mercredi 22 juin 2016

LES OMBRES DE LA NUIT - Tome 8 : Le démon des ténèbres

Kresley Cole
Les Editions J'ai lu (2013)
Sortie originale 2010
437 pages

Synopsis :
Carrow Graie, sorcière mercenaire éprise de liberté, ne vit que pour faire la fête. Malkom Slaine, démon dangereux, tourmenté, vit banni par les siens car du sang vampire coule dans ses veines. Malgré eux, ces êtres que tout sépare doivent unir leurs destins, surmonter leurs craintes, et d'abord se faire confiance. Leur survie en dépend. Mais comment s'apprivoiser au présent quand le passé vous hante ' Que faire quand l'instinct dicte d'aimer et la raison de s'éloigner ' Et à l'approche de l'Accession, le Mythos est en effervescence...


Moi qui adore les romances avec des héros « torturés » au lourd passé, je dois dire que je suis servie avec ce 8ème tome de la saga Les ombres de la nuit ! C’est donc avec un pur délice que j’ai suivi les aventures de la sorcière délurée Carrow et de son démon-vampire, le sombre Malkom. Je le classe évidemment directement dans mes coups de cœur, il va sans dire ! Aaaargh ! Je suis tombée sous le charme de ce couple ! L’un des plus beaux à mes yeux depuis le début de cette saga !



« Avant de la rencontrer, il n’avait jamais compris pourquoi les hommes se plaisaient à imaginer à quoi ressemblerait leur compagne, de quelle couleur seraient leurs cheveux ou leurs yeux. Comme si cela avait plus d’importance que savoir reconnaître un bon cheval ! Aujourd’hui, Malkom éprouvait de la fierté à l’idée que sa femme soit une beauté brune. Et c’était un sentiment tout à fait nouveau pour lui ».

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-Enfin beaucoup d’humains : En effet, dans Le démon des ténèbres, nous n’avons pas que des créatures du Mythos. Même si dans le précédent tome, nous avions déjà quelques humains qui interagissaient avec Lucia et Garreth, cette fois-ci, nous sommes passés à un degré nettement supérieur surtout que les humains présents dans l’histoire ne sont pas là pour jouer les figurants et sont même totalement conscients de l’existence des créatures fantastiques…..D’ailleurs, ils sont là pour les….hum….Comment dirais-je ? Les chasser ? Les étudier ? Les disséquer ? Les éradiquer ?....Bref, les humains faisant partie de l’organisation secrète nommée « l’Ordre » ne sont franchement pas là pour rigoler et pour faire ami-ami avec nos amis immortels….Nan nan nan ! Et c’est donc sur une île perdue au milieu du pacifique et imperceptible par les radars ou autres sortilèges magiques que l’Ordre, dirigée par le taciturne et énigmatique Declan Chase, va emprisonner une multitude d’immortels, notamment, Lanthe, la soeur de SabineRegin la radieuse (la Valkyrie qui s'appelait Regina dans les précédents tomes...J'y reviendrai dans le tome 9 qui lui est consacré....), l’un des jumeaux lycae MacRieve et bien d’autres encore……Et bien évidemment, il y a aussi notre héroïne, Carrow !

« Que ferait Ripley ? Quand elle était dans une mauvaise passe, Carrow se demandait souvent quelle serait la réaction d’Ellen Ripley, la forte tête légendaire des quatre Alien, qui se sortait toujours des pires difficultés. Ripley  analysait la personnalité de l’ennemi, prenait en compte son environnement et ses ressources, se servait de sa tête pour triompher de ses ennemis et s’enfuir, en faisait tout sauter autour d’elle. Analyser la personnalité de l’ennemi. D’après ce que Carrow avait entendu dire parmi les détenus, cet endroit était géré par l’Ordre, mystérieuse ligue fondée par des soldats et des scientifiques – des mortels, sou la houlette d’un maître nommé Declan Chase, alias Lame, et de sa dévouée chienne, le Dr Dixon. Les autres sorcières de la cellule de Carrow lui avaient raconté que l’Ordre visait l’éradication totale des erreurs de la nature qu’étaient à leur yeux les créatures immortelles et qu’ils surnommaient Ernats, pour Erreurs de la Nature ».

« -Pourquoi moi ?
-Tu appartiens à la caste des sorcières enchanteresses, et tu es séduisante. Dans cette dimension, les mâles n’ont sans doute jamais vu de femelle comme toi.
-Dans cette dimension ? Ma chérie, essaie ‘univers’, plutôt ».

2#-Ruby : C’est « à cause » d’elle que Carrow accepte la mission que lui a « confié » Declan Chase, à savoir aller dans une autre dimension à la recherche d’un démon-vampire terrifiant (mais sexy….Mais au moment où Carrow accepte le deal, elle ne le sait pas encore….que Malkom est sexy et qu’elle est son âme sœur…..). Bref, pour revenir à la petite sorcière de 7 ans, Ruby. Carrow la connaissait très bien avant leur capture puisque elles font partie du même Coven et qu’à partir du moment où la mère de la petite, Amanda, est morte (quand elles ont été attaquées et attrapées par les soldats de l’Ordre), Carrow, qui jusqu’à maintenant était une fêtarde, une tête brûlée, s’est découvert des instincts de mère poule et a décidé de prendre la petite sous son aile…..Comme l’Ordre menace de tuer la petite si Carrow ne ramène pas le démon-vampire, et que Carrow ne peut pas expliquer à Malkom qu’il est malgré lui une monnaie d’échange pour elle, on comprend aisément le drame et les trahisons qui se préparent…



3#-Carrow parle anglais : Je veux dire par là que dans la VF de ce tome, il est bien précisé que Carrow parle anglais (contrairement à Malkom qui parle une langue démoniaque)…..J’ai apprécié le fait que les traducteurs du livre ne change pas les termes en les francisant et donc, en ne mettant pas que Carrow parle le français, ce qui aurait complètement plombé l’histoire (à mes yeux !)….C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup, comme dirait France Gall…..Bref, un point de plus pour cette saga, et cette fois-ci pour les éditions J’ai Lu qui en ont bien assuré la traduction. Alors oui, vous allez me dire, mis à part ce détail, le fait que nos deux héros ne parlent pas la même langue va donc être un obstacle de plus lors de leur rencontre….Et je vous le confirme….Heureusement qu’il existe aussi le langage du corps pour se faire comprendre…. (enfin, cela dit, je ne spoile pas mais en fait, Malkom a quelques rudiments d’anglais car c’est la langue que parlaient ses tortionnaires vampires quand il était enfant….Voili voilou….Accroche-toi, Carrow….).

4#-Le couple Carrow/Malkom : L’auteure américaine a toujours le chic pour rassembler deux personnalités différentes qui sont menées à provoquer des étincelles et des clashs entre elles. C’est le cas encore dans ce tome-ci, même s’il est moins évident que pour d’autres couples (comme par exemple celui du tome 7). Ici, nous voyons bien que malgré sa personnalité « grande gueule », Carrow se tient souvent sur ses gardes – surtout au début de leur rencontre car il se dégage quelque chose de profondément létal vis à vis de Malkom, l’auteure réussit très bien à nous le faire ressentir…Il faut dire que notre pauvre héros a de bonnes raisons d’être perçu comme un monstrueux tueur impitoyable et sauvage vu que son existence a été parsemée de malheur, et ce, depuis sa plus tendre enfance, quand il a d’abord été abandonné par sa mère, une prostituée démone, pour être vendu comme esclave de sang (et sexuel) pour un vampire pédophile….Une fois adulte, il sera confronté à des choix horrible à la « Saw » (je vous laisse découvrir)…..D’avoir vécu de telles horreur, il y a vraiment de quoi détraquer n’importe qui...Et puis, enfin, un jour, arrive dans sa vie solitaire et morbide un joli rayon de soleil sous les traits d’une petite sorcière sexy qui va enfin illuminer l’existence de cette montagne de muscles aux grosses cornes qu’est notre cher Malkom….Mais ce bonheur qu’il pense enfin pour acquis est-il vraiment sincère ?.....Wouhaaha….Rien n’est jamais simple dans les romances imaginées par Kresley Cole…..Et quand on sait que le pouvoir de Carrow est essentiellement généré par les « ondes de bonheur » de son environnement, il est tout dans son intérêt de donner la banane (vui vui, une grosse banane...) à son démon-vampire si elle veut avoir des sorts qui déchirent !

« -Est-ce dans ce ce que tu recherches, Malkom ? Celle qui t’est destinée ?
-Bien sûr que non. Qu’aurait-il fait d’une femme ? Il n’avait pas besoin de descendance pour assurer sa lignée ni de fils pour exploiter avec lui les mines d’eau.
-Ah bon ? Alors pourquoi n’avoir jamais couché avec une démone des camps ? Malkom détourna le regard. Il n’avait jamais connu de femme. Celles qui suivaient l’armée vendraient leur corps pour quelques pièces, mais Malkom n’avait jamais été tenté. Ni sa libido ni sa curiosité n’avaient été assez fortes. Physiquement, il ne pouvait pas, voilà tout. Elles portaient l’odeur d’autres hommes, lui rappelaient son enfance. Rien n’éteignait son désir plus que l’odeur du sperme. Alors il avait effacé les femmes de son esprit. Enfant il s’était entraîné à ne pas rêver de nourriture. Adulte, il avait fait la même chose avec le sexe ».

« Carrow puise son pouvoir dans l’émotion. Elle se nourrit du bonheur en particulier, mais elle est apparemment….incapable d’en éprouver elle-même. Elle pense sans cesse à la façon dont elle va pouvoir en trouver. Un peu comme quelqu’un qui fait un régime et ne pense qu’à manger ».

Pour conclure, Le démon des ténèbres est un nouveau coup de cœur pour moi. Je me répète à chacune de mes chroniques des tomes de cette saga, mais sincèrement, je suis vraiment tombée amoureuse de l’univers inventé par Kresley Cole ! Et ce qui me plait par-dessus tout, c’est qu’elle a vraiment le feeling pour nous créer des héros extrêmement charismatiques et super sensuels (même pour ceux qui n’ont aucune expérience avec le sexe opposé, ils apprennent vite, les salopiauds ! Il faut dire que ça aide d’avoir en face de soi son âme sœur !!!). J’avais apprécié Carrow les rares fois où elle était apparue dans les précédents tomes (je me rappelle notamment de son intervention plutôt délurée auprès de Rydstrom et de Sabine dans le tome 6 avec une certaine histoire de « squattage de piscine ») et c’était donc avec un grand intérêt que j’attendais le tome qui allait lui être consacré. En plus de son amour – je dirais même son « apprivoisement » avec le sauvage et torturé Malkom - il faut aussi se pencher sur la relation « maternelle » qu’elle va entretenir avec la petite Ruby qui est déterminante dans le déroulé des événements et de la relation entre nos deux « amants ». Ce tome-ci partait de vraiment loin avec toute l’horreur qu’a pu subir Malkom durant toute son existence et il faut vraiment être insensible pour ne pas s’émouvoir du bonheur que pourra ressentir le démon en gagnant une famille…..Quant aux intrigues autour de la romance, ne les oublions pas….La découverte de l’Ordre et des humains qui y travaillent en secret apporte énormément de peps à la saga (sans doute parce qu’il y a enfin des humains dans l’histoire, justement !). Mme Cole, vous avez vraiment fait du très bon boulot ! Bravo à vous ! (vui vui vui, je peux toujours rêver qu’elle lise un jour ma chronique, vui vui vui….). 


Ma note : 18,50/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire