samedi 19 septembre 2015

THE CAPTIVE - Tome 1 : Capturée


Erica Stevens
Les éditions Babelcube inc. (2015)
Sortie originale 2012
179 pages

Synopsis :
Capturée, enlevée à sa famille et ses bois qui lui sont si chers, la plus grande crainte d'Aria n'est pas la mort imminente à laquelle elle fait face, mais d'être choisie comme esclave de sang par un des membres de la race de vampires qui règne sur le monde. Peut importe ce qui lui arrive cependant, Aria sait qu'elle doit garder son identité secrète des monstres qui la détiennent. Elle a déjà été démasquée comme membre de la rébellion, mais les vampires ne connaissent pas sa réelle implication dans cette bataille, et ils ne doivent jamais l'apprendre. Bien qu'elle espère la mort, la vie d'Aria se trouve chamboulée quand un vampire prénommé Braith s'avance pour la réclamer. Il reporte son exécution, mais Aria sait qu'il n'est qu'une question de temps avant qu'il ne la vide de son sang et la détruise. Surtout quand elle apprend sa réelle identité, prince de la famille royale. La même famille royale qui a engagé la guerre qui a fini par détruire la race humaine, les reléguant à rien de plus que des serviteurs et des esclaves. Aria est déterminée à détester le prince, déterminée à ne pas lui céder de quelque manière que ce soit, mais son étrange gentillesse et surprenante tendresse l'étonnent. Déchirée entre sa loyauté envers la rébellion et son amour grandissant pour son pire ennemi, Aria peine à se décider : rester fidèle à tout ce qu'elle a toujours connu, ou se laisser aller à l'amour qu'elle n'espérait jamais trouver.

En voilà une très bonne et je dirais même une très agréable surprise pour ce 1er tome de la saga The Captive  ! Ce n’est pas un coup de cœur, mais ce n’est pas passé loin !!!



Pour vous dire la vérité, je n’ai pas mis de coup de cœur car ce livre m’a fait beaucoup penser au gros best-seller du printemps Red queen de Victoria Aveyard, sauf que….Sauf que Capturée a été écrit en 2012 par Erica Stevens alors que Red Queen date de 2015 (je parle de leur version d’origine, bien entendu)…..Vous en tirerez les conclusions que vous voulez….

Alors comme dans Red Queen, nous avons une jeune héroïne qui fait partie des rebelles et qui lutte contre le pouvoir en place. Sauf que dans « THE CAPTIVE », les dominants de ce monde dystopique ne sont pas des humains aux pouvoirs spéciaux et au sang argenté (comme dans Red Queen), mais ce sont tout simplement des vampires….

Cela fait maintenant un siècle que les vampires règnent en suprématie totale sur le monde. Aria et sa famille - ainsi que tous les humains, il faut bien le dire - n’ont donc connu que cette situation….Si certains s’en sont accommodés et ont décidé de se montrer « coopératifs » avec les buveurs de sang, ce n’est pas le cas d’Aria et surtout de son père, qui est le leader de la rébellion de cette partie du monde (à vrai dire, c’est l’un des défauts du livre, les frontières et le monde défini par l’auteur est assez flou, mais on suppose que nous nous trouvons sur ce qui a été jadis les Etats-Unis, puisque l’auteure est américaine…).

Aria a donc grandit dans les bois, toujours en cavale, toujours sur le qui-vive, pour échapper aux raids des vampires qui attrapent régulièrement des humains renégats pour en faire des esclaves de sang. (qui ont généralement une espérance de vie assez courte puisqu’ils servent de réservoir de sang à leur maître jusqu’à celui-ci se lasse et les tuent pour en prendre d’autres plus « frais »)…..

"Les plus chanceux, ceux qui n'étaient pas choisis pour devenir des esclaves de sang, allaient être saignés sur le champ. Leur sang allait être drainé de leur corps contre leur gré, et dans la douleur. Une centaine d'aiguilles distinctes allaient percer leur peau avant qu'ils ne soient enfin tués. Le sang allait être embouteillé pour être utilisé plus tard. Les moins chanceux, les esclaves de sang, allaient être utilisés encore, et encore et encore jusqu'à ce que leurs propriétaires se lassent d'eux et les vendent ou les saignent à blanc".

Et justement, lorsque l’histoire débute, Arianna, dit Aria, pour ses proches, est attrapée et exhibée à la foire aux esclaves…..Elle va finalement être choisie par le beau Braith, qui n’est autre que le fils du roi des vampires, rien que ça…..

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
La romance très « romantique » : Je vous épargne le schéma classique des deux futurs amants que tout oppose : lui, le fils du roi des vampires, elle, l’humaine, son ennemie, fille du chef des rebelles….Encore que, si Aria sait qui est Braith dès qu’il l’achète, celui-ci, au contraire, ne soupçonne pas du tout qu’elle est quelqu’un d’important et pas seulement une jolie jeune fille rousse de 17 ans….Evidemment, on se doute dès que l’on commence ce livre qu’il va naître un sentiment d’attachement très fort entre ces deux êtres….Néanmoins, celui-ci monte crescendo et n’a rien d’un coup de foudre réciproque (d’ailleurs, au début du livre, Aria est toute maigre, sent mauvais et est toute sale à cause de sa vie de sauvageonne des bois…C’est pas très sexy tout ça….)…..Elle va apprendre la « vie facile » auprès de Braith, qui va même lui montrer à quoi sert une baignoire et une douche (dans la forêt, il n’y a que des rivières froides pour se laver…). Aria va aussi manger à sa faim et se remplumer un peu, elle va lire des livres, et finalement elle va beaucoup apprécier ce vampire qui semble si doux à son contact même si parfois, il la force à faire des choses « pour donner le change » envers les autres vampires qui ne doivent pas soupçonner que pour lui, elle représente beaucoup plus qu’une simple esclave de sang….J’avoue, j’ai vraiment été étonnée quand j’ai appris la raison pour laquelle Braith avait choisi Aria sur ce marché aux esclaves. Cette raison donne toute son amplitude au reste de l’histoire et c’est d’autant plus frustrant par rapport à ce qui arrive à la fin du livre et qui nous laisse sur un énoooooorme suspens (et aussi, le gros quiproquo qui met en rage le beau Braith….Les retrouvailles avec Aria risquent d’être électriques…).



"Il se figea en savourant sa splendeur. Elle n'était peut-être pas belle, mais elle était la chose la plus magnifique qu'il ait vue depuis des années".

"-Ca suffit ! Aboya-t-il, tu préfères mourir plutôt que d'être séparée de ton amant ?
Elle se figea par l'indignation, et le regardait bouche bée.
-Comment oses-tu ? Cracha-t-elle.
Il relâcha violemment sa main avec dégoût en reculant d'un pas.
-Tu ne connais rien de moi ! Rien de ma vie ! Rien sur qui je suis ! Tu es assis là, dans ton palais, où tout t'est servi sur un plateau d'argent, et tu juges ceux qui refusent de se laisser abattre, et de se plier à tes règles, à ton traitement misérable et tes sentences de mort ! Tu n'as aucun droit de me juger !".

Le suspens, les faux-semblants, les révélations et les rebondissement : Ce livre n’en manque pas, et ce, jusqu’à la dernière page, d’ailleurs ! Evidemment, nous sommes dans le 1er tome mais il y a beaucoup de personnages évoqués ou entraperçus et il est à parier que certains vont avoir un grand rôle dans les prochains tomes !

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre :
Les fautes d’orthographe : Au moment où j’écris cette chronique, je crois que ce livre n’est sorti qu’en version ebook, sous les éditions Babelcube qui sont une petite maison d’édition. Alors je ne vais pas critiquer car leurs intentions sont louables et elles nous permettent de découvrir des livres qui n’ont pas été choisis par des maisons d’éditions plus importantes, néanmoins, je dois dire que certaines fautes de français m’ont un peu gênée. Certaines ne sont pas des coquilles ou des étourderies, quand elles sont répétées plusieurs fois, c’est clairement parce que le traducteur – et ici, la traductrice – pense que le mot qu’elle utilise est le bon. Par exemple, écrire «temps» au lieu de «tant», moi, ça me fait un peu grincer des dents….J’espère qu’il y aura une amélioration de ce niveau là dans les prochains tomes !

"Temps qu'elle était choisie pour mourir, elle allait pouvoir traverser ça avec dignité"; (tant)

"S'incrusterait dans leur chaire" (chair)

Les grandes questions métaphysiques que je me pose avec ce genre de roman : Cela n’a rien à voir avec THE CAPTIVE en particulier car c’est souvent le même genre d’univers qui ressort avec cette catégorie de littérature (à savoir la bit-lit ou les dystopies) mais j’avoue que de savoir que Braith a quoi ? 900 ans, et qu’il tombe clairement amoureux d’une jeune fille de 17 ans, moi, cela me trouble toujours un peu ! Ok, il garde les apparences d’un beau jeune homme fringant et  sexy, mais quand même, dans sa tête, il n’est pas un peu vieux ? Remarquez, cela me choque moins que des enfants vampires qui restent avec une mentalité de gamins malgré les siècles (exemple concret dans les tomes 2 et 3 des Etoiles de Noss Head)….Bref, Je veux bien rester romantique et passer sur ce détail car il est récurent dès que nous avons à faire avec des vampires ou des êtres soit-disant immortels (ou dotés d’un bon capital santé…). Et la 2ème question que je me pose, je l’évoque un peu plus haut dans ma chronique, c’est la représentation géographique de ce monde décrit par l’auteure….Nous ne savons pas où nous nous trouvons mais évidemment, vu que c’est une américaine qui écrit, je la vois mal imaginer ses personnages ailleurs qu’aux Etats-Unis (ou ce qu’il en reste…). Vu que nous sommes dans le 1er tome, il y aura peut-être un peu plus d’explications par la suite, on verra ! (en même temps, ce manque d’information ne gêne pas à la compréhension de l’histoire, c’est juste moi qui pinaille sur les détails, en fait !!!).

Pour conclure, j’ai vraiment passé un excellent moment de lecture avec Capturée. Je ne le qualifie pas de coup de cœur, mais on n’est pas passé loin ! J’attends donc énormément de la suite des aventures d’Aria surtout que je suis très fan des histoires d’amour compliquées et pour le coup, c’est le cas dans ce 1er tome car si Aria et Braith commençaient à s’apprécier réellement et réciproquement, un événement à la fin du livre gâche tout et du coup, bah Aria va sans doute devoir ramer pour que Braith revienne à des sentiments plus doux à son égard ! L’état de rage dans lequel se trouve Braith nous laisse supposer qu’ils sont redevenus ennemis ? (à « l’insu de son plein gré » d’Aria, à vrai dire…)…Oh Mon Dieu ! Vivement le 2ème tome !!!!!

Ma note : 17.50/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être :
  

2 commentaires:

  1. salut tu sais quand sera sorti le tome 2 en français car jai essayer en anglais et jai rien compris

    RépondreSupprimer
  2. Le tom 2 est sorti en francais dans Ibooks app du ipad ou iphone

    RépondreSupprimer