mardi 2 juin 2015

Les bottes rouges

Fleur Hana
Les éditions EdiBitch (2015)
356 pages

synopsis :
J’ai envie d’oublier que mon frère est mort, que personne ne me regarde plus de la même façon. Je sais que ce type a le pouvoir de me faire tout oublier. Et j’ai envie de lui. Tout simplement. » Dans cette romance contemporaine sensuelle, Angie nous raconte son expérience du deuil et nous entraîne dans son cheminement personnel qui la conduit dans les bras de Valentin. Il l’aide à pleurer. Elle lui apprend à aimer.
Je n'ai jamais lu de livres de l'auteure française Fleur Hana mais j'ai beaucoup entendu parler de son oeuvre majeure "Feeling good", c'est donc sans réel avis préconçu que je me suis embarquée dans cette histoire. Ce livre a attiré mon attention car en dehors de l'histoire d'amour, nous avons aussi une histoire de deuil. Un sujet plutôt difficile qui a évidemment titillé ma curiosité et je dois dire que j'ai vraiment adoré "Les bottes rouges" ! Les personnages principaux, mais également toute la petite foule d'amis ou de famille qui gravite autour d'eux, c'est vraiment du bonheur à lire même si on évoque tout de même la mort et la douleur de la perte d'un être cher....Et pourtant, ça passe super bien et cela ne plombe en rien l'ambiance du livre qui reste tout de même joyeuse (même si on a évidemment droit à quelques passages avec des crises de larme de notre héroïne !). 

Les personnages principaux :
Angélique, alias Angie, pour ses amis, est une jeune femme de 24 ans. Jolie brune qui se dit avec des formes généreuses (en comparaison de son amie Anita, qui a la taille filiforme des mannequins), elle décide de revenir s'installer auprès de sa famille et de ses deux meilleurs amis suite au décès de son frère, Damien. Elle avait un petit ami, Eric, au moment du drame mais celui-ci va lâchement la larguer par SMS durant sa période de deuil (très classe ce garçon...). Angie vient d'une famille plutôt aisée et elle n'est pas vraiment obligée de travailler. Néanmoins, la jeune femme se fait un point d'honneur à suivre des études (même si elles sont interrompues à cause de la mort de son frère), par contre, pour ne pas tourner en rond, elle décide de travailler dans un bar. Habitant dans une ville côtière touristique, le boulot ne manque pas. D'abord serveuse, elle va terminer barmaid, pour son plus grand plaisir. Angie aime travailler la nuit et cela lui permet de se changer les idées car la jeune femme souffre énormément de la perte de son frère et ressent surtout un puissant sentiment de culpabilité car c'est elle qui conduisait la moto le jour de l'accident alors que son frère était assis à l'arrière. Cette moto, offerte par leur grand-père, elle appartenait à Damien, son aîné de deux ans, mais aussi à elle-même. Mais étant partie faire ses études hors de la ville, son frangin s'était approprié l'engin qu'ils surnomment tous les deux 'la miss".....Avec la disparition de son frère, Angie va reprendre en main la moto mais celle-ci est un peu abîmée....Le destin va la mener à un garage bien particulier.....


"Ma famille fait partie de ces nouvelles fortunes. L'argent de la mienne vient de mon grand-père maternel qui a su investir un héritage et le faire fructifier. Il a commencé par acheter un studio sur la côte, l'a retapé, vendu et réinvesti. Ainsi de suite jusqu'à être propriétaire de plusieurs immeubles dans une région où le prix du mètre carré ne se prononce pas à haute voix tant il est indécent. Enfin bref, je pourrais ne pas travailler mais j'aime l'idée de ne pas dépendre de quelqu'un, même si cet argent me reviendra un jour. Je préfère m'entretenir, c'est plus sain".

Valentin, alias V : Ce jeune homme de 29 ans ne connaissait pas Angie avant de la rencontrer pour la première fois dans le bar dans lequel elle travaille....Néanmoins, le monde est petit car la jeune femme vient d'avoir une aventure d'un soir avec l'un des meilleurs amis de V et surtout Damien faisait partie des relations du jeune homme. Par contre, il va lui falloir un moment avant de découvrir qu'Angie est la soeur de son pote décédé et cela va changer beaucoup de choses pour lui....Sinon, niveau physique, V est un beau brun, plutôt bad boy avec ses tatouages et sa grosse moto. Il collectionne les filles qu'il jette après usage. Il a repris le magasin de disques de son oncle (c'est en réalité à cet endroit qu'il va avoir un très bref aperçu d'Angie mais on ne peut pas vraiment dire que c'est leur première rencontre....à proprement parler !). V est très proche de son père, par contre, il a perdu sa mère quand il était jeune ado. Ce deuil a modifié énormément de choses en lui (et sans faire de psychologie de bazar, c'est sans doute pour cela qu'il n'arrive pas à créer de vrai lien avec une fille). Par contre, vu qu'Angie vit aussi un immense deuil, lui seul peut vraiment la comprendre et de par son expérience, il peut lui apporter le réconfort qu'elle recherche. Même si certains agissement de V m'ont parfois totalement laissée perplexe (et j'ai souffert avec la pauvre Angie ! Ce gars a parfois vraiment agit comme un porc !) on peut comprendre pourquoi elle le trouve si séduisant malgré tout....

Il faut savoir que cette histoire est écrite à la première personne du singulier, du point de vue d'Angie principalement, mais nous avons aussi des passages avec les récits de V (ce qui nous permet de mieux comprendre la psychologie ô combien complexe de ce jeune homme !)....

"Ah, elle parle de Paul....Pierre ? J'ai cru qu'elle parlait de l'autre, le tatoué. Parce que franchement, je trouve que s'il y a un mec sexy dans le pub ce soir, c'est bien lui. Je l'ai observé discrètement (enfin j'espère) toute la soirée et il me plaît, beaucoup. Il sourit et ça, c'est un peu mon point faible à moi. Les gens qui sourient m'attirent. Ils ont cette aura qui me donne envie de profiter de leur énergie positive. Oui, dit comme ça, ça fait un peu vampire mais sincèrement, je suis persuadée que le positif attire le positif. Dans le sens où plus on  tendance à ruminer, plus on voit la vie en noir. Il faut s'entourer de personnes qui nous tirent vers le haut et pas le contraire. Ou qui nous tire tout court. Je deviens grossière. Mais en gros c'est le principe".

Ce que j'ai aimé dans ce livre :
1#-La personnalité de l'héroïne : Angie est une fille vraiment attachante et bien qu'elle ait vécu un drame très récemment avec la perte de son frère. Pourtant, cette jeune femme de 24 ans a un tempérament de battante, épaulée par ses deux meilleurs amis, Anita et Josselin. Elle est aussi très sarcastique et use de beaucoup d'auto-dérision. C'est une héroïne comme je les aime !

"J'ai mal partout. On dirait que le Quinze de France vient de me passer dessus, et pas dans le bon sens du terme, malheureusement. Quoique, vu la tronche de certains, je me demande s'il y a vraiment un bon sens...".

2#-La couverture et le titre du livre : Comme beaucoup de livres dans la catégorie Chick-lit/romance contemporaine, c'est une illustration qui est représentée sur la couverture du roman. J'aime beaucoup le dessin de cette fille qui correspond à une scène du livre....et ce rouge qui ressort, notamment les bottes ! Alors justement, les bottes, parlons-en ! Le titre a une explication particulière. C'est par rapport à la chanson des Wampas "Les bottes rouges" et elle a été évoquée dans cette histoire pour une raison bien particulière !

3#-Evocation du groupe Iron Maiden : Angie va aller les voir en concert à un moment dans le livre. C'est bête à dire mais ce groupe représente beaucoup de souvenirs pour moi car j'ai un frère qui a dix ans de plus que moi (né en 1968) et quand j'étais enfant, dans le milieu des années 80, j'étais traumatisée par les couvertures de ses 33 tours. Les disques de Iron Maiden ont toujours des illustrations qui font peur et je me rappelle d'un album, sur une photo intérieure (imaginez de la taille d'une pochette 33T) les membres du groupe sont à table et il y a une cervelle servie dans un plat.....Pour moi qui avait 5 ans à l'époque, imaginez le traumatisme !....Bref, pour moi Iron Maiden, ça évoque de puissants souvenirs d'enfance !

"Mais ils assurent, les années n'ont vraiment aucun impact sur eux. Je suis à nouveau pleinement en état de profiter du show quand les premières notes de The number of the beat emplissent la salle après l'intro et que les paroles sont reprises en choeur par les milliers de spectateurs".



4#-Des personnages secondaires très sympathiques : C'est bateau à dire mais l'entourage de V et d'Angie était très important dans cette histoire et ils ont apporté une petite touche de plus ! Que ce soit le père de V, Jonas, un homme très attachant qui reste toujours amoureux de sa femme malgré son décès depuis de nombreuses années mais aussi Anita et Josselin les meilleurs amis et co-locataires d'Angie qui l'entourent et l'épaulent sans jugement (ou presque...).

5#-La perte d'un être cher traité par l'auteure : J'ai franchement apprécié la manière dont Fleur Hana a parlé de la mort, du deuil. Certaines phrases font réfléchir et peuvent même aider les gens qui traverse ce genre de drame.....Je ne connais rien à la vie de Fleur Hana et si elle a vécu elle-même ce genre de drame mais en tout cas, elle a réussi à me toucher profondément. On souffre avec Angie, mais on espère aussi, on veut vivre et ne pas se morfondre sur la mort d'un proche mais on ne veut pas non plus se sentir coupable à ressentir du bonheur alors que l'être aimé n'est plus là.....C'est difficile et paradoxale comme sentiment....

"Parler de quelqu'un au passé, ça me rappelle surtout que la vie de mon frère a eu son point final et qu'il fait partie de l'histoire....C'est bizarre. Quand j'avais des rêves de mariage et de fonder une famille, je me disais toujours que Damien serait mon témoin et que Josselin et Anita seraient le parrain et la marraine de mon premier enfant".

"Je m'installe en face d'elle, à la cuisine, laissant mon père faire la conversation à la vieille tante qui pue. Mon oncle, lui, n'a pas conscience de l'endroit où il se trouve...Ca me fait mal de le voir diminué comme ça, j'avoue m'être déjà dit que la vie aurait mieux fait de nous prendre l'oncle Roger qui ne sait plus qui il est, et nous laisser Damien. S'il y a un grand manitou qui dirige nos vies, ses desseins sont assez difficiles à comprendre....Et je lui adresse mon majeur de tout mon coeur".

"J'aime à penser que Damien vit encore en nous, sa mémoire, nos souvenirs ; tout ce qu'on a partagé avec lui, c'est concret. C'est peut-être du passé mais c'est réel, et son décès ne peut pas nous enlever tout ça. Sa mort brutale nous a ôté tout possible futur avec lui, des souvenirs en devenir et des années à partager. Pas le reste, ce qu'on avait déjà on ne l'a pas perdu. Est-ce qu'on atténue la douleur ? Non, pas vraiment. Mais ça aide à garder le cap. Je dois reconnaître que l'atmosphère d'un cimetière est particulièrement apaisante. Surtout en plein jour, je ne suis pas sûre que j'en mènerais large, toute seule ici la nuit....Aujourd'hui, je m'y sens bien. Je n'ai pas du tout l'impression d'être entourée de cadavres, alors que si on y réfléchit bien, c'est le cas et c'est sacrément morbide. Je n'ai pas non plus l'impression que le corps de mon frère réduit en cendre repose à quelques pas de moi". 

6#-La scène épique du discours d'Angie lors de la soirée organisée en souvenir de son frère : Mon Dieu ! Cette scène est fabuleuse et à la limite jouissive ! Qui n'a pas rêvé de jeter à la gueule leurs quatre vérités aux personnes que l'on n'aime pas ! Fantastique passage du livre ! Un fantasme pour beaucoup de gens, je pense ! Et bien dans ce livre, il est réalisé par Angie et c'est génial !!!

"Je suis tombée dans un mauvais film français pour ados qui tente de reproduire les ambiances des mauvais films américains pour ados. A savoir que la salle de sport du lycée a été reconvertie en salle des fêtes et que la déco a été réalisée avec les moyens du bord. Je ne veux pas cracher sur les volontaires mais alors les guirlandes en papier crépon, c'est limite quand même. Les ballons, pour une soirée hommage, je m'en serais passée. Le clou du spectacle c'est quand même la boule à facettes. Est-ce que ceux qui se sont occupés de tout ça connaissaient mon frère, ne serait-ce que de nom ? Une boule à facettes, sérieusement ? S'il n'avait pas été incinéré, il se retournerait dans sa tombe à l'idée qu'on puisse le célébrer sous une déco de l'époque disco".


Ce que je n'ai pas aimé dans le livre :
Le fait que V loue l'appartement de Damien : J'avoue, je n'ai pas du tout aimé cette situation ! Si j'avais été à la place d'Angie, j'aurai été très refroidie et je n'aurai pas voulu connaitre la personne qui a repris cet endroit si familier et si chargé de souvenirs.....Après, chacun réagit différemment au deuil, et pour le moment, moi, je n'ai pas encore subit de pertes vraiment douloureuses, néanmoins, cela m'a choquée de voir qu'Angie n'était pas plus perturbée que ça par cet état de fait ! Moi, déjà, je pense que cela me mettrait mal à l'aise, par exemple, de revenir dans l'ancienne maison de mes parents, où j'ai passé pratiquement toute mon enfance et même mon premier appartement rien qu'à moi, les voir sous une nouvelle décoration, avec les meubles des autres, ça serait dur....Mais là, en plus, dans cette histoire, c'est l'appartement de son frère qui n'est refroidi que depuis quelques semaines quand V reprend les lieux, non, moi, ça me fait grincer des dents.....Bon après, c'est le hasard qu'Angie y retourne car ses parents ne pouvaient pas savoir qu'elle fréquentait V et qu'elle allait donc retourner à un moment ou à un autre dans cet endroit !

Pour conclure, Les bottes rouges est un livre à découvrir de toute urgence. A sa lecture, j'avais envie de vivre dans l'univers d'Angie et de sa bande de copains. Bien évidemment, il y a l'ombre de son frère Damien récemment décédé qui plane sur eux et qui peut parfois apporter un peu de mélancolie dans le récit, néanmoins, il y a quelque chose de positif et de joyeux chez cette bande de jeunes gens qui fait que l'on ne tombe pas dans le pathos. Oui, Damien est mort, mais la vie continue. Et l'histoire d'amour entre V et Angie est très belle car elle a mûri peu à peu, à force de passer différents obstacles ou d'interdits imposés par leur conscience ou leurs codes de valeur respectifs. "A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire" et ce vieil adage n'en est que plus vrai lorsque l'on lit les aventures d'Angélique et de son beau diable de Valentin !

Ma note : 17,50/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être :

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire