mercredi 16 décembre 2015

LOVE AND.... - Tome 1 : Chaos

Lil Evans
Les éditions Sidh Press - 2015
248 pages

Synopsis :

Ebony voit sa vie chamboulée lorsque ses nouveaux voisins emménagent dans la maison d'à côté. En plus du bruit à des heures indues, il y a désormais des hommes plus que louches qui traînent devant chez elle, et bien sûr, il y a Ax. Ax est le petit nouveau dans le quartier et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a un ego de la taille de l'univers. Mais surtout, un côté bad boy craquant qui vous fait rêver. Mais même si Ax est dangereux, même si les hommes qu'il ramène chez lui font partie des pires criminels, le danger n'est pas forcément là où on s'y attend et Ebony va le découvrir à ses dépens.

Alors je dois dire que Love and…Chaos a vraiment été une très bonne surprise pour moi ! Je me suis retrouvée embarquée dans l’histoire d’Ebony avec beaucoup de délice même si je ne suis pas forcément fan des romances avec un triangle amoureux ! De plus, je ne suis pas une habituée de l’univers des gangs de motards américains et même si je sais qu’il existe depuis quelque temps plusieurs sagas de romances érotico/contemporaines qui les mettent en scène, c’est la première du genre que je lis, certainement grâce aux bons avis qui lui ont été donnés et surtout parce que j’avais compris, à la lecture de ces avis, que l’auteure se contentait de donner une version assez soft de ces bikers machos  - qui ont généralement l’habitude de traiter les femmes comme des objets sexuels – ce qui n’est pas le cas dans ce livre, et rien que pour ce détail (de taille), ma lecture valait le coup !

Love and…Chaos nous raconte donc l’histoire d’Ebony (en alternant des chapitres à la 1ère personne du singulier de son point de vue, et de chapitres narratifs à la 3ème personne du singulier). Cette séduisante jeune femme trentenaire et célibataire, vit dans un quartier huppé du Texas (un peu – ou plutôt beaucoup - à la Desperate Housewives). Notre héroïne a un boulot de rêve – vous allez comprendre pourquoi : Elle est payée à lire des livres et écrire des chroniques pour une maison d’édition. Elle travaille généralement en home-office et quand il lui arrive d’aller voir ses collègues au bureau, c’est pour passer de bons moments entourée de gens passionnés par leur métier (aah ! quand je vous dit que c’est un boulot de rêve !). En plus de cela, Ebony a un meilleur ami, Soren, un médecin de son âge, célibataire comme elle, qui est son voisin et qui partage avec elle l’amour des livres et du bon vin. Cela dit, point d’amourette entre eux deux, juste une belle amitié et une franche complicité…..Pour l’amour, il va falloir attendre l’installation d’un nouveau voisin, dans la maison d’à côté, un chef de gang avec toute sa « joyeuse » bande de bikers….

«L&L était responsable d’un magazine littéraire pour lequel j’écrivais es articles et des critiques, et d’un magazine de société et culture pour lequel je présentai des livres qui m’avaient tapé dans l’œil ».

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-L’héroïne délicieuse et truculente qui n’a pas sa langue dans sa poche : Ebony est si drôle ! Elle a toujours de merveilleuses réparties et son humour fait toujours mouche ! Elle n’est pas du tout intimidée par Ax, le sexy et ténébreux chef de gang ou ses autres comparses, dont le charmant Indy….De plus, la jeune femme ressemble physiquement à l’idéal féminin qu’ont la majorité des hommes, c'est-à-dire blonde et voluptueuse. Plus proche de Marilyn Monroe que de Twiggy, elle assume ses formes (jusqu’à un certain point, mais il faut lire le livre pour comprendre…). On sent bien le message que l’auteure essaye de faire passer vis-à-vis des dictats actuels que la société impose aux femmes, et en ce sens, j’applaudis des deux mains car ce livre est une vraie bouffée d’oxygène (bah oui, il faut être logique : on ne peut pas avoir de gros tétés si on fait une taille 34 ! ou alors, les tétés, ils sont faux !....Et quand on fait une taille 34, on a souvent le cul plat !...A bon entendeur….). Il faut de tout pour faire un monde, vous allez me dire, mais la majorité des femmes ont plus un physique de guitare que de planche à pain….Malgré ce que les médias et les couturiers voudraient nous faire croire....

«Finis l’innocence, la jeunesse, l’énergie jusqu’au bout de la nuit. Et fini la belle peau de bébé. Hier matin, j’avais trouvé une ride sur le coin de mon œil gauche. J’étais presque morte devant mon miroir. Pour une femme célibataire, la première ride équivalait au premier ‘tu n’aurais pas pris un peu de poids ?' Pour une femme en couple. Bref, la vie m’avait donné un bon coup de poignard en plein cœur ».

«J’étais une femme qui savait entretenir ses courbes. Je faisais du vélo d’appartement une fois par semaine si on n’était pas trop ivres avec Soren, quand même ! J’aimais manger de bons petits plats, des sucreries et la simple idée de prendre une salade au restaurant me filait des sueurs froides. J’étais ce genre de fille, qui appréciait son corps, même avec les kilos en trop de l’hiver. Du printemps, de l’été et de l’automne aussi. J’étais du genre à penser que tout le monde était beau et que ces histoires de trop grosses/trop maigres n’avaient été inventées que par les grandes entreprises pour forcer les femmes à se haïr et à consommer plus. Plus de produits amincissants, plus d’artifices ridicules ».

«J’avais tendance à vivre dans ma petite utopie où tout était beau et rose. Où les gens s’aimaient quels que soient la taille, le poids ou la couleur de l’autre. Et où les livres étaient les rois du monde ».

«River sortit un canif de sa poche et commença à jouer avec. Je ne savais pas pourquoi, mais je me sentais menacée. Toujours en position de faiblesse, je me décidai à me relever. Leurs techniques d’intimidation marchaient trop bien. Il faudrait que j’en prenne de la graine. Et que j’achète aussi un canif pour les jours où mon facteur était en retard. Je pourrais l’attendre près de la boîte aux lettres en jouant avec et en lui lançant un regard perfide jusqu’à ce qu’il disparaisse au bout de la rue. Hum…C’était peut-être exagéré, en fait ».



2#-Ax et Indy : Ah ah ! Nos deux motards sont hyper séduisants, chacun dans leur style ! Ax, le chef de gang est un beau mexicain ténébreux, couvert de tatouages en hommage au pays de ses rêves, le Japon. Indy, quant à lui, a des origines écossaises et fait partie du gang par obligation…..Entre ces deux beaux mâles chauds chauds chauds, le cœur d’Ebony balance, même si on comprend assez rapidement vers lequel son palpitant penche le plus….



«-Et toi, ta famille, es-tu proche d’elle ? 
-J’ai tué mon père après qu’il a défoncé le crâne de ma mère contre un mur. Il était bourré. Il était tout le temps bourré.
Je relevé la tête, les yeux écarquillés. Pas de doute là-dessus, Ax venait de me prévenir. Il était dangereux. Un prédateur prêt à tout pour sa propre survie. J’étais aussi certaine qu’il avait voulu me faire peur, voir comment je réagirais, mais cet aveu m’avait brisé le cœur plus qu’il ne m’avait effrayée. Je n’avais pas l’intention de prendre mes jambes à mon cou, comme il le pensait certainement. J’étais simplement bouleversée ».

« Si Ax était du genre mauvais garçon, prêt à tout pour avoir ce qu’il veut, Indy, lui, était tout en douceur. Son regard bleu avait une profondeur qui m’avait déstabilisée, du plus clair au centre au plus foncé sur les bords. Son visage avait les traits fins et pâles qui n’amoindrissaient pas du tout son charme et sa beauté ravageuse, quoique plus classique que celle d’Ax. Ses cheveux châtains avaient des reflets auburn qui s’enflammaient au soleil descendant et son sourire…Son sourire m’avait fait prendre conscience de mon célibat trop longtemps ignoré. Tout autant que son mètre quatre-vingt-dix de muscles fins, mais bel et bien présents dont je ne pouvais détacher mes yeux à cet instant ».

3#-Les échanges verbaux entre Ax et Ebony : Le vrai + dans ce livre, c'est humour (Je sais, je me répète !), notamment les petites vannes que se lancent constamment Ebony et son voisin biker ! Le beau mexicain n'a pas l'habitude de côtoyer des femmes du genre de notre héroïne (il est plutôt spécialisé dans les femmes de petite vertue qui vendent leurs charmes....). Du coup, l'attirance qu'il ressent pour Ebony est non seulement physique mais aussi intellectuelle car on sent bien qu'il prend plaisir à la titiller et aime ses réparties pleines d'humour et d'intelligence !

"-Je suis critique littéraire, je n'ai pas peur des mots. Les mots sont ma passion. Je pense juste que certains ne méritent pas d'être prononcés.
-Critique littéraire ?
-Tout à fait.
-Je suis....surpris ! Je m'attendais à ce que tu sois une femme au foyer, quelque chose comme ça.
-Pourquoi ?
-Je ne sais pas. Tu habites en banlieue.
-Toi aussi.
-Hum, un point pour toi, poupée".

"-Au fait, Ebony....Il prit un ton mielleux qui me fit plisser les yeux. Il me poussa doucement dehors et referma la porte sur nous. Nous étions désormais seuls sur le perron et je passai une main dans mes cheveux emmêlés, les ôtant de mon visage.
-J'ai acheté et lu un ebook ce matin.
-Ah bon ? Tu as pris quoi ? J'étais toute guillerette et je mourais déjà d'envie d'en discuter avec lui. Oliver Twist ? Le Seigneur des Anneaux ? J'étais au taquet pour tout et n'importe quoi.
-Cinquante nuances de Grey.
Oh....Mon....Dieu.....On m'avait perdue là.
-Tu as....
-Oui, je pensais que c'était de la photographie, mais en fait, c'est beaucoup mieux. Et encore une fois, tu me cloues sur place, Eb. Alors tu aimes ça, les attaches ? Les fessées ?
Oh...Mon....Dieu....
-Ce n'est qu'un livre....Et je l'ai apprécié pour l'histoire d'amour, surtout !
Oh....Mon....Dieu....
Ax ricana.
-Mais bien sûr ! Je dois dire qu'avec les fesses de déesse que tu as, ça doit être quelque chose de te mettre la fessée".

"Ebony le frappa à l'épaule et tourna les talons. C'est en regardant son arrière-train digne des fantasmes masculins les plus chauds qu'il se rendit compte qu'elle était encore plus incroyable que ce qu'il pensait. Car à l'arrière de sa cuisse gauche était tatouée une montre à gousset dont la chaîne formait un coeur de mailles et derrière la droite, était écrit : 'Devine quelle heure il est ?'. Ses hommes le remarquèrent également et sous un concert de grognements, Ax l'interpella une dernière fois.
-Ebony ?
-Oui ? Elle se retourna à moitié.
-Alors, quelle heure il est ?
-Il est toujours l'heure pour aimer, quelque part dans le monde.
Serrant son livre contre sa poitrine, elle repartit chez elle et Ax tomba sur la chaise la plus proche. Toujours l'heure pour aimer....C'était vrai. Tellement vrai".

4#-Virage à 180 degrés : Ouh la ! Alors là, je dois dire que je ne l’avais pas vu venir (enfin si, un peu, soyons honnête, car j’avais lu certains avis de lectrices….), mais tout de même, il faut savoir que l’histoire commence comme un jeu de séduction, pleine d’humour et de facéties entre Ebony et ses deux motards préférés pour ensuite, changer complètement d’ambiance avec une histoire de psychopathe obsédé par la jeune femme qui lui envoie des poèmes morbides et qui va apporter un côté noir et dramatique au récit….Bon après, même si je ne suis pas une experte en thrillers, j’avais deviné assez rapidement l’identité du malade mental mais mine de rien, l’histoire est bien menée et elle a apporté un petit plus à ce livre !



Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre :
1#-L’absence de famille et le côté très désinvolte de l’héroïne : Je ne sais pas moi, mais si je recevais des lettres anonymes de menaces sous forme de poèmes à intervalles réguliers dans ma boite aux lettre, je ne ferais pas comme si de rien n'était en ignorant totalement la dangerosité des propos tenus dans ce courrier ! Comment peut-on vivre avec cette menace pesante durant quatre années sans devenir complètement parano, ou, en tout cas, ne pas en parler ni à la police ni à son entourage ? Alors d’accord, on a compris qu’Ebony n’était pas très proche de sa famille (ses parents sont tout le temps en voyage et son frère est en Europe), mais elle a son meilleur ami Soren, à qui elle aurait pu se confier !....Et surtout, quand Ax et Indy apprennent qu’elle reçoit ces lettres anonymes, pourquoi rejette-t-elle leur aide ?.....C’est totalement débile – oui, je dis bien débile – comme comportement ! Remarquez, elle va le regretter après car avec le contenu des lettres, on se doutait bien que le psychopathe allait passer à l’action à un moment où à un autre ! Du coup, je me dis que le comportement d’Ebony est un peu paradoxal, surtout vis-à-vis de son intelligence maintes fois mise en avant dans le livre !

Attention spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez en surbrillance sur le texte !
2#-Toujours par rapport au comportement d’Ebony, il y a sa blessure au couteau à l’entrejambe….Brrrr ! J’en frémis rien que d’y penser ! (et pas seulement parce que j’ai accouché 2 fois dont une fois avec épisiotomie sans péridurale…Ouch ! aie aie aie !)….Bref, Ebony a été violée, séquestrée, droguée, poignardée par son ex-meilleur ami psychopathe….Elle est sauvée par Ax et Indy, emmenée à l’hôpital où elle va rester une bonne dizaine de jours et rentre finalement chez elle….Mais continue à saigner énormément à l’entrejambe….N’importe quelle personne saine d’esprit ne se serait pas précipitée à l’hôpital pour comprendre ce qui se passe ?....Elle, elle laisse couler (au sens propre comme au sens figuré, j’ai envie de dire…)…Hors, quand elle retourne finalement à l’hosto malgré elle, les médecins réalisent qu’elle avait aussi reçu des coups de couteau dans le vagin par ce fou furieux de Soren !!!!…..Alors il y a deux problèmes de cohérence qui me font tiquer sur ce passage : Tout d’abord, elle restée plusieurs jours à l’hôpital, suite à son agression où elle avait été laissée pour morte….Elle n’a jamais eu de saignements vaginaux à ce moment là ? Pourtant, il a été avéré lors de son 2èmeséjour qu’elle était en train de faire une hémorragie interne suite à son agression….Pourquoi des saignement si tardifs ?.....Comment est-ce possible ?......Ensuite, sa réaction de fermer les yeux devant ses saignements, je trouve cela moyen ! Bon, après, on peut trouver une explication en disant qu’elle est traumatisée et fait une sorte de déni…Ok….Et puis, elle avait bien fait l’autruche durant 4 ans quand elle recevait ses lettres de menace…..Du coup, cette inconstance et cette insouciance de la part d’une jeune femme dite intelligente me gêne énormément….C’est peu crédible tout ça !

3#-La naïveté d’Ebony vis-à-vis de Soren : Allons bon ! Ce mec est hétéro et elle pense qu’il veut juste être son ami ? Elle connaît les hommes ou quoi ? C’est peu crédible surtout que l’auteure ne cesse de nous décrire, depuis le début du livre que l’héroïne est «super méga bonne » avec sa poitrine affriolante, son beau petit cul moulé dans des shorts super courts et son tatouage à la phrase mystérieuse qui fait baver d’envie les deux bikers de la maison d’à côté !!!!!....Sa naïveté est déconcertante, surtout qu’elle va même jusqu’à clamer haut et fort qu’elle pourrait dormir nue dans le même lit que Soren, il ne se passerait rien, il est comme un frère pour elle !.....Mais bien sûr !!!! Et elle ne s’est jamais demandé pourquoi ce gentil meilleur ami propre sur lui n’avait jamais de copines et pourquoi il voulait tout le temps passer du temps avec elle et semblait être très jaloux des nouveaux voisins ?????? Ah la la !

4#-Pourquoi Indy et pas Ax !!!!!!! Grrrrrr !!!! Je suis dégoûtée qu’Ebony ne soit pas allée avec Ax, finalement ! Surtout que l’auteure a brouillé les pistes (la vilaine !) en nous montrant la jalousie, les réactions d’Ax – qui était clairement le personnage principal avec Ebony dans cette histoire ! Pourquoi lui avoir donné autant de « mise en lumière » si c’est finalement pour repartir le cœur brisé et la queue entre les jambes vu qu’il était aussi amoureux de sa belle voisine ! C’est pour cela que je déteste les romances avec des triangles amoureux !!!!! Enfin bon, j’espère que l’auteure écrira une suite avec une belle petite demoiselle pour notre chef de gang sexy car il le mérite !!!!!

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment de lecture avec Love and…Chaos ! Même si certains éléments m’ont paru incohérents et peu crédibles, le caractère « lumineux » de l’héroïne, Ebony, a agit pleinement et m’a conquise ! Ses reparties pleines d’humour, ses chamailleries succulentes avec Ax m’ont beaucoup fait rire (et, à contrario, leurs affrontements sérieux m’ont brisé le cœur….). On peut dire que l’auteure sait jongler sur le panel de nos émotions, c’est clair et net ! Ce livre est un très bon page-turner et j’attends avec impatience les prochains tomes ! (il faut quand même que le perdant du triangle amoureux se trouve une petite mignonne à aimer, lui aussi !!!).



Ma note : 17,50/20 


Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire