jeudi 20 octobre 2016

TEMPTING LOVE - Tome 1 : My only exception

Delinda Dane
Les éditions Something Else (2016)
256 pages

Synopsis :
La passion. Ella, jeune New-Yorkaise de 23 ans, s’était résigné à vivre sans. Jusqu’au jour où elle croise par hasard un homme au regard azur… Il n'est pas le prince charmant, bien au contraire, mais l’attirance est immédiate.  Entre désir, peur, espoir et sentiments, leur rencontre va faire voler en éclats toutes leurs barrières. Quand l'homme qui fait battre votre cœur n'est pas celui qu'il vous faut, il devient l’exception qui confirme la règle : son unique exception…



Alors je dois vous dire que des histoires avec des bad boys, j’en ai lues un certain nombre mais très sincèrement, celle-ci ressort nettement du lot ! Sans doute grâce à la personnalité d’Ella, notre jeune héroïne New Yorkaise de 23 ans, qui a énormément d’humour et passe son temps à nous prendre, nous lecteurs, à témoin. Du coup, pour qualifier ce livre, je dirai que c’est du New adult avec un soupçon de Chick lit….Et mon Dieu, que ce mélange des genres est rafraichissant ! Ce sera donc sans surprise si je vous dis que ma lecture fut un vrai coup de coeur car niveau addictif, ce premier tome de Tempting love, My only exception, se pose là ! (et j’ai franchement hâte à la suite !!!!). Oui, je suis accroc !!!!

Enthousiasmée par ma lecture, j’ai fait quelques recherches sur l’auteure, qui comme son nom et le titre de son livre ne l’indiquent pas, est française. Il faut savoir que Delinda Dane a commencé à publier son histoire sur Wattpad et qu’après le succès, elle a décidé de sortir l’histoire en Ebook. (et j’attends la suite avec impatience !!!! Oui, je l’ai déjà écrit quelques lignes au-dessus…Oui, je sais !)

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-L’humour : Pour un livre qui traite de l’histoire d’amour entre un bad boy colérique et une jeune fille de bonne famille, j’ai vraiment été très agréablement surprise par la légèreté du ton employé par Ella. Notre héroïne s’exprime à la première personne du singulier et nous fait partager ses pensées. Dans la mesure où Wes, notre fameux bad boy aux magnifiques yeux bleus-verts, la fait tourner en bourrique avec ses réactions cyclothymiques et très violentes, il est vraiment intéressant de voir à quel point Ella essaye de prendre tout cela à la rigolade….Même si parfois, il lui arrive de rire jaune….Quand elle n’en pleure pas de frustration….Bah oui, elle est sensible notre jolie Ella et on peut dire que Wes lui donne du fil à retordre, le vil gredin !

2#-La playlist : C’est bête à dire, mais j’adore quand les auteurs indiquent les musiques qu’ils ont écoutées en écrivant leur histoire. Cela permet de cerner un peu leur personnalité et aussi, raison non négligeable, de découvrir des morceaux si je ne les connaissais pas ! Si vous avez un peu parcouru mon blog, vous savez que je présente une Playlist du moment chaque mois avec une sélection de 20 chansons. J’adore la musique et je suis friande des blogs ou des chaînes youtube qui présentent leur playlist. Et c’est donc un vrai bonheur de découvrir les goûts musicaux d’un auteur de livre, surtout quand on a aimé son roman ! Petite confidence, rien qu’en lisant le titre sur Amazon, « My only exception », sans avoir commencé ma lecture, j’ai eu directement dans ma tête le refrain de la superbe chanson "The only exception" reprise et interprétée par Lea Michelle dans un épisode de Glee (série dont j’étais super fan il y a quelques années et dont je possède toutes les chansons….Série dont mon intérêt a vite baissé après le décès de l’acteur Corey Monteith qui jouait Finn, il faut bien l’admettre aussi…)…Du coup, c’est avec délice que je découvre que Delinda Dane a indiqué ce morceau dans sa playlist !


3#-Une histoire bien ficelée : Même si c’est hyper cliché, j’ai savouré tous les passages où Ella s’est retrouvée nez à nez avec l’homme sexy et mystérieux qui l’avait sauvée quelques jours plus tôt d’une agression dans une ruelle….Le moins que l’on puisse dire c’est que Wes a toujours été hyper intimidant, autant par son physique que par ses mono-phrases et son attitude patibulaire….Heureusement qu’Ella a réussi à l’amadouer et à gratter un peu son vernis de froideur….Encore que, après les scènes de « rencontre par hasard » hyper romantiques dont je raffole dans ce genre de lecture, puis le début de leur romance et l’approfondissement de leur relation, Ella va tout de même beaucoup en baver notamment à cause de tous les secrets et les non-dits de Wes sur son passé….Le problème avec les secrets, c’est qu’il y a toujours quelqu’un qui est au courant et fatalement, Ella va découvrir des choses pas très cool sur Wes par l’intermédiaire de Dante, un sale type que notre beau tatoué a longtemps considéré comme un frère….Mais comme dans la chanson de Serge Gainsbourg « Vieille canaille » - qui résume bien, dans les grandes lignes, ce que Wes a vécu - il faut se méfier de certains de ses amis…Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Et pour pimenter encore plus l’intrigue de l’histoire puisque apparemment l’auteure trouver que son héroïne n’en bave pas déjà assez,  Ella va avoir droit à un changement de chef dans l’entreprise où elle bosse….Et ce nouveau Supérieur, Elliot Miller, est classé parmi les 30 célibataires les plus convoités dans le magazine Forbes…..Hum…Voilà qui risque d’ajouter un énième problème dans l’équation déjà trèèèès compliquée de Wes et d’Ella…..Et du peu que nous avons aperçu sur ce nouveau personnage, on sent bien que c’est un gros connard dominateur (oserai-je dire à la Christian Grey….Oui, j’ose !) et du coup, je sens qu’il va rapidement se mettre en travers de leur relation…..Attentions Mesdames, Mesdemoiselles ! Combat de coqs machos et bourrés de testostérones en vue !!!!!

« Une panne d’essence, pffff ! C’est vraiment trop cliché, même pour moi ! Nous voilà donc à attendre sagement sur le bord de la route, comme dans l’un de ces mauvais films. Encore heureux qu’il ne fasse pas nuit...
-C’est bon, Ella ! J’ai eu Carter, il nous envoie quelqu’un, un pote mécano. Après une bonne demi-heure à se tourner les pouces et se vernir les ongles, une dépanneuse arrive au loin. Génial ! Il était temps. Elle nous dépasse et se gare. La portière s’ouvre et le gars en descend, un jerricane d’essence dans la main. Il s’approche vers nous et là, c’est le choc ! Impossible, je n’y crois pas ! Pincez-moi, je rêve ! Aïe... Non, je ne rêve pas. C’est bien mon canon mystérieux qui se tient là, en face de nous…».

«Je le détaille sans vergogne, c’est bien lui ! Tout y est, sa grande stature, ses épaules carrées, ses longues jambes moulées dans une combinaison bleue. Il est trop sexy et le fantasme du mécano dégoulinant de sueur me revient en pleine face. Je vacille, le sol tremble et se dérobe sous mes pieds ».

«-Excuse mon amie, elle est un peu plus loquace habituellement... La voix d’Abby me tire de mes songes. Que dit-elle ? Je retourne à mon inconnu… Sauveur de la nuit ? Mécano ? Un fin rictus se dessine sur ses lèvres. Il décolle son regard du mien et se dirige vers l’arrière de la voiture. Je relâche un souffle que je ne pensais pas retenir et tente de remettre mes idées en place. — Ben dis donc. Il t’a tapé dans l’œil, petite coquine ! — Tu n’y es pas du tout, Abby.
-Je sais reconnaître une séance de matage quand même ! fait-elle, accompagnée d’un clin d’œil désinvolte. J’aspire une grande goulée d’air et souffle.
-C’est lui…
-Merci, Ella ! Le bidon d’essence et la dépanneuse m’avaient légèrement mise sur la bonne voie.
-Tu n’y es pas, c’est lui... Le mec de l’autre soir. J’insiste avec un regard entendu. Et je hoche la tête pour lui signifier qu’elle a bien compris. Elle ouvre la bouche, la referme plusieurs fois de suite et lâche :
-Lui ? Tu veux dire que c’est lui… Genre, ton mystérieux sauveur ? Pas possible ! Alléluia, mes frères ! Elle percute enfin !
-Mais fonce, alors ! Va lui parler parce qu’à sa façon de te fixer, il t’a surement reconnue lui aussi...
-Pour lui dire quoi ?
-Quelque chose... Dis-lui n’importe quoi ! »

«Et, un homme. Il est au fond de la salle, près des punching-balls. Il frappe sur l’un d’eux, torse nu. Toute mon attention est alors orientée dans sa direction. Son dos est entièrement tatoué d’encre noire, ses bras aussi. Le sac valse sous la force de frappe. Ses muscles se bandent à chaque coup porté. Je reste figée, fascinée par les dessins qui recouvrent littéralement sa peau, bronzée et luisante par la sueur. Épier quelqu’un de cette façon, malgré lui, à quelque chose d’excitant. Mon bas ventre se contracte. Je suis sérieusement en manque, ma parole ! Il stoppe les coups, attrape sa serviette au sol et se dirige vers la poire de frappe. Soudain, il s’immobilise et tourne la tête vers moi. Pas possible !  NON ! Si...  Sans déconner !  Je n’arrive pas à y croire...  Le type sur lequel je bave, à la limite de l’orgasme oculaire, c’est encore Wes !  Et nom d’un chien ! Son torse est lui aussi entièrement recouvert de tatouages ! Bon sang, il est sexy comme ce n’est pas permis ! Je suis au bout de ma vie ! Il se détourne et moi, je suis de retour à mon cours, bien que je ne sache plus où j’en suis dans les pirouettes ».

4#-Les personnages secondaires : Que ce soient Abby, la meilleur amie et colocataire d’Ella – qui la surnomme affectueusement « Fitzgerald » (en hommage à Ella Fitzgerald, vous l’aurez deviné…) ou bien le séduisant Carter (nouvel amoureux d’Abby et….comme le monde est petit, meilleur pote de Wes !!!!) ainsi que tous leurs autres amis, Dorian, Anthony etc, on peut dire que notre héroïne est sacrément bien entourée….Majoritairement de messieurs, vous l’aurez constaté et du coup, vu le caractère hyper jaloux de Wes cela va créer de délicieux quiproquos….(on peut comprendre la jalousie à la limite de la pathologie de Wes et sa tendance à être suspicieux quand on sait ce qu’il a vécu dans son passé….même si cela n’excuse pas son comportement vis-à-vis d’Ella, cela dit !!!…).  En tout cas, il est vraiment intéressant de voir que l’auteure a aussi bien soigné ses personnages secondaires car cela donne encore plus de profondeur et de crédit au récit.


«-Par pitié, pas de cours d’autodéfense. Tu sais ce que j’en pense ! Ce n’est pas mon truc.
-Non, ma belle. Les cours, ça vient en deuxième. La priorité, c’est : l’épilation de ton maillot. Tu t’imagines un peu ? Si c’était ton sauveur qui avait dû te déshabiller...
-Haha ! Très drôle. Sur ces paroles pleines de sagesse, je file me coucher… Je suis exténuée.
-Attends. Fitzgerald ? Une dernière chose…
-Je t’écoute.
-Assortis tes sous-vêtements. Combien de fois dois-je te le répéter ? C’est une règle d’or ! J’éclate de rire… Abby est vraiment unique en son genre, mais je l’adore.
-Pour quoi faire ? Personne ne les voit jamais…
-Tu me désespères…
-Et toi, tu mériterais une bonne fessée ! Elle pouffe de rire avant de me lancer :
-Ma vieille, il faut que tu arrêtes avec tes lectures cochonnes… Ça pervertit ton cerveau innocent ».

«Je lui déballe tout.  Absolument tout !  De la première fois où j’ai croisé son regard à ce matin quand il m’a déposé. Les mots échangés jusqu’à sa colère noire, en passant par la tendresse de ses mains et la douceur de ses lèvres. J’essuie quelques larmes, de frustration cette fois ! Dans un sens, ça a du bon, de se confier à sa meilleure amie parce que d’une part, je me sens enfin soulagée d’avoir vidé mon sac et tout ce que j’avais sur le cœur et de deux, je peux avoir l’avis avisé d’une experte. Abby a un peu plus d’expérience que moi quand il s’agit des relations avec le sexe opposé. Seulement, je ne pas m’attendais pas à sa réaction quand elle s’exclame énergiquement.
-Bordel de merde !  
-Merci Abby, pour cette intéressante formulation de tes pensées !
-Mais putain Ella ! Ce mec est dingue de toi !  Je reste donc sans voix face, perplexe quant à sa conclusion. -...  Mais elle enchaîne rapidement.
-C’est comme je te dis ma vieille ! Le pauvre chéri est fou amoureux de toi ! C’est pour cette raison qu’il réagit en macho débordant de testostérone avec n’importe quel mec qui s’approche un peu trop près de toi. Le hic, ma belle, c’est que je ne suis pas sûre qu’il s’en est rendu compte... »

5#-La présentation épique de Wes aux parents d’Ella : C’est pour moi l’un des meilleurs passages du livre, en ce qui concerne les moments embarrassants que vit notre héroïne. Bien évidemment, les parents d’Ella, qui sont des « notables » sont un peu surpris de voir le genre d’homme que leur fille leur ramène un soir à la maison pour Thanksgiving…..Alors je dois dire que mine de rien, Wes s’en est très bien sorti, malgré les piques incessantes du père d’Ella à son encontre…Franchement, pourquoi son père a-t-il agit de la sorte ??? Et évidemment, le passage que j’ai adoré, c’est celui où Wes revient à table, après un passage aux commodités et qu’il a les revers de sa chemise remontés et que ses tatouages sur les bras sautent aux yeux des parents (et des jeunes frères) d’Ella ! Ah la la ! Bien joué, Wes !


«-Wes, voici mon père Dan.
-Daniel, corrige-t-il. Je me tourne vers mon père, étonné, car tout le monde l’a toujours appelé Dan. Wes impassible ne remarque rien ou fait comme si, et tend la main vers lui.
-Daniel, enchanté. Wesley Hamilton.
Wesley ?  OK. Génial !  La soirée promet d’être intéressante… »

«À peine ai-je le temps de reprendre ma place que je vois mes parents se raidir. Je comprends immédiatement la raison lorsque Wes s’installe près de moi. Les manches de sa chemise sont relevées jusqu’aux coudes, sa cravate desserrée et le bouton supérieur ouvert laissent apparaître ses tatouages. Mon père ne rate rien, son regard passe de la base de son cou jusque ses avant-bras. Je devine instantanément le genre de pensées qui lui traverse l’esprit. Oh Wes ! Si ce n’est pas de la provoc' je ne sais pas ce que c’est ? Fier de son petit effet, Wes arbore un sourire satisfait au coin des lèvres.
-Trop mortel tes tatouages, mec ! s’exclame Miles.
-Il les a dessinés lui-même, rajouté-je, n’est-ce pas fantastique ? Wes a un don pour le dessin.
-C’est fantastique en effet, rétorque mon père acidement avant de lui demander sur un ton qui ne trompe personne, quel autre talent possède-t-il ?
-C’est aussi un grand sportif, tu sais ? Il passe beaucoup de temps à s’entraîner. Nous sommes dans la même salle d’ailleurs.
-Salle de sport, tatouages, tous ces hobbies doivent coûter énormément d’argent ? Wes hausse les épaules.
-L’argent n’est pas un problème. Et la salle est à moi...
Ça a le don d’en boucher un coin à tout le monde autour de la table, y compris moi ! J’essaie de cacher tant bien que mal ma stupéfaction pour ne pas éveiller les soupçons. Après tout, je suis censée savoir ce genre de chose concernant l’homme que je vois, non ? Quant à mon père, il est abasourdi et le plus choqué d’entre nous. Je propose de débarrasser la table, Wes se joint à moi pour m’aider. Dans la cuisine, nous déchargeons nos bras dans l’évier. Je commence à rincer les assiettes que je tends à Wes qui lui les empile dans le lave-vaisselle.
-La salle est à toi alors ? Il acquiesce, le regard soucieux.  
-Tu sais, mon père aboie plus qu’il ne mord. Il n’est pas vraiment si...
-Condescendant ?
-J’allais dire méchant. Tu sais, tu ne l’as pas ménagé non plus.  Il ferme la porte du lave-vaisselle et tourne son attention vers moi.
-On peut y aller bébé ?
-Encore un petit effort, tu veux bien ? Il ne reste que le dessert…
-Bien, soupire-t-il. Pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude des repas en famille, je trouve que Wes s’en tire bien et le plus important : il garde son sang-froid malgré les attaques verbales incessantes de mon père sans compter sur ses regards insistants… Vite que ça se termine… »

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre :
Le caractère de Wes : Nous n’en sommes qu’au premier tome alors je verrai ce que l’auteure nous réserve par rapport à ce personnage mais en tout cas, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est hyper instable et hyper  violent ! Cela dit, il n’y a pas que moi qui le pense puisque tous les proches d’Ella l’ont constaté ! (et Ella aussi, mais que voulez-vous, elle l’a dans la peau !). J’avoue que je ne comprends pas trop pourquoi Ella s’accroche autant à Wes….Bon, ok, je sais, il est hyper sexy et il semble être un super coup…Mais bon, pour Ella, qui est si droite, si « normale », vivre auprès d’un mec qui part au quart de tour, qui est hyper violent (avec les hommes pour le moment…) et dont on ne connaît pas les réactions totalement imprévisibles, ce doit être l’enfer à la longue….Alors bon, il faut aussi relativiser et se dire que c’est juste un livre et que dans les romances, les personnages s’améliorent toujours quand ils découvrent l’amour (contrairement à la « vraie vie »…)…Mais je me demande vraiment comment l’auteure va arriver à faire évoluer son personnage car vu ce qui se passe à la fin du tome, Ella n’a pas fini d’en chier…..

«-Qu’est-ce que tu as foutu ?
-Pardon ? Wes m’invective. Je crois rêver. C’est impossible autrement car je ne comprends pas pour quelle foutue raison il me hurle dessus !
-Tu m’écoutes ? Pourquoi t’as fait ça ? Ils méritaient qu’on leur pète la gueule à ces branleurs ! C’est l’incompréhension totale !
-Sérieusement, Wes ?
-Plus que sérieux !
-OK. Et après ? Tu aurais gagné quoi à part te faire très mal ? Ils étaient trois, je te le rappelle ! Il me rétorque, un sourire sardonique sur les lèvres.
-Tu ne sais pas de quoi tu parles ! Tu ne me connais pas ! Ils n’avaient aucune chance contre moi. Je reste là, scotchée par l’hostilité que je perçois dans sa posture menaçante. Sa peau irradie de rage et sa voix chargée de colère l’est tout autant. Il est réellement furieux contre moi. Mes yeux sont happés par ses prunelles tempétueuses, impossible de m’y soustraire. Si son but est de m’intimider, et bien ça marche ! Cependant, je me rappelle aussitôt qu’il aurait pu courir vers de graves ennuis sans ma manœuvre.
-Tu devrais plutôt me remercier, monsieur le rabat-joie ! C’est quoi ton problème ? Tu ne sais pas dire merci ?
- Mon problème ?  Il penche la tête légèrement sur le côté, plisse les yeux et réplique, acerbe :
-Là, tout de suite, mon problème, c’est toi ! Je recule d’un pas, sidérée face à la dureté de ses mots, mais je me reprends rapidement.
-Tu vas faire quoi ? Jouer des poings avec moi aussi ?
-Pour qui tu te prends ? Tu crois m’avoir cerné, c’est ça ? Petite prétentieuse ! Tu ne me connais pas, OK ? Tu ne sais RIEN de moi ! RIEN !
-Tu sais quoi, tu as raison. Je m’en vais ! Ça te va ? Alors, amuse-toi bien, toi et ton ingratitude aigüe ! Quel abruti ! Non, mais, quel connard ! Argghhh... Et puis, où suis-je d’abord ? Je regarde autour de moi, je ne reconnais rien. J’emprunte une direction au hasard qui m’éloigne de lui ».

«-Tu dois avoir envie de prendre une douche avant que je te ramène ? Pardon ? Me ramener ? J’avais espéré… Je pensais que… Je lui réponds, perplexe.
-Ce dont j’ai envie ? C’est qu’on parle.
-Ouais, de quoi ?  Il ne parle pas sérieusement, si ? Il prend un air dédaigneux, mais je ne me démonte pas et enchaîne.
-D’hier. De ce qui s’est passé à la soirée. De ton comportement...
-Il n’y a rien à dire ! rétorque-t-il les dents serrées.
-Wes. Tu me dois des explications !  Il contracte sa mâchoire plusieurs fois et gronde d’une voix sourde.
-Je ne te dois rien ! Je me lève sous le choc de son affirmation, mais je n’ai pas l’intention de lâcher l’affaire.
-Excuse-moi, mais tu débarques à une soirée où JE t’ai invité. Tu démolis un gars et tu files sans rien dire alors je crois que tu me dois bien ça !
-Qu’est-ce que tu veux que je te dise ! Cet enculé le méritait, point !
-Mais il n’y a pas que ça, Wes ! Tu déboules et tu disparais sans plus d’explications... je dis quoi moi à Abby par exemple, hein ?
-Alors, quoi ? Tu prends sa défense maintenant ? Tu aimais ce qu’il te faisait, c’est ça ?  Mais qu’est-ce qu’il raconte ?
-Peut-être que je vous ai dérangés ? Peut-être que tu avais envie de lui ! Il me fixe de ses prunelles assombries par la colère, s’avance vers moi à mesure que je recule. Son corps engloutit tout l’espace autour de moi, je ne peux m’empêcher de me dérober face à son regard dur et intimidant jusqu’à buter contre quelque chose de dur dans mon dos, un mur.  Il penche la tête légèrement sur le côté, ses yeux lancent des éclairs alors que mon fichu instinct de contradiction parle pour moi quand je lui réplique sans le quitter des yeux.
-Peut-être.
-Putain !  Je sursaute quand son poing s’abat sur le mur derrière moi près de ma tête.  Merde, il a vraiment dû se faire mal... Qu’est-ce qui m’a pris de le mettre en colère, mais lui ? Sa réaction est démesurée ! Pourtant je m’en veux immédiatement.
-Wes ?
-Prends ta douche, ensuite je te ramène chez toi ! me lance-t-il glacial. Ces dernières minutes jettent un froid entre nous, comme si on avait répandu un torrent d’eau glacée sur la pièce. OK, il a beau être à tomber et j’avoue que son côté bad boy ajoute à son charme, mais cela ne peut pas tout justifier ! »

Pour conclure, dire que j’ai adoré ce 1er tome de Tempting love est un doux euphémisme ! Mon Dieu, cette histoire déchire tout ! Le seul bémol est la personnalité particulière de Wes, mais si vous aimez les bad boys torturés qui pètent un plomb au quart de tour, il devrait vous plaire…..Pour ma part, je reste un peu mitigé à propos de lui, par contre, j’ai été totalement séduite par Ella avec sa personnalité si lumineuse et son sens de l’humour extraordinaire qui arrive à tout dédramatiser surtout dans les moments tendus (et ce premier tome n’en manque pas, croyez-moi !!!)…..Delinda Dane est une grosse sadique avec la fin de ce tome qui me fait vraiment saliver pour connaître la suite ! Mon Dieu, Ella ! Dans quelle histoire t’es-tu embarquée avec Wes ?.....Sincèrement, chapeau à l’auteure car je ne m’attendais pas du tout à ça en lisant les dernières pages vu la direction qu’avait pris le récit vers la fin….L’auteure a réussi à me tournebouler la tête mais aussi – on le constate - celle de notre si charmante héroïne ! Sadique, va !!!!



Ma note : 18,50/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire