mardi 18 avril 2017

COEUR ITINERANT - Tome 1 : hors de portée

Jane Harvey-Berrick
Les Editions MxM Bookmark (2017)
Sortie originale 2015
395 pages

Synopsis :
Aimee assiste pour la première fois à une fête foraine à l’âge de 10 ans quand celle-ci passe deux semaines dans sa ville. Elle y rencontre Kes, un garçon de son âge qui y travaille, et une amitié rare et touchante se construit entre eux. Chaque année, ils se retrouvent pour deux semaines qui illuminent leur vie. Et alors que leur amitié d’enfance se développe en amour, une fois adultes, les choix deviennent difficiles à faire et tous les deux comprennent que deux semaines par an ne seront jamais suffisantes.


"J’avais déjà entendu des gros mots, mais je n’avais jamais vu un autre enfant oser les dire à un adulte. Comme il m’avait sauvée de mon foyer trop strict, je le voyais un peu comme un prince charmant sur son cheval blanc. J’allais me rendre compte plus tard – beaucoup plus tard – qu’il était plutôt du genre chevalier noir".

Waouh ! Dès les premières lignes, j'ai été happée par l'ambiance merveilleuse dégagée par ce 1er tome de Coeur itinérant ! Il y a vraiment quelque chose de spécial qui émane de ce livre. L'action se déroule en été, dans la campagne américaine, avec l'arrivée d'être fête foraine et l'exploration de celle-ci par une gamine de 10 ans, notre jeune héroïne Aimee.

La plume de l'auteure est franchement addictive (son héroïne s'exprime à la première personne du singulier et nous prend parfois à partie, nous lecteurs) et j'ai eu beaucoup de mal à lâcher ma lecture tellement j'étais prise dans la vie tumultueuse et intense d'Aimee et de Kestrel, alias Kes, le jeune garçon forain qu'elle va rencontrer, car mine de rien, c'est tout de même quinze ans de leur vie que nous suivons (en pointillé, par périodes marquantes) dans ce 1er tome !

Hors de portée est un joli coup de coeur pour moi qui sent bon la barbe à papa et les saucisses-frites. J'ai vraiment hâte de lire le 2ème tome qui conclura cette très belle romance ! 



"Kes avait mauvais caractère, mais il était fascinant. Il m’effrayait, mais il me protégeait. Il pouvait manquer complètement de tact et être très délicat ensuite. Il n’était pas parfait. Il était parfait pour moi. Il me poussait à me dépasser, à explorer le monde et à ouvrir les yeux. Il était tout ce que je n’étais pas et, ensemble, nous formions un entier, même si ça semblait incompréhensible pour les autres".

Ce 1er tome est séparé en trois parties, toujours narrées par Aimee. D'abord, nous la rencontrons quand elle fête ses 10 ans et que ses parents lui offrent en cadeau une journée à la fête foraine qui vient juste de s'installer pour la première fois dans un champ pas très loin de leur maison, en ce chaud mois de juillet dans le Minnesota. Nous la retrouverons ensuite à 16 ans puis enfin, pour la plus grande partie du livre, quand elle est âgée de 25 ans et est devenue enseignante dans une école primaire à Boston.

Evidemment, cette histoire ne serait rien sans la rencontre que Aimee va faire avec Kes, qui va lui changer sa vie, son univers et va lui montrer qu'il peut y avoir plusieurs manières de voir le monde et de vivre dans la société. Kes est aussi sa fenêtre vers le rêve et la fantaisie, notamment lors de leurs plus jeunes années, puisque, forcément, voir débarquer face à elle un garçon qui monte à cru sur un poney, crache du feu, et vit avec un singe apprivoisé (M. Albert), il y a de quoi être émerveillé.....

"Il pouvait cracher du feu, mais parler d’amour lui brûlait les lèvres".




Ce que j'ai aimé dans ce livre :
1#-L'amour impossible de Kes et d'Aimee : Allons bon, dire que ces deux-là sont sans doute des âmes soeurs ne sera une surprise pour personne ! Leur première rencontre quand ils ont tous les deux 10 ans (Kes a six mois de plus qu'Aimee) est un coup du hasard, un coup de la destinée. Si Kes est déjà un très beau garçon, Aimee se considère comme une gamine banale, ordinaire et un peu maigre. Le jeune forain va lui faire découvrir un autre monde, va la sortir de sa routine quotidienne vécue auprès d'une mère au foyer soumise et sans personnalité, un père autoritaire et très antipathique (un sale con, on peut le dire..), et une soeur, Jennifer, de trois ans son aînée (qui deviendra une précieuse alliée une fois qu'elles seront toutes les deux adultes). Aimee voit donc l'arrivée de la foire comme une parenthèse enchantée à sa vie morne et sans grand intérêt de laquelle elle ne s'échappe que par la lecture de ses nombreux bouquins (elle est fan d'Harry Potter et des romans de Tolkien). Elle a la chance d'apercevoir les manèges des forains directement de la fenêtre de sa chambre et rapidement, elle va avoir la visite nocturne de son nouveau jeune ami qui n'hésite pas à grimper discrètement et très habilement sur les branches du vieux noyer de son jardin.....Nos deux petits Romeo et Juliette modernes vont ainsi grandir années après années, s'attendre cinquante semaines par an et profiter l'un de l'autre durant ces deux semaines si précieuses de juillet (Sous le regard protecteur des forains mais en cachette des parents, surtout du père, d'Aimee, qui fort heureusement, est rarement à la maison...). Lorsqu'ils atteindront enfin leurs 16 ans, un tournant important va se dérouler dans leur vie d'adolescents passionnés et bourrés d'hormones mais va aussi sonner le glas de leur relation, toujours très mal vue par le père d'Aimee. Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Mon Dieu, j'ai vraiment souffert pour Aimee quand sa famille l'a forcée à s'éloigner de Kes.....J'ai vraiment été dégoûtée d'apprendre, en même temps qu'Aimee, que Kes était venu la retrouver quand ils avaient 17 ans mais les parents d'Aimee lui ont menti sur les sentiments de la jeune femme et l'ont chassé....Et la pauvre Aimee, quand elle voit la foire débarquer ce fameux été de ses 17 ans, après une année à se morfondre sur le sort supposé de son amour perdu.....Tomber sur cette salope de Sorcha qui va lui mentir avec tout ce que cela va impliquer ensuite.....On peut vraiment dire que l'histoire d'amour entre Aimee et Kes a été très compliquée, en grande partie à cause de nombreuses personnes qui ne voulaient pas les voir ensemble....Après, c'est sûr que je peux aussi comprendre la colère d'Aimee, quand elle s'explique avec Kes et le traite d'imbécile (lors de leurs retrouvailles par pur hasard quand ils ont 25 ans)....Pourquoi a-t-il si facilement baissé les bras face aux parents de la jeune fille ? Contrairement à elle, il a toujours su où elle vivait et donc, il aurait très bien pu revenir plusieurs fois durant ces 8 longues années, au moins pour la voir, s'expliquer avec elle....Certes, après Aimee est partie à la fac et ensuite est allée s'installée à Boston, mais il aurait pu se renseigner sur la jeune femme, elle était plus facilement "retrouvable" que lui ! (après, c'est sûr, quand on sait à peine lire, c'est pas forcément évident de faire des recherches, surtout quand on se met "en couple" avec la grande rivale d'Aimee qui ne va certainement pas bouger un doigt pour l'aider !!!....). 

2#-La magie de l'enfance parfaitement décrite par l'auteure : Jane Harvey-Berrick se met parfaitement à la place d'une enfant de 10 ans et arrive à nous communiquer l'enthousiasme et la naïveté et la pureté des sentiments d'Aimee. De nos yeux de lecteurs adultes, nous nous rendons compte que la réalité est parfois modifiée, vue d'une manière pure et fantasmagorique (par exemple, quand son père parle d'invasion, Aimee imagine des indiens qui vont attaquer la ville....Hors, ce ne sont que de vulgaires camions de forains à la queue leu leu) mais cela nous permet aussi de nous replonger, nous aussi dans nos souvenirs d'enfance, la première fois que nous sommes allés dans une foire...Notre jeune Aimee va aussi apprendre la patience, attendre cinquante semaines par an, pour retrouver son ami Kes....Avec les déconvenues qui vont souvent avec car n'oublions pas que Kes devient un ado et que les garçons de cet âge-là ne sont pas toujours très finauds.....Notamment quand il veut faire le fier face à ses copains ou face à ses groupies....Ce qui va blesser plus d'une fois notre héroïne qui va apprendre que l'amour fait souvent mal....

"Je lisais tranquillement sous un arbre quand le sol s’était mis à vibrer. J’avais alors levé les yeux avec émerveillement sur la route qui longeait notre maison. J’imaginais des cavaliers à la peau rouge fondre sur la ville, leurs cheveux noirs au vent, les sabots de leurs chevaux martelant le bitume. J’avais quand même été très déçue de ne voir qu’une longue file de poids lourds remonter la rue dans un nuage de poussière et de vapeurs d’essence".

"J’entendis quelqu’un crier après Kes, mais ce dernier jaillit de la tente en riant, une noix de coco poilue dans les bras. — Par là ! Il regarda par-dessus son épaule avant de fuir avec moi. La toile de la tente s’agitait comme si quelqu’un de très grand et large essayait de passer en dessous. On courait en riant aux éclats. M. Albert rebondissait sur mon épaule comme un sac à dos duveteux. Il tenait mes cheveux comme si c’étaient des rênes".

"Dans une dernière provocation, le cowboy se mit debout sur la selle du poney et fit un salto arrière. Dans l’action, il perdit son chapeau et son bandana. Je reconnus aussitôt le sourire et la fossette de Kes. Je ne résistai pas et me mis debout pour l’applaudir et lui crier mon admiration. Ce jour-là, il devint mon Kes".

"Le soleil se couchait dans notre dos et baignait tout d’une lumière rose, pourpre, grenat et or. Les ombres s’étiraient lentement. 
— C’est magnifique, murmurai-je. On aurait dû venir plus tôt. Kes haussa les épaules. 
— Je viens ici tous les soirs, après que tu t’en vas. La déception me vrilla l’estomac. 
— Oh… Mon vocabulaire était réduit à une seule syllabe. Kes se tourna vers moi. Son sourire était étonnamment gentil. 
— Je viens pour pouvoir voir ta maison. Je peux voir l’arbre et la fenêtre de ta chambre. Comme je suis tranquille, ici, je peux penser à toi. 
— Oh. Je lui souris en retour. 
— Je n’avais jamais eu d’ami avant toi. Je ne savais pas ce que je loupais. Son regard se perdit au loin. Je compris ce qu’il voulait dire, enfin, je le croyais. 
— Tu vas me manquer aussi. Il tourna la tête vers mes mains crispées sur la barre. Il en prit une dans les siennes. 
— Je reviendrai l’année prochaine. 
— Je t’attendrai, dis-je tristement. Je pourrais peut-être t’écrire ? Le sourire de Kes s’effaça. 
— Je ne lis pas assez bien… 
— Alors je t’enverrai une carte postale. Je mettrai mon nom derrière, tu sauras que ça vient de moi".

3#-Le côté sombre de Kes : Notre héros est un sacré petit filou espiègle quand il a dix ans et il l'est tout autant une fois adolescent et enfin quand il est adulte. Il sait qu'il est doté un physique époustouflant qui attire toutes les filles. Il sait qu'il a des capacités physiques exceptionnelles qui lui permettent de faire des acrobaties de folie à cheval, quand il est jeune, puis à moto, une fois adulte. Mais Kes a aussi deux failles : Sa dyslexie qui lui a toujours pourrit la vie car il en a honte, et il doit de ce fait toujours passer par des astuces pour que personne ne découvre qu'il sait à peine lire, et puis sa 2ème faiblesse, c'est Aimee, cette fille "de plouc" (terme que les forains utilisent pour nommer les habitants sédentaires des villes où ils font leur tournée). Aimee a son âge qu'il a rencontré lors d'une chaude journée de juillet et qui a bouleversé sa vie (même si sa fierté le pousse à ne pas montrer ouvertement son attachement à la jeune demoiselle). Il la traitera toujours d'une manière spéciale par rapport à toutes les autres filles qui lui tournent autour. Il va la protéger parfois d'une manière assez particulière (notamment face aux filles qui harcèlent et se moquent d'Aimee....Elles vont le payer cher...). Ce côté impitoyable et dangereux du jeune homme peut faire peur car évidemment, Aimee se demande si elle aussi pourrait subir ses foudre un jour, quand il ne l'aimera plus.....Après leur séparation à l'adolescence dans des conditions traumatisantes et toutes les difficultés qui s'en sont suivies l'année suivante, Kes va encore plus s'endurcir et s'efforcer d'oublier Aimee qui n'est de toute manière pas de son monde....Personnellement, j'ai trouvé le caractère de Kes parfois un peu trop too much....Il a une manière de penser "à l'ancienne" et considère Aimee comme sa propriété. La jeune femme a maintenant un métier et vit dans une grande ville, lors de leurs retrouvailles, il va lui demander de tout quitter pour lui.....Mais pourquoi lui ne pourrait-il pas quitter la foire pour elle ? Du coup, la manière dont se termine ce 1er tome était inévitable, surtout que nous suivons les pensées et les sentiments d'Aimee depuis le début.....Il va vraiment falloir que Kes mette de l'eau dans son vin s'il veut que sa relation avec la jeune femme fonctionne (en même temps quand on connait le titre en anglais du 2ème tome, nous n'avons pas trop de surprise quant à la suite de leur relation et puis de toute manière, les histoires d'amour finissent rarement mal dans les romances modernes, n'est-ce pas ! Par il va être intéressant de voir comment Aimee arrive à s'adapter à la vie de forain...).

"Chaque année, Kes était plus grand, plus musclé, plus beau. Quand on eut quatorze ans, Kes se mit à regarder les jolies filles et sa voix déraillait à cause de la mue. Mais on eut quinze ans, puis seize, et c’était toujours avec moi qu’il passait ses journées. Je ne savais pas ce qu’il faisait pendant les cinquante semaines où nous étions séparés, et je ne voulais pas le savoir".

"Je me fis siffler pour la première fois quand je me dirigeai vers l’arche de l’entrée. Un forain, la vingtaine et couvert de tatouages, me fit un grand sourire. 
— On est pas encore ouverts, princesse. Mais tu peux revenir plus tard pour me faire un petit coucou. Je lui lançai un regard mauvais. 
— Je viens voir Kes. Il éclata de rire. 
— Comme toutes les autres ! Prends un numéro et va faire la queue. Je sentis mon estomac se soulever, mais je gardai mon calme. — Si vous le dites".

4#-La dyslexie de Kes : Contrairement à son frère aîné, Connie, qui est fortiche au niveau des études et qui fait tout pour quitter l'univers des forains car il souhaite faire des études de médecine, Kes se considère comme un analphabète, un abruti.....Cet énorme complexe va lourdement peser dans sa vie et dans sa relation vis à vis des autres. Déjà, quand il est enfant, mais bien évidemment quand il est adulte. Aimee, malgré son jeune âge va vite réaliser que Kes n'est pas "bête" mais qu'il y a un trouble plus profond qui l'empêche de lire comme n'importe qui. Même si elle va tout faire pour l'aider, en lui "apprenant" à lire comme elle le peut (elle n'est qu'une gamine, après tout !), en lui communiquant son amour immodéré de la lecture (je la comprends), cela ne sera pas suffisant car ce qui est acquis durant deux semaines de juillet est inévitablement oublié les cinquante semaines suivantes et il faut tout reprendre à zéro à leurs retrouvailles annuelles jusqu'à leurs seize ans.....

"— K. E. S. Tu vois ? Le K a un son dur et il s’écrit avec des traits très droits alors que le S, c’est comme un serpent qui siffle. Son visage s’éclaira. 
— C’est plutôt logique. 
— Et le E, c’est une petite boucle qui attache les lettres ensemble. Un E, un nœud. Je lui fis recopier les lettres que j’avais tracées. C’était maladroit et le S était à l’envers, mais on lisait très bien. 
— J’ai écrit mon nom, dit-il d’une voix aussi tremblotante que son écriture. 
— Tu vois que tu n’es pas si bête. Il baissa les yeux pour ne pas que je voie ses larmes. Il renifla avant de relever la tête. 
— Merci, Aimee.
— De rien, Kes".

"Je repris les bases avec lui, déçue de voir qu’il avait oublié la plupart des leçons des deux derniers étés. Mais il arrivait toujours à écrire nos noms et nos adresses et il en était très fier. C’est là que je fis l’erreur de lui donner un livre que j’avais spécialement amené pour lui. Il regarda les images et le jeta dans la poussière. 
— C’est pour les bébés ! Je tordis les lèvres en réalisant que je venais de l’insulter. Mais je n’allais pas m’excuser pour avoir voulu l’aider. Je sortis le roman usé de ma poche. On avait fini de lire le Hobbit l’année dernière et la première partie de Harry Potter donc je repris ma lecture. Je ne m’arrêtai que quand ma gorge devint douloureuse et que mon estomac se mit à gargouiller".

5#-La découverte du monde des forains : C'est la première fois qu'une foire s'installe dans la ville d'Aimee et c'est donc sous ses yeux de gamine de 10 ans que nous découvrons cette atmosphère si particulière et éphémère de la fête foraine. Nous apprenons aussi avec elle à quel point les forains sont mal considérés par la population locale, notamment avec l'attitude méprisante et hostile de son père qui voit d'un mauvais oeil l'installation de ces voisins temporaires pour deux semaines. Aimee va apprendre que les forains forment un groupe, une tribu soudée et qu'ils composent la population en deux parties il y a eux, et les autres, les "ploucs" comme ils les appellent, c'est à dire nous, les habitants sédentaires des villes et villages qui viennent voir leurs spectacles. Aimee bénéficie cependant d'un traitement de faveur de par sa nouvelle amitié avec Kes, et est donc considérée comme une "protégée" de son grand-père Dono, le patriarche de ce groupe de forains. 

"— Montre-moi ta chambre, au moins. Il fit la grimace. 
— Je ne peux pas. Je dors dans la pièce principale. Il n’y a qu’une chambre et c’est celle de mon grand-père. Mon lit, c’est un matelas sous la table. 
— Oh. C’était la seule chose que j’avais trouvée à dire. 
— S’il fait chaud, je passe la nuit dehors. — Je n’ai jamais dormi à la belle étoile. Kes semblait perplexe. 
— Ah bon ? Pourquoi ? Je haussai les épaules. Je n’avais jamais campé dans le jardin. Mon père ne me laisserait jamais faire quelque chose d’aussi dégradant. Il y avait un vrai gouffre entre le monde de Kes et le mien. Et ça me rendait très triste".

"La vie est une question d’équilibre, j’aurais dû m’attendre à la tristesse qui allait me saisir après le départ de Kes. Je regardais les monstres de métal être démontés en petits morceaux. Les toiles de tente furent roulées. Jacob Jones et les autres poneys furent emmenés dans des remorques. M. Albert s’accrochait à moi comme un forcené. 
— Tu vas lui manquer, dit Kes. Je hochai la tête. J’avais peur de me mettre à pleurer si j’essayais de parler. Je ne voulais pas paraître faible. Connie s’assit à l’avant du camping-car. Il avait posé les pieds sur le tableau de bord et lisait un livre. Il ne fit pas attention à Kes quand ce dernier monta avec lui, M. Albert dans les bras. 
— Au revoir, dis-je. Ma voix se brisa. Kes me sourit bravement, visiblement partagé entre l’idée de faire le fier et de pouvoir me dire au revoir comme il faut. Je pouvais lire en lui. Il me fit un petit signe de la main et se détourna. Dono hocha la tête dans ma direction et démarra le moteur. Toute la colonne de véhicules l’imita et je pouvais au moins prétendre que c’était la fumée qui me faisait pleurer. Je les regardai disparaître au loin. Quand je me retournai, le champ de M. Peterson était dévasté. On voyait la forme des manèges dans l’herbe et la terre était creusée par les piquets de tente. Il y avait quelques ordures et une bouteille vide brillait au soleil. J’avais deux semaines de merveilleux souvenirs et cinquante autres à attendre de revivre. Je m’assis dans l’herbe et me mis à pleurer".

6#-La différence de mentalités : En compagnie d'Aimee, nous réalisons à quel point le métier de forain est difficile. Certes, il y a cette "liberté" et ce nomadisme qui change de notre "travail-métro-dodo" habituel que nous subissons tous pour la plupart, nous les sédentaires, mais Aimee va aussi apprendre que généralement, les épouses et les enfants de forains restent sédentaires sur un lieu afin de bénéficier d'une scolarité normale durant toute l'année et que les familles ne sont donc réunies que durant l'été pendant la période des grandes vacances scolaires....D'ailleurs, ce problème de mode de vie va peser lourd dans la balance quand nous retrouvons la Aimee âgée de 25 ans, et enseignante dans une école primaire.....Kes, qui est si passionnément amoureux d'elle voudrait qu'elle reste auprès de lui, qu'elle épouse son mode de vie de nomade, oubliant totalement que la jeune femme aime son métier et ne veut pas forcément tout quitter pour lui ! Il ne veut pas changer de vie, c'est elle qui doit s'adapter et faire des sacrifices. Aimee est en droit de douter et de se poser des questions surtout que nous découvrons en même temps qu'elle qu'il lui cache des choses à propos de son passé (papiers secrets, sur son père, notamment) Certes, Kes ne lui parle pas d'amour mais le lui prouve envers ses gestes et ses attitudes "possessives" (tous les forains savent rapidement qu'Aimee est "chasse gardée") mais Kes est aussi un homme qui a jeté sans vergogne la fille avec qui il vivait depuis 7 ans (Bon, ok, cette femme était une garce et elle le méritait sans doute, mais quand même...Il y a l'art et la manière de larguer quelqu'un...Sept années, ce n'est pas rien...). Il faut aussi se demander si l'amour seul est suffisant pour qu'une relation entre deux personnes perdure.....Je comprends totalement Aimee qui n'a pas forcément envie de laisser tomber son emploi d'enseignante pour servir de bobonne à un forain, à lui laver son linge et lui préparer sa bouffe après chacun de ses spectacles....Bref, on verra bien comment notre héroïne va gérer tout cela...La réponse sera forcément dans le prochain tome (que j'attends avec une énorme impatience !!!!!).



Pour conclure, ce 1er tome de Coeur itinérant écrit par l'auteure britannique Jane Harvey-Berrick a été un pur enchantement à lire ! Dès les premières lignes nous nous retrouvons plongés dans la magie d'une fête foraine installée dans la campagne du Minnesota, sous les yeux émerveillés d'une gamine de 10 ans, notre héroïne, Aimee. Hors de portée, c'est aussi l'histoire d'amour tumultueuse et compliquée, pour ne pas dire impossible, quinze ans plus tard, lors de retrouvailles inespérées entre un forain libre et fier qui ne reste jamais plus de quinze jours au même endroit et une jeune femme devenue enseignante dans une école primaire à Boston. Le hasard a fait qu'ils se retrouvent en été pendant les congés estivaux d'Aimee mais la rentrée des classes n'est pas loin et notre héroïne va devoir faire un choix car à priori, pour que leur histoire d'amour fonctionne, c'est elle qui devra faire des concessions et non le sexy et ténébreux Kes....Hors de portée, c'est l'histoire d'une femme qui a la chance de retrouver son précieux et inoubliable premier amour mais qui a aussi évolué de son côté et qui n'accepte pas forcément de vivre "en tribu" sans beaucoup d'intimité et d'indépendance jusqu'à la fin de sa vie auprès d'un macho, certes très séduisant, mais qui n'a pas l'air de trop prendre en considération les rêves et les désirs personnels de la jeune femme. Ce premier tome se termine d'une manière très frustrante et il me tarde vraiment de lire le prochain tome qui sera la conclusion de cette incroyable et improbable histoire d'amour. La plume de l'auteure est hyper addictive, notamment grâce aux descriptions, au ressentis, aux pensées d'Aimee (qu'elle ait 10 ans, 16 ou 25 ans) et pour laquelle nous ne pouvons que ressentir une très profonde empathie. Kes, quant à lui, est souvent exaspérant (mais si sauvage et sexy !) et il n'est pas toujours facile de comprendre sa manière de penser (pour ma part, en tout cas, puisque je suis une sédentaire, comme Aimee). Il est impulsif, mystérieux et parfois dangereux et cruel....Mais il sait aussi être gentil avec les enfants, il est un ami fidèle et loyal pour ses compagnons forains et considère Aimee comme la femme de sa vie.....Argh, que va-t-il se passer pour eux dans le prochain tome ? J'ai vraiment trop hâte de le découvrir ! Cette lecture est un coup de coeur car j'ai vraiment adoré passer du temps en compagnie de nos deux amoureux tumultueux et quand je ferme les yeux, une grande roue apparaît dans ma tête ainsi qu'un malicieux petit singe et un gentil poney (et un mec musclé en moto...mais ça, c'est une autre histoire...). Merci à l'auteure pour avoir sorti de son imagination cette si belle romance et vivement le tome 2 !



Ma note : 18/20


Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi : 

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire