre deux phrases à Ophélie qu'il l'aime.....Aaargh ! Que c'est beau !......Dommage qu'à ce moment là, ils sont dans une situation très délicate et super stressante qui ne laisse pas la place au romantisme....

"-Que faisiez-vous chez Archibald aujourd'hui ?
Les intonations neutre de Thorn avaient cédé la place à une voix de plomb. Ophélie fut déstabilisée par la tournure personnelle qu'avait prise la conversation. Elle ne comprenait même pas comment Thorn pouvait être au courant de cela en s'étant isolé toute la journée.
-Oh ça ? Ce serait un peu long à expliquer.
-Nous avions rendez-vous, souligna Thorn avec une lenteur redoutable. Pourquoi Archibald plutôt que moi ? Qu'est-ce qui le rend plus fréquentable ?
-Là n'est pas le problème, bredouilla-t-elle. Il y a eu un imprévu, c'est tout.
-Que dois-je donc faire pour que vous mettiez un terme à cette punition que vous m'infligez ? 
A présent, les yeux de Thorn évoquaient du métal porté à incandescence. Recroquevillée sur elle-même, Ophélie rentra le cou dans son écharpe tout en s'obligeant à ne surtout pas détourner la tête. Elle ne voulait pas le montrer, mais Thorn lui faisait soudain un peu peur.
-Ce n'était vraiment pas prémédité. En fait, je vous avais oublié.
En entendant cette réponse, Thorn se mit à considérer Ophélie avec une telle intensité qu'elle eu la sensation de rétrécir dans sa robe de chambre, tandis que lui, au contraire, ne semblait cesser de s'agrandir. Il fronça les sourcils jusqu'à faire craqueler son masque de sang séché. 
-Vous ne m'aimez vraiment pas. 
Ophélie sentit un frisson électrique se propager sur sa peau. Elle connaissait bien cet effet. C'était celui que produisait un Dragon prêt à sortir les griffes. Le geste instinctif qu'elle esquissa pour protéger son visage eut pour conséquence immédiate de décomposer celui de Thorn. La sévérité de ses traits avait cédé la place à la consternation.
-Alors nous en sommes là ? Vous vous méfiez à ce point de moi ?
-Mes nerfs ont été mis à rude épreuve aujourd'hui se justifia Ophélie. Et puis, vous devriez vous regardez dans une glace quand vous faites cette tête. Vous vous trouveriez effrayant vous auss...
-Jamais je ne vous ferai du mal.
Thorn l'avait coupé avec une spontanéité si abrupte qu'Ophélie se sentit ébranlée. Pour la première fois depuis longtemps, elle crut en sa sincérité.  
-Il y a plusieurs façons de faire du mal à quelqu'un. Je n'accorde plus ma confiance qu'à très peu de personnes et, pour le moment, ni vous ni Archibald n'en faites partie.
Thorn contempla ses grandes mains ensanglantées et, d'un geste vain, un peu gauche, il les frotta contre sa chemise, comme s'il prenait enfin conscience de ce que à quoi il ressemblait.
-J'ai beaucoup d'ennemis, se renfrogna-t-il. Je ne veux plus vous compter parmi eux, alors dites moi ce que je dois faire".


Pour conclure, Les fiancés de l’hiver est un gros coup de cœur pour moi et Les Disparus du Clairedelune a été le coup de grâce ! J’ai tout simplement a-do-ré ! Quel bonheur que cette lecture !!! Merci infiniment à Christelle Dabos pour avoir créé cette merveilleuse histoire, si riche en rebondissements, en intrigues, en personnages charismatiques ou mystérieux ! Ophélie et Thorn sont deux anti-héros formidables, ce qui change des autres livres où les personnages principaux sont souvent beaux et pleins de qualités....Ici, que nenni ! Thorn n'a rien du héros au physique séduisant de jeune premier (Archibald en a la primauté) mais la magie de Christelle Dabos c'est d'avoir réussi à nous faire aimer ce sérieux et antipathique intendant.....Quant à Ophélie, c'est avec plaisir que nous suivons son évolution, la place qu'elle arrive à prendre auprès des habitants du Pôle, que ce soit avec Farouk, Bérénilde, Archibald, Renard, Gaëlle et bien évidemment Thorn ! Si certaines questions du 1er tome ont trouvé leur réponses dans Les disparus du Clairedelune, d'autres intrigues se sont rajoutées au mystère de ce qu'était le monde avant sa division par ce fameux "Dieu" et qui, du coup, a provoqué l'amnésie de ses enfants, les Esprits de famille....et c'est franchement remarquable tout ce travail d'imagination et de cohérence des événements dont fait preuve l'auteure ! Il y a tellement de choses encore à apprendre sur ce monde fantastique mais il va sans dire que pour moi, ce qui m'intéresse le plus, c'est de savoir comment les retrouvailles d'Ophélie et de Thorn vont se passer, maintenant qu'ils se sont mariés et ont fait l'échange de leurs dons.....Christelle Dabos nous laisse sur un gros suspens et c'est franchement une torture que de devoir attendre au minimum une année pour connaitre la suite ! 

Petit bonus :
Vu que l'histoire est tout de même hyper complexe avec des intrigues et des mystères qui en appellent toujours d'autres, j'ai décidé de me faire un petit graphique pour mémo que je vais scanner ci-dessous. Libre à vous de le consulter (attention, si vous n'avez pas lu le 2ème tome, il y a de très très gros spoilers dedans) mais personnellement, ce document me permettra de me resituer l'histoire quand je devrais entamer le 3ème tome ! 

Attention, il n'y figure que les événements et personnages essentiels à mes yeux et il n'a rien d'officiel, c'est juste un mémo pour moi que j'ai décidé de vous faire partager...Mettre les deux images l'une à côté de l'autre. Enjoy !



"La première fois que je vous ai vue, je me suis fait une piètre opinion de vous. Je vous croyais sans jugeote et sans caractère, incapable de tenir jusqu'au mariage. Ca restera à jamais la plus grosse erreur de ma vie".

"-Ne tombez plus dans les escaliers, évitez les objets tranchants et surtout, surtout, gardez-vous des personnes peu recommandables, entendu ?
Une larme roula sur la joue d'Ophélie. Les mots de Thorn lui creusaient un vide abyssal dans le corps. Elle savait avec une absolue certitude qu'à l'instant où ils se sépareraient, elle ne connaîtrait plus jamais la chaleur.
Thorn déglutit contre son épaule.
-Ah, et au fait : Je vous aime.
Ophélie s'étrangla dans un sanglot. Elle ne parvenait plus à parler. Respirer lui faisait mal". 


Ma note : 
Tome 1 : 19/20
Tome 2 : 20/20 (oui oui ! C'est la 1ère fois que je mets un 20/20, mais je ne peux pas faire autrement, j'ai été envoûtée par ce livre !)


Si vous aimez ce livre, vous aimerez peut-être aussi : 

  

1 commentaire:

  1. Ta chronique est très intéressante ! J'ai beaucoup aimé le deuxième tome, et je l'ai même préféré et j'aime beaucoup Archibald :) Moi aussi j'ai fais ma chronique : http://journalacoeurouvert.blogspot.fr/2016/04/la-passe-miroir-t2-les-disparus-du_87.html

    Bisous, Mélanie

    RépondreSupprimer